mardi 6 octobre 2020

[TEST] Roller Coaster Tycoon 3: Complete Edition sur Nintendo Switch

Les parcs d’attractions, un lieu à la fois divertissant et éblouissant de par leurs lumières ainsi que leurs attractions toute aussi originales les unes comme les autres. Oui, vous êtes bel et bien en train de lire un test de jeu vidéo, mais pas n’importe lequel ! En effet, nous nous retrouvons ici sur un jeu qui a bercé mon enfance, le très connu, Roller Coaster Tycoon 3 ! Et il faut préciser que la version portée sur Nintendo Switch dispose de contrôles uniques à la plateforme en plus d'être une version complète disposant des deux extensions. Avant d’entrer dans le vif du sujet, il faut savoir que ce jeu à une énorme place dans mon cœur, mais j’essayerai de rester tout de même impartial sur ce qui est bon et mauvais dans cette Complete Edition !


Il existe réellement un scénario sur les jeux de gestion ?
Parfois, ils sont présents, et même par moments très bien ficelés. Ce qui fait office de scénario, ce sont les mini-scénarios qu’ils nous proposent de faire au sein d’un mode Campagne. Vous disposez en tout d’une quarantaine de mini-scénarios environ, tous aussi variés, de par leurs objectifs plus ou moins compliqués sur trois niveaux de difficultés différents. Diverses missions sont verrouillées et nécessitent d’obtenir un certain niveau d’objectifs à accomplir au niveau maximum.

Bonne transition pour expliquer que chaque catégorie de scénario est bien spécifique. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce portage inclut le jeu de base ainsi que ses deux extensions sorties à l’époque. Du coup, la seconde et troisième partie des scénarios, représentent chacune les extensions qui sont à notre disposition. L’une basée sur les animaux, tandis que l’autre est portée sur tout ce qui est aquatique.


Le gameplay de cette adaptation est-il à la hauteur ?
Ce qu’on peut féliciter tout d’abord au studio à l’origine de ce portage, c’est de l’avoir porté sur la console semi-portable de Nintendo, en y adaptant le gameplay à un style plus console, vu qu’il s’agit à la base d’un jeu purement conçu pour être joué sur un ordinateur.

La majorité des menus accessibles et permettant de s’occuper pleinement de son parc d’attractions est conçu comme une bonne partie des menus radiaux (en cercle). Nous avons l’habitude d’avoir ce genre de menus dans des jeux d’action/aventure qui sont surtout là pour ce qui est raccourci d’objets. Les débuts sur ce nouveau style pour ce genre de jeu sont assez laborieux et nécessitent de se mettre pleinement dans le bain, puisqu’il est facile de se perdre dans les commandes. Le menu radial de droite est surtout là pour gérer un élément que vous avez pris le soin de sélectionner et ainsi le modifier, le commander, le personnaliser ou encore le détruire. Tandis que celui de gauche sera là pour tout ce qui est la gestion de votre parc, comme les constructions, le recrutement du personnel, les statistiques…

Les joysticks ont une place importante dans le gameplay (en dehors de la caméra), puisqu’ils sont très sollicités pour les orientations de bâtiments ainsi que l’élévation des éléments constructibles du jeu. Lorsque vous appuyez sur le joystick gauche, cela vous permet d’accélérer ou ralentir le temps, tandis que celui de droite vous permet d’avoir une souris semblable au jeu d’origine et ainsi permettre une sélection plus précise à mon goût.


Après avoir traité le côté technique du gameplay, je vais vous expliquer les multiples possibilités au sein de ce jeu. Parlons tout d’abord des modes de jeu à disposition puisqu’ils sont relativement peu nombreux. Le mode Campagne comme cité précédemment, le mode Partie libre qui est assez explicite et le troisième qui englobe les Éditeurs (de familles, d’attractions et de bâtiments), vous permettant de pré-enregistrer vos créations et ainsi les utiliser dans vos futurs parcs. Un délice pour les amoureux de la personnalisation.

Vous disposez de nombreux éléments permettant d’avoir une image bien propre à votre parc. Un parcours de golf ? Voir même un toboggan faisant perdre tout sens de l’orientation à vos visiteurs ? Et pourquoi pas une montagne russe uniquement composée de loopings ? Vendu ! Tout ceci est bel et bien disponible sur ce jeu de gestion. Il y a également des attractions que je considère comme « dures » puisqu’elles ne sont pas personnalisables, hormis leurs couleurs. Car oui, vous pouvez changer les couleurs de vos manèges ! Souvent, vous disposez de trois couleurs principales parmi un panel assez peu varié selon moi.

Cela ne s’arrête pas qu’aux attractions pures vu que vous pouvez également faire votre propre safari, et même des spectacles. La personnalisation est grande et ça, c’est relativement agréable dans un jeu de ce genre. D’ailleurs, vous débloquez les attractions en investissant dans la recherche selon vos désirs.


Et graphiquement ça donne quoi ?
La première chose qui m’a vraiment choqué, c’est l’énorme coup de vieux que j’ai pris en lançant le jeu. En effet, on ne va pas se mentir, celui-ci s’avère être relativement vieillot dans son interface ainsi que le visuel brut en partie, mais on ne peut nier le fait que l’ensemble été bien adapté aux grands ainsi que les petits écrans. Néanmoins, le jeu s’avère beaucoup plus confortable visuellement en mode portable que sur une télévision, mais ceci est un avis purement personnel. Lorsque nous zoomons, nous remarquons des textures assez baveuses et des visiteurs qui font clairement très simple, comme à l’époque dirons-nous, mais beaucoup moins pixelisé !

Si mes souvenirs sont bons sur le plan de la musique, le jeu de base était relativement vide en termes de musiques et c’est malheureusement toujours le cas. Puisque les seuls sonorités seront le bruit des visiteurs, des musiques d’attractions et potentiellement quelques bruitages.


Avis personnel !
Comme dit dans l’introduction du test, Roller Coaster Tycoon 3: Complete Edition est vraiment l’un de mes jeux coup de cœur. En effet, puisqu’il fait parti de mes premiers jeux sur PC et je ne vous cache pas que j’y jouais beaucoup à l’époque. Y retourner pour ce test m’a procuré une drôle de sensation et je me souviens encore à l’époque où je maîtrisais super bien le jeu, ce qui n’est plus le cas maintenant, puisque la prise en main est réellement compliquée. Ce qui permet de faire une belle transition, pour clairement mettre le doigt sur le plus gros problème du jeu. Même si son portage est en majorité très bien réussi pour être jouable sur le support console, celui-ci a très mal vieillit et on le ressent sur diverses mécaniques, ergonomie et j’en passe... Toutefois, cela n’enlève pas l’éclat de ce jeu qui dispose de son empreinte indélébile dans le monde des jeux de gestion.

Si vous n’avez pas froid aux yeux et que vous êtes prêt à investir du temps dans un jeu qui nécessite beaucoup d’heures pour être bien maîtrisé, alors n’hésitez pas !

Test de Swordy

Ce que nous avons aimé :
  • Le retour d’un chef-d’œuvre de la gestion
  • Un gameplay relativement bien réussi pour le support
  • De nombreuses possibilités pour faire son propre parc

Ce que nous avons moins aimé :
  • Un jeu qui a mal vieilli sur le plan graphique et gameplay
  • Demande beaucoup de temps pour être un minimum bien maîtrisé
  • L’outil construction très imprécis à la manette


Prix : 29.99€
Genre : Simulation, Stratégie
Taille eShop : 2 862 MB
Éditeur : Frontier

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie. Les images publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu et la note attribuée reflète note avis personnel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire