vendredi 26 février 2021

[TEST] Fallen Legion Revenants sur Nintendo Switch

Les miasmes recouvrent le monde et les humains sont pour la plupart contaminés, se transformant petit à petit en monstres… À tour de rôle vous allez incarner Lucien, un politicien qui tirera les ficelles dans l’ombre et Rowena, fantôme en quête de vengeance et qui veut sauver son fils des mains de son geôlier. Voici en quelques mots le résumé de ce RPG dont il est question ici et qui n’est pas la suite de Fallen Legion Rise to Glory...


Fallen Legion Revenants vous emporte dans un RPG à scrolling horizontal avec un système de tour par tour propre que nous allons détailler, couplé à des décisions politiques qui influeront sur votre destin.

En effet, vous allez jouer principalement Rowena, le fantôme vengeur qui, en voulant sauver son fils, va devoir affronter des hordes de monstres tout au long de son périple. C’est avec elle que tout le système de combat sera mis en avant. Lucien qui viendra s’intercaler entre les combats ou à la fin d’une zone, lui ne combattra pas, mais sera un allié de poids pour vous aider dans votre tâche en essayant de gagner des faveurs ou des aides grâce à ses compétences politiques. Mais nous y reviendront.

Le système de combat est plutôt intéressant à prendre en main. Rowena ne sera pas seule à combattre fort heureusement pour elle. Pour l’accompagner, vous trouverez tout au long de votre aventure des "armes" nommées Exemplars, représentées par des combattants(tes) (Oui on peut comparer ça à du Xenoblade 2 en quelque sorte) qui seront les principaux générateurs de dégâts. Chaque arme est représentée par un des boutons de votre Joy-Con (A, B, Y) et Rowena sera le bouton X. La zone de combat se divisant en deux parties distinctes, l’une avec trois cases étant la vôtre, la seconde de quatre, correspondra à celle des ennemis. Libre à vous de vous déplacer latéralement de l’une à l’autre des cases pour éviter certaines attaques, ou pour aller sur une zone de soin, ou tout simplement pour vous rapprocher d’un ennemi.


Chaque personnage ayant 3 slots d’attaques qui se rechargent lentement une fois utilisés, ce sera à vous de bien gérer vos combinaisons pour faire le maximum de dégâts, ou simplement pour remplir votre jauge de magie qui vous permettra de lancer des attaques spéciales ou simplement de pouvoir utiliser Rowena. Le bouton L vous permettra de vous protéger, sachant qu’une parade parfaite vous octroie un bonus en rechargeant une de vos jauges pour tous les Exemplars (qui sont au nombre de 3 maximum en combat) et qui plus est peuvent mettre l’ennemi en position de faiblesse. Du coup le système est assez dynamique, même si parfois quand les ennemis sont nombreux, il est peu évident de voir à quel moment les attaques à distances risquent de vous atteindre. La vigilance est de mise !

D’ailleurs chaque Exemplar pourra avoir des attaques spéciales permettant par exemple de rapprocher un adversaire pour mieux le frapper, ou simplement de l’éloigner d’une zone lui permettant de se soigner ou d’être plus puissant. À vous de bien étudier la zone du combat. On regrettera juste la répétitivité des affrontements hors phase de boss. Car si ces derniers proposent généralement un vrai challenge en tuant régulièrement vos templars (que Rowena peut ressusciter pendant le combat en restant appuyer sur le bouton correspondant au défunt) le chemin vous menant à ce dernier est souvent long et répétitif sans apporter de véritable plaisir une fois les bases maîtrisées.


Heureusement, Lucien viendra régulièrement casser la monotonie de votre périple en vous proposant des phases plus calmes ou le dialogue primera. Dans son château, il arrivera à communiquer avec vous tout en vacant à ses occupations pour essayer de vous aider au mieux. Dans ces moments-là, vous le dirigez pour parler à ses convives/alliés/détracteurs pour tenter de manœuvrer au mieux et d’essayer de faire en sorte que les décisions politiques aillent en votre sens. Souvent ces phases auront un timer pour vous obliger à prendre des décisions rapidement, parfois en accusant des personnes, en faisant des promesses pour les rallier à votre cause, ou peut-être en faisant des actes beaucoup plus répréhensibles tout en essayant de faire porter le chapeau à d’autres. À vous de prendre les décisions que vous croyez justes, mais cela peut conduire Rowena à sa perte…

Le château de Lucien sera aussi le théâtre de l’évolution de vos Exemplars. C’est à cet endroit que vous pourrez, après avoir reçu les récompenses de vos batailles, équiper vos armes, ou simplement débloquer des aptitudes après avoir rempli certaines conditions. Par exemple, pour débloquer une nouvelle technique magique, vous devrez avoir bloqué 100 attaques, ou poussé 150 fois un ennemi et ainsi de suite... Tout sera accessible dans le menu de vos compagnons, histoire de savoir quoi faire pour les rendre plus forts. Ainsi les possibilités sont assez nombreuses et plutôt intéressantes.


Du coup dans les faits, tout ceci semble être un bel enrobage pour avoir un jeu plutôt intéressant, et c’est à moitié vrai. En fait, si les phases de combats comme citées précédemment sont intéressantes à plus d’un point, même si souvent redondantes, les phases politiques sont assez aléatoires et moyennement passionnantes. Le souci, est que sans avoir ce que nos décisions peuvent engendrer, il peut y avoir un Game Over après un combat acharné contre un boss, juste à cause d’une décision qui nous paraissait juste mais qui au final nous dessert. Ou simplement faire un run long et répétitif, et à cause d’un choix, devoir le recommencer depuis le début… Ça peut être vite agaçant, sachant que le seul moyen de sauvegarder la partie est d’arriver dans notre château pour sauver en parlant à un personnage précis. De même que l’exploration du dît château se résumant à quelques petites salles différentes donnera rapidement l’impression de tourner en rond.


Pour ce qui est de la partie graphique, là aussi le jeu souffle le chaud et froid. Sans être magnifique en soit, il propose des personnages travaillés et qui ont du style. Surtout les Exemplars et Rowena. Lucien lui aura autant de charisme qu’un arbre en plein hiver et les monstres seront plus ou moins réussis, selon les goûts de chacun, mais ne vous attendez pas à être subjugués. Seuls les boss peuvent prétendre à avoir une plus-value, même si certains sont parfois moins imposant qu’un seul de vos combattants, ce qui peut être assez déroutant !

Par contre, ce qui m’a particulièrement chagriné se sont les décors à scrolling qui se répètent à l’infini et qui donne encore plus de redondance aux combats, comme si on était sur un manège que l’on tournait autour d’un même point sans s’arrêter. D’autant que les zones se ressemblent énormément ce qui n’aide pas vraiment à trouver un souffle nouveau dans votre périple. Si on rajoute des temps de chargement à rallonge par rapport à ce qu’il y a à afficher, on se dit qu’une petite optimisation pourrait être la bienvenue à ce niveau là.

On notera quelques ralentissement lors des phases de transition entre votre périple et l’intervention de Lucien, mais hormis cela le jeu s’en sort plutôt bien pour ce qui est de des effets lors des différentes attaques, même si la 2D donne toujours cette impression que l’animation n’est pas très naturelle et vectorielle.


En conclusion, Fallen Legion Revenants est un titre qui malgré ses qualités nous a peu emballé. Si le système de combat est riche et plutôt bien pensé grâce à sa nervosité et ses possibilités croissantes, il reste parfois un peu brouillon et est surtout plombé par sa répétitivité et longueurs avant d’atteindre les boss qui peuvent apporter un véritable challenge. Les Exemplars sont une belle idée, bien pensée et agréable à développer notamment grâce à leur variété et leurs aptitudes, contrairement à Lucien et sa politique qui comme dans la vie réelle à tendance à plomber l’ambiance tout en nous envoyant dans des directions ou la finalité ne sera peut être pas celle que l’on attendait. Si techniquement le jeu reste joli à regarder malgré sa simplicité, les temps de chargements à rallonge et les sauvegardes peu pratiques noircissent un peu plus le tableau. Heureusement, si de notre côté le jeu restera moyen au final, vous pourrez vous faire une idée de ce qui vous attend grâce à la démo disponible sur l’eShop.

Test de Muten Roby

Ce qu’on a aimé :
  • Des combats dynamiques
  • Les Exemplars variés
  • Les possibilités de customisations de ces derniers
  • Le mélange action / politique
  • Graphiquement correct
  • Les combats de boss

Ce qu’on a moins aimé :
  • Lucien et son univers politique auraient mérité mieux
  • Les temps de chargements à rallonge
  • Les redondances dans les combats
  • Le décors infini et se renouvelle peu au final
  • Les choix politiques qui peuvent plomber une partie
  • Le château avec 4 pièces, c’est plus une maisonnette
  • Uniquement en anglais, ce qui peut parfois poser quelques problèmes pour les non initiés


Prix : 39.99€
Genre : RPG, Action
Taille eShop : 1 607,00 MB
Développeur / Éditeur : YummyYummyTummy / NIS America

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie. Les images publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu et la note attribuée reflète notre avis personnel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire