mardi 19 janvier 2021

[TEST] Phogs sur Nintendo Switch

Bienvenue dans Phogs ! Un univers unique, coloré, rempli de douceur, où 3 mondes colorés vous attendent, bourrés d’énigmes à résoudre seul ou accompagné. Coatsink Software vous invite à partager la vie d’un petit toutou, qui avec une tête à chaque extrémité va, tel un petit boudin élastique, vous faire mordre l’aventure à pleine dent sur Nintendo Switch !


Vous voici donc plongé dans ce monde unique où calme, sérénité et réflexion vont s’allier pour vous faire vivre une aventure unique. Ici vous dirigez donc ce petit toutou à deux têtes et il sera votre unique moyen d’avancer dans les 3 mondes que vous propose le jeu. Le premier monde, celui des aliments, vous fera traverser des forêts de céleris, de tartines et autres joyeusetés à grignoter… Le second, celui des rêves, vous emportera dans le monde doux et rêveur de la nuit. Ses étoiles, et autres lumières douces et apaisantes sauront vous combler si vous ne vous assoupissez pas évidemment. Le dernier monde, celui des jeux, sera un magnifique voyage au sein des jeux de plein air, d’arcade et d’autres surprises que je préfère vous laisser découvrir. Sachez que vous pourrez parcourir ces mondes à votre convenance, en partant de votre petit coin de paradis qui reliera ces derniers au fur et à mesure de votre avancée. 

Phogs est un jeu d’énigmes, et le but premier est de trouver les étoiles cachées dans chaque monde pour activer la gueule des gentils vers assoupis, qui une fois réveillés vous emporteront dans le monde suivant. Pour cela notre petit saucisson poilu aura à sa disposition un arsenal incroyablement fourni ! Bon j’exagère un peu car au final, vous pourrez simplement mordre et maintenir dans votre gueule, et vous étirer comme un élastique. Cette double fonction semble limitée mais en fait elle va être intelligemment mise en pratique tout au long de votre périple. 

Quelques exemples plus clairs vous aideront peut-être à mieux visualiser la chose. En effet, notre petit chien est dirigé par vos deux sticks (un pour chaque tête) et les gâchettes L et R serviront à mordre (un bouton par tête) et les ZL et ZL à vous étirer. À partir de là, vous pourrez par exemple mordre un côté d’une boule et l’autre côté pour tirer et l’ouvrir en deux, ou simplement mordre une bouche de ventilation, qui fera ressortir l’air de l’autre côté du toutou et ainsi peut-être faire tourner des hélices situées un peu plus loin pour activer un mécanisme. Ou encore attraper une boule de lumière qui vous permettra de vous transformer en lampe torche vivante ! Les possibilités sont nombreuses et surprennent souvent par leur ingéniosité au fur et à mesure de notre parcours. 


D’ailleurs, le mode 2 joueurs, vous permet de diriger chacun une tête de toutou, et ce sur la même manette ou simplement avec des Joy-Con séparés. Il va s’en dire que quelques situations risquent d’être plutôt drôles selon votre coordination. Car si évidemment le principe de base est très simple, parfois la maniabilité laisse à désirer. En effet, si mouvoir notre petit saucisson sans pattes reste plutôt aisé, le fait d’avoir 2 têtes distinctes à diriger n’est pas toujours chose facile. On arrive à s’embrouiller assez facilement, et si heureusement rien n’est véritablement punitif dans le jeu, on pestouille parfois quand on inverse inconsciemment la tête bleue et la tête rouge. Rien de terriblement pénalisant, mais qui dans certaines situations nous oblige à recommencer plusieurs fois le temps de retrouver ses marques. 

Le jeu va donc mélanger les phases de plateforme ou plutôt d’équilibre dirons-nous, puisque vous ne pouvez pas sauter, là où il vous faudra traverser des plateformes ou autres zones sans tomber par exemple, et les phases d’énigmes (généralement assez simples ceci dit) où votre dextérité et votre réflexion seront mises à l’épreuve. En fait, pour la plupart elles ne sont pas trop complexes. On sent que le jeu a été prévu pour être fait aussi par les enfants, sans que pour autant tout soit totalement acquis d’avance d’autant qu’évidemment elles se corseront dans les niveaux plus lointains. 

D’ailleurs pour les adeptes de la compétition, vous aurez aussi des nonos cachés à récupérer ainsi que d’autres personnages secrets à découvrir, histoire de donner un peu plus de durée de vie au jeu.


Graphiquement, nous évoluons donc dans différents mondes ayant leur propre touche artistique. Parfois sombre, mais toujours colorés et dans des tons pastels très agréables voir duveteux, on déambulera entre personnages atypiques, drôles et mignons qui reflètent bien cet univers merveilleux. Le moteur Unity utilisé pour le jeu est du plus bel effet, sans évidemment être d’une technique incroyable, même si quelques petits bugs de collision ou simplement due à la physique parfois aléatoire de notre chien, font que l'on peut avoir des situations un peu étranges ou frustrantes quand la moitié de celui-ci se retrouve dans le vide sans que l’on puisse le faire remonter, ou qu’un élément que l’on déplace se bloque dans un coin et que l’on galère à le faire bouger. 

Ceci dit, ces moments sont rares et l’on oublie rapidement ces petits déboires pour profiter de notre moment de détente. Car oui, même si Phogs est un jeu de réflexion, on se surprend à apprécier les décors, à trouver certaines idées drôles et totalement inattendues, à se laisser bercer par la petite musique apaisante et au final à avancer tranquillement mais sûrement au fil des univers qui nous sont proposés. 


En conclusion, Phogs est un jeu très agréable à parcourir. L’idée du petit chien saucisson à deux têtes que l’on aurait généralement tendance à mettre au pied de notre porte pour éviter les courants d'air est finalement astucieusement et intelligemment utilisée. Son élasticité et sa capacité à s’accrocher ou à mordre auront de nombreuses possibilités. Certes le moteur physique n’est pas un foudre de guerre et quelques petits agacements lors des déplacements sont à prévoir, mais dans l’ensemble cela fonctionne plutôt bien, surtout à 2 joueurs où les fous rires seront de mise (ou les engueulades c’est selon). 

Si graphiquement la technique reste simple, les couleurs agréables et les mondes vraiment uniques et travaillés rattrapent largement le côté enfantin et simple du jeu. D’ailleurs son côté duveteux et apaisant nous offrira une agréable séance de jeu. Donc si vous êtes en manque de jeux colorés, avec des énigmes pas trop retors à partager avec vos enfants ou votre conjoint, vous trouverez ici de quoi satisfaire votre curiosité. 

Test de Muten Roby

Ce qu’on a aimé : 
  • Des graphismes adorables et duveteux 
  • Des idées à foison 
  • 3 mondes qui semblent peu, mais au final très complets 
  • Si on aime les toutous, on est comblés 
  • Le mode 2 joueurs 
  • La simplicité de la prise en main... 

Ce qu’on a moins aimé : 
  • ... mais qui peut parfois devenir perturbante 
  • Quelques bugs ça et là 
  • Le moteur physique pas toujours au top 
  • Ne vous attendez pas à une difficulté extrême 


Prix : 24,99€ 
Genre : Aventure, Plateforme, Casse-tête 
Taille eShop : 5 261,00 MB 
Développeur / Éditeur : Bit Loom / Coatsink Software 

Test réalisé depuis une version gracieusement fournie. Les images publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu et la note attribuée reflète notre avis personnel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire