dimanche 18 octobre 2020

[TEST] 9 Monkeys of Shaolin sur Nintendo Switch

Toi, joueur, et peut-être fan de kung-fu, ce dont nous allons parler ici va peut-être t’intéresser. Souviens-toi, il y a quelques années maintenant, quand tu passais ton temps à mitrailler les boutons de ta manette en jouant à un beat’em all… Coups d’poings, coups d’pieds, coups spéciaux… Bref, tu vois où j’veux en venir niveau souvenirs. Eh bien, dis-toi que tu vas pouvoir reprendre du poil de la bête avec la sortie du jeu 9 Monkeys of Shaolin, développé par Sobaka Studio, sur Nintendo Switch.


L’histoire de 9 Monkeys of Shaolin démarre assez fort, à savoir que suite au massacre de son peuple, Wei Cheng, pêcheur chinois, va vouloir se venger. Sa famille et ses amis ayant été assassinés par des pilleurs. Bien que notre pêcheur connaisse certaines bases en arts martiaux il va se prendre une dérouillée et, après s’être retrouvé mal en point face à ces assaillants, il sera sauvé par certains moines shaolin d’un temple qui lui seront d’une grande aide dans sa quête de vengeance et profiteront aussi pour lui enseigner la maîtrise du QI… 

On démarre donc notre nouveau quotidien dans une sorte de hub où l’on va récupérer nos diverses missions à réaliser bâton en main, à s’entraîner, choisir de jouer en co-op, augmenter ses compétences et autres aptitudes ou matériels depuis un arbre des compétences… Force d’avancer et de dégommer nos ennemis, Wei Cheng va aussi augmenter niveau attaque, et surtout grâce à son QI, ce qui provoquera des attaques bien plus puissantes que celles de base. Pour cela vous laisserez la touche nécessaire enfoncée afin d’enclencher une des fameuses attaques spéciales qui causera bien des dégâts mais qui consumera donc une dose (sur 3) de votre barre de QI. C’est alors qu’on dégomme divers ennemis au bâton, via des coups de pieds sautés, coups acrobatiques ou par diverses combinaisons de touches pour enclencher un p’tit combo. Sachez aussi que certains ennemis seront vulnérables à certains coups, ou autre attaques…

À noter aussi que de multiples armes sont disponibles, chacune ayant sa propre caractéristique. Il vous conviendra cependant de les trouver. Comme vous pourrez trouver sur votre route quelques items afin de reprendre un peu de votre santé.


Outre les phases de gameplay, dont la prise en main est assez intuitive, assez simple d’accès, on profitera tout de même de quelques légers bugs de collision. Pas forcément transcendant, mais je tenais à soulever ce point avant de nous orienter vers l’esthétique du jeu. En toute honnêteté, le rendu visuel n’est pas des plus aboutis mais il n’est pas non plus des plus sobres. Je m’explique : les éléments du décor sont assez simples, on est aussi victime d’un léger aliasing mais on traverse des environnements variés (villages, bateau pirates, monastères et autres ruines, forêt…), ce qui offre une expérience de jeu appréciable. 

On peut même changer le rendu graphique d’un niveau via des filtres, que vous devrez trouver sur votre chemin. Le 1er que j’ai découvert était le filtre « sépia » que j’ai activé par curiosité mais j’avoue qu’il était difficile de s’y retrouver correctement dans le niveau en question. La visibilité s’en retrouvait alors réduite, ce qui rendait les combats un peu brouillons.


Autre point technique à soulever : la bande son. Et je dois bien avouer que j’ai plutôt apprécié les diverses musiques qui nous accompagnent tout au long de ce périple. Elle se marie fort bien à l’univers ici présent malgré qu’on y joue, du moins c’était mon cas, tel un bourrin ! Oui, le style de jeu se veut « bourrin » et de ce fait la jouabilité devient redondante, ce qui ne m’a pas empêché d’apprécier le jeu. Bien au contraire, malgré ses défauts, 9 Monkeys of Shaolin m’a agréablement surpris, moi qui partais sans réel appréhension concernant ce titre… 

Et comme je le disais, le titre peut se jouer en co-op, que ce soit en locale ou en ligne et me concernant j’ai lancé le mode en ligne mais les joueurs se faisant rares lors de mes sessions je n’ai pu découvrir ce mode. Je ne pourrai donc pas vous dire si le jeu reste fluide comme c’est le cas en solo.


Je pense que 9 Monkeys of Shaolin saura satisfaire les joueurs d’antan, ceux qui seraient à la recherche d’un beat’em up orienté kung-fu pour leur remémorer certains vieux souvenirs à castagner du méchant. Mais le jeu saura aussi satisfaire de nouveaux joueurs, surtout qu’ici on écope d’une direction artistique bien plus appréciable que celle présente dans les jeux old-school. Aussi, on relève une certaine difficulté du titre, surtout face au boss, mais rien d’insurmontable. Sachez donc que si vous êtes en galère, vous pouvez changer la difficulté de ce jeu qui ne manque pas de pep’s ! 

Sur ce, bien que 9 Monkeys of Shaolin ne casse pas forcément des briques à tous points de vue, il n’en demeure pas moins un titre appréciable et fun à jouer. D’ailleurs comptez aux alentours de 5 et 6 heures avant de finir ce titre, temps de jeu qui dépendra de vos propres aptitudes au combat. Prenez note aussi qu’une démo est disponible sur l’eShop si vous souhaitez en découvrir davantage sur ce titre. Car il n'y a rien de telle que la pratique...

Test de Samy Joe

Ce qu’on a aimé :
  • Les différents univers parcourus
  • La bande son qui nous accompagne tout de long de cette vengeance
  • La prise en main rapide
  • Un arbre de compétence complet

Ce qu’on a moins aimé :
  • La présence d’aliasing et d’un effet de flou par endroits
  • Les quelques bugs de collision 
  • Son côté redondant (mais c’est aussi le genre du jeu qui veut ça)
  • Le rendu graphique qui aurait pu être un peu plus abouti


Prix : 29.99€
Genre : Action, Aventure, Arcade, Beat’em all
Taille eShop : 4 159 MB
Développeur / Éditeur : Sobaka Studio / Buka Entertainment / Ravenscourt

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie. Les images publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu et la note attribuée reflète notre avis personnel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire