mercredi 22 juillet 2020

[TEST] Burnout Paradise Remastered sur Nintendo Switch

Bonjour lecteurs fidèles ! 12 ans… C’est le nombre d’années après que le dernier né de la saga Burnout a vu le jour pour la première fois sur PS3 et Xbox 360. Après un passage sur PS4 et Xbox One de bonne facture, la version Remastered de ce titre débarque enfin sur Nintendo Switch. Bonne ou mauvaise pioche pour la console hybride de Nintendo ?


Welcome to Paradise City!
Bienvenue à Paradise City, la Mecque du style Burnout. Ces mots sont les tous premiers que vous entendrez en débarquant sur Burnout Paradise avec la musique Paradise City des Guns’N’Roses à fond les ballons derrière.

Votre but en tant que coureur Burnout : vous faire un nom dans la ville en améliorant votre permis Burnout. Pour ça rien de plus simple : participer à une des 120 épreuves disponibles à chaque croisement de la carte.

Take me down to Paradise City!
Si vous ne connaissez pas la saga Burnout et que vous cherchez de la simulation de courses, eh bien ce titre est une mauvaise pioche. Burnout est un jeu 100 % orienté Arcarde. Comme je l’ai dit, pour obtenir le permis ultime, il faut participer à des épreuves disséminées sur la carte. Elles se découpent en 4 catégories :
  • Les épreuves de courses, épreuves classiques de tout jeux de courses, à savoir partir d’un point A pour arriver le premier au point B.
  • Les épreuves cascades qui sont plus particulières. Le but étant de faire le plus points de styles grâce à des sauts, tonneaux aériens ou tout ce que vous pouvez trouver pour accumuler des points.
  • Les épreuves de traques. Là vous êtes la proie, vous devez vous échappez jusqu’à l’arrivée en ayant subi le moins de dégâts possible !
  • Les épreuves Road Rage. Cette fois vous êtes le prédateur ! Défoncez tout ce qui est sur votre route pour accomplir votre objectif dans le temps imparti.

Et pour ces épreuves, il y a des catégories de voitures : cascades, vitesse et agression. Certains types sont plus conseillés pour telle ou telle épreuve. Exemple : une voiture agressive sera parfaite pour les Road Rage. Les voitures possèdent toutes du boost ou d’la nitro. Pour gagner ce boost, il existe plusieurs moyens en fonction du type de voitures. Mais généralement le plus simple est de… DÉFONCER VOS ADVERSAIRES !

Usez des Takedown, mécanique de gameplay qui a fait la renommée de la saga Burnout, est le nom donné quand on envoie un adversaire dans le décor. Et la cinématique qui accompagne la scène à chaque fois est jouissive !


12 ans après, toujours aussi complet ?
Avant de parler du contenu, je vais m’attarder sur les retouches faites par Criterion et EA. Eh bien déjà les graphismes sont un peu datés. J’ai l’impression qu’ils ont mis le paquet sur les véhicules et peu sur le reste. Mais ce n’est pas le plus important pour Burnout Paradise. Je ne m’attarde jamais sur ça normalement mais là, c’est important car la petite Switch tient PARFAITEMENT les 60 FPS. Le dynamisme que ça apporte à un jeu comme celui-ci est très important. Et franchement bravo !

En comparant les versions PS4 et Switch, je ne vois aucune réelle différence. Pour moi les jeux sont identiques à un détail près : Burnout Paradise Remastered sur Switch est fait pour jouer en nomade. Sur dock je trouve l rendu visuel moins beau et la sensation est moins présente.


Sinon au niveau du contenu, vous en avez pour des heures et des heures. Cette version Remastered possède tous les DLCs : Big Surf Island rajoutant une île avec de nouvelles voitures et épreuves, Cops and Robbers, Voitures de Légendes (dont la DELOREAN !), Moto Burnout et j’en passe... Pas plus d’une centaine de véhicules supplémentaire et je ne sais combien d’épreuves additionnelles qui vous permettront de passer des centaines d’heures sur le jeu. Bon… Dernier point noir : le jeu réclame une connexion internet TOUT LE TEMPS. Et c’est un gros point noir. Par exemple, j’étais en voyage récemment et avant que je puisse jouer, j’ai dû relancer le jeu 5 fois pour lui dire non je n’ai pas de connexion internet ! « EA sérieux faut changer ça » !

En bref : quel plaisiiiiiiiiiiiiir de retrouver la saga Burnout partout avec moi dans le sac ! Un vrai plaisir pour ce jeu qui est tout de même un peu daté, mais la stabilité du framerate et le contenu que propose cette version font qu’on lui pardonne facilement. Le jeu peut paraître extrêmement facile mais le plaisir qu’il procure gomme pas mal de défauts.

Test de Pikabsynthe

Ce qu’on a aimé :
  • Retrouver la licence
  • Tous les DLCs sur une cartouche
  • La stabilité du titre
  • Avoir Burnout toujours avec soi !

Ce qu’on a moins aimé :
  • Le jeu en mode dock (moins joli à regarder)
  • La connexion internet quasi obligatoire…
  • Des graphismes tout de même un peu datés


Genre : Course, Arcade
Taille eShop : 4 091 MB
Développeur / Éditeur : Criterion / Electronic Arts

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie. Les images et vidéos de gameplay publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu et la note attribuée reflète note avis personnel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire