jeudi 5 novembre 2020

[TEST] Cloudpunk sur Nintendo Switch

Il existe des jeux qui dès leur annonce parviennent à vous hyper et de ce fait vous attendez sa sortie avec grande impatience. Que ce soit de par son rendu visuel, du scénario annoncé, ou autres motifs… Nous avons tous nos préférences. Mais voilà, il peut aussi s’avérer que le résultat attendu ne soit pas celui qu’on espérait. Est-ce le cas ici me concernant après avoir passé moult heures sur cette version Nintendo Switch de Cloudpunk ? Eh bien, je vais tenter d’y répondre en vous détaillant au mieux mon expérience de jeu.
 

Le cyberpunk… Un univers que j’apprécie énormément donc quand j’ai su que le titre débarquait sur Nintendo Switch, forcément, cela m’a intéressé. J’en avais que de bons échos malgré certains « petits » défauts qui semblaient être mineurs. On va donc se plonger en pleine métropole, sous une pluie battante tout du long de l’histoire. Enfin presque… Nous sommes Rania, une jeune femme qui va travailler pour la société Cloudpunk, une entreprise basée à Nivalis qui s’occupe de gérer diverses livraisons. Des livraisons qui ne sont d’ailleurs pas toujours légales et votre mission sera bien entendu de procéder aux livraisons qui vous sont demandées. Peu importe ce que le colis contient, ce n’est pas vos oignons. Vous devez livrer, point barre !
 
Cloudpunk n’est pas un simple jeu dans lequel on réalise telle livraison et basta. Certes, on nous en demande beaucoup, ce qui par moments rend le jeu un peu répétitif à faire des allers-retours, mais les livraisons s’avèrent de toutes sortes. Le titre est d’ailleurs scénarisé, on ne pourra donc pas choisir quelle course faire par contre on pourra plus tard dans le jeu choisir si oui ou non on livre tel colis à tel point. On pourra même intervenir dans les choix d’une personne qu’on est censé déposé initialement à un point A qu’on décidera plutôt d’emmener au point B. En effet, certains protagonistes que vous rencontrerez seront en plein tumulte et il tiendra à vous d’entrer dans leur vie pour leur venir en aide… ou pas. Soit vous vous tiendrez à votre mission principale ou choisirez donc l’option secondaire. Dans les 2 sens, vous serez payé pour votre course.
 

En parlant de course, Rania va devoir en réaliser un bon paquet tout en écoutant la vie de ses clients quand ce sera autre chose qu’un simple colis cartonné à livrer. Et je trouve l’idée intéressante mais il y a énormément de dialogues dans le jeu et certains ne sont pas toujours faciles à suivre car il faut conduire en même temps. Alors il est plus simple de lire les dialogues dans les zones dédiées, dans le genre tunnels, car il y a moins d’obstacles à éviter et on peut donc facilement avoir un œil sur le dialogue en cours à lire. Dialogues d’ailleurs en français, par contre l’audio reste en VO.
 
Mission après mission, Rania tombera sur toutes sortes de personnages, dont des androïdes, dealers et autres IA… Certains auront besoin de vos services, d’autres vous vendront toutes sortes de drogues, certains auront même besoin de vous pour se procurer d’la drogue. Bref… Chacun d’eux a son histoire et vous pourrez ou non interagir dans leur vie. Une vie future dont la nuit actuelle à Nivalis va tout changer car vos propres choix influeront sur les habitants de la ville. 


En plus d’explorer cette mégalopole  en bolide antigravité, vous serez aussi amené à parcourir certaines distances à pied. Vous profiterez alors pour ramasser divers items le long de votre route. Dès lors, vous pourrez optez pour divers angles de vue de votre personnage, proche ou éloigné, mais pourrez aussi opter pour une vue bien plus immersive, celle au travers des yeux de Rania. Par contre, je préfère vous le dire de suite, la prise en main à pied n’est pas des plus faciles, elle est même plutôt rigide. Et il en est de même lorsqu’on conduit son HOVA, terme utilisé pour son véhicule. Il n’est pas toujours chose aisée de conduire facilement, ou d’épouser correctement un virage sans réaliser de choc. Vous verrez aussi que conduire entre les tours, tout en montant ou descendant sera légèrement gênant. En toute sincérité, la maniabilité est l’un des plus mauvais points dans le jeu.
 

Et des mauvais points on en compte d’autres, comme par exemple des soucis d'ordre technique quand on sort d'un tunnel et qu'on écope de saccades (le jeu se figeant alors 2-3 secondes) ou encore au travers du côté graphique du jeu. Alors bien que certains endroits sont bien colorés et plutôt bien agencés, il n’en demeure pas moins que force d’avancer le clipping deviendra fortement déroutant. Surtout en plein vol ! Ne voir qu’au dernier moment l’apparition d’une tour n’est pas chose apprécié quand on est en pleine mission. Quand je vois le rendu visuel sur PC ou autre console, il faut avouer que cette mouture Switch s’est pris un sacré downgrade dans la tronche. Alors certes, le côté graphique ne fait pas tout dans un jeu et je suis moi-même du genre à apprécier davantage un titre en fonction de son scénario, de sa bande son qui est d’ailleurs bien adapté au genre. Sans oublier que la direction artistique a ici un très bon impact sur le joueur. De ce fait, j’en oublie que le rendu visuel aurait pu mieux s’en tirer.
 

On peut aussi s’attarder sur certains autres petits détails, bons et moins bons, mais qui pour certains restent cohérents. Je veux dire par là que force de réaliser vos missions, votre HOVA va user de son carburant et qu’un moment donné il faut faire le plein. Libre à vous de trouver à quel endroit il est le moins cher. Il en va aussi des collisions. Comme je le précisais plus haut, la maniabilité n’étant pas des plus faciles, vous allez vous prendre des murs et autres bâtiments, ou encore percuter d’autres véhicules. Vous serez alors dans l’obligation de réparer votre HOVA. Me concernant, j’ai trouvé que cela ajoutait une certaine immersion dans le gameplay, car il faut guetter de ne surtout pas tomber à cours d’essence. Notez qu'on peut tout aussi bien customiser son HOVA de bien des manières.
 

Que vous dire de plus sur Cloudpunk si ce n’est que malgré ses défauts, le jeu mérite qu’on s’y attarde surtout pour la découverte de son scénario et de son rendu visuel proche. Car oui de plus loin, comme je le spécifié, le jeu est victime de clipping constant. Il faut savoir par moments faire abstraction de certains points, tant que cela ne vienne pas trop entraver l’expérience de jeu. Certains diront que cette mouture Switch est loin d’être optimisée, ils n’ont peut-être pas tort, d’autres s’en contenteront se disant alors qu’il vaut mieux se contenter d’une version downgradée que pas de version du tout. Et en ce qui me concerne je fais plutôt parti de ces derniers joueurs, ayant apprécié mes diverses sessions de jeu sur Cloudpunk !
 
Test de Samy Joe
 
Ce qu’on a aimé :
  • La direction artistique
  • L’ambiance cyberpunk bien retranscrite
  • La bande son qui colle parfaitement à l’ambiance
  • Un rendu graphique coloré
  • Un scénario qui réserve quelques surprises

Ce qu’on a moins aimé :
  • La prise en main trop rigide
  • Le clipping constant
  • Un p’tit côté répétitif (allers-retours) dans les missions
  • La présence de saccades
 

Prix : 24.99€
Genre : Aventure, Action
Taille eShop : 3 466 MB
Développeur / Éditeur : Ion Lands / Merge Games
 
Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie. Les images publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu et la note attribuée reflète notre avis personnel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire