mercredi 28 avril 2021

[TEST] The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel IV sur Nintendo Switch

Aujourd’hui est un jour important ! L’ultime épisode de la saga The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel est enfin arrivé. Ce quatrième opus conclut donc une très longue aventure commencée il y a déjà quelques années (2013 pour être précis) sur PS Vita et PS3 si on ne comptabilise que cet embranchement et non les arcs parallèles ou connectés. Nihon Falcom est toujours aux commandes de ce nouvel épisode et NIS America est toujours le distributeur du jeu. Nous allons donc découvrir ce final tant attendu par les fans (en évitant au possible les spoils) et tous ceux qui ont pu se lancer dans l’aventure (comme moi, votre serviteur) avec le troisième opus sur Nintendo Switch.


Avant toute chose, si vous démarrez avec cet épisode et que vous avez peur d’être perdu, c’est tout à fait normal. Chaque épisode s’étalant généralement sur une centaine d’heures, il est évident que de commencer par le quatrième semble être peine perdue. Heureusement, il n’en est rien et vous aurez le loisir d’aborder celui-ci en ayant les résumés complets de tous les précédents jeux tout en ayant un explicatif complet sur chaque personnage important de l’histoire. Et croyez-moi, ils et elles sont nombreux !

Le troisième opus s’étant terminé sur un cliffhanger assez important que je vous laisserai découvrir par vous-même, vos compagnons repartent à l’aventure pour essayer de stopper le conflit qui sévit dans le pays avant que celui-ci ne sombre totalement, tout en essayant de libérer un des protagonistes principaux de votre aventure. En effet, le scénario qui va s’étaler encore une fois sur une centaine d’heures va se focaliser sur ces deux missions principales. Bien évidemment elles seront agrémentées d’action, de rencontres, de retournements de situations et de diverses surprises que je ne vais pas énumérer ici, mais plutôt vous laisser découvrir.

Contrairement au troisième opus qui était mené de main de maître, ici l’histoire semble pâtir du syndrome “Game of Throne saison 8” avec beaucoup plus de longueur surtout dans la première moitié de l’aventure et quelques maladresses scénaristiques, sans non plus rendre le tout insipide rassurez-vous. On aurait préféré que la quête nous menant à notre héros soit un peu moins à rallonge. Ceci dit quelques belles séquences d’anthologie vous attendent quand même (notamment lors de vos retrouvailles) et le final (avec une bonne et une mauvaise fin) devrait combler vos attentes, ou en tout cas nous l'espérons.


Le système de combat ne change pas par rapport au troisième opus. Basé sur une zone d’affrontement, un peu à la façon d’un Tails of, vous aurez loisir à vous rapprocher ou à vous éloigner de vos adversaires. Vous pourrez voir sur votre gauche à quel moment chacun des protagonistes (au nombre de 4 dans votre équipe et échangeables à volonté avec les autres membres du groupe hors combat) pourra “jouer”, éventuellement avoir des bonus, et ainsi prévoir votre stratégie en fonction. Bien évidemment, énormément de possibilités s’offrent à vous et je vais essayer de vous les expliquer du mieux possible en vous présentant l’écran des affrontements :
  • L’attaque principale utilisera votre arme de prédilection pour frapper directement l’adversaire. Elle n’utilise pas de compétence spéciale et sera un peu votre attaque de “recharge” de vos CP (craft points)
  • Les crafts sont les compétences principales de vos protagonistes. Attaque, défense, soin, chaque élève à ses propres capacités qui coûteront plus ou moins de CP. Généralement elles vous permettent d’avoir des bonus/malus dont vous pourrez bénéficier ou faire subir à l’adversaire.
  • Les super crafts vous permettent d’utiliser (si vous avez assez de CP) les attaques ultimes de vos personnages.
  • Les arts sont un peu la magie que vos personnages peuvent utiliser. Selon les orbes que vous équipez (et dont les possibilités sont incroyablement nombreuses tant dans le choix que dans l’évolution) et qui vous permettront d’envoyer divers sors en utilisant des EP mais qui demanderont toujours un peu de temps de cast.
  • Le mouvement, vous l’aurez compris, vous servira essentiellement à vous positionner soit à bonne distance pour caster tranquillement, soit à vous rapprocher de votre adversaire pour mieux l’occire.
  • Les ordres, grâce aux braves points, vous permettent de bénéficier de buffs provisoires (défensifs ou offensifs) qui dureront plusieurs tours. À vous de bien les utiliser car ils pourront vous sauver la mise plus d’une fois et seront même parfois totalement cheatés selon les situations.
  • Les items, évidemment, vous permettront d’utiliser diverses potions et autres accessoires pour vous aider en combat.
  • Le changement est très utile à partir du moment où vous avez plus de 4 personnages dans votre équipe. Cela vous permet à chaque tour de switcher entre les élèves disponibles.
  • Le link entre 2 protagonistes que vous choisirez, qui permettra d’avoir des aides pendant votre attaque, soit basique, soit plus spectaculaire en fonction des points de BP que vous avez en réserve.
  • Exit pour finir, c’est pour les personnes qui voudront fuir un combat un peu trop houleux pour eux (et ça pourra arriver plus souvent qu’on ne le croit).


L’orbalis est toujours de la partie et vous permettra d’optimiser encore plus vos personnages. Ce smartphone évolué sera votre principal compagnon afin d’apprendre de nouveaux sorts, ou aptitudes de manière à mieux préparer vos combats et surtout de devenir de plus en plus puissants au fil de votre aventure. Bien évidemment les combats de mechas toujours aussi impressionnants, toujours portés sur l’attaque défense seront toujours les bienvenus pour varier les plaisirs.

Les nouveaux venus quant à eux découvriront le côté “harem” du jeu qui est toujours au rendez-vous, voire encore plus surexploité tant les protagonistes entourant votre héros seront nombreux et nombreuses (plus d’une vingtaine au final). À vous de vous lier d’amitié ou plus si le cœur vous en dit et ainsi créer de nouvelles idylles. Nous aurons d’ailleurs le plaisir de retrouver nombre de mini-jeux tout au long de l’aventure, histoire d’agrémenter encore un peu plus celle-ci. Pêche, et autres Puyo Puyo seront de la partie et les heures risquent de défiler encore un peu plus !


Techniquement, le jeu reste dans la même veine que ses prédécesseurs, et c’est l’un des points un peu négatif à notre sens. On reste sur un style PS3 et force est d'avouer qu’on aurait aimé profiter un peu plus des capacités de la machine actuelle. Car même si la Switch n’est pas forcément ultra puissante, elle permet d’obtenir de belles choses graphiquement parlant. Alors certes le jeu reste agréable à l'œil, et ne souffre pas de grosse lacune, et l’on pourrait même dire qu’au final on continue dans la lancée des anciens opus, mais bon, si l’on compare aux autres productions actuelles, la différence commence sérieusement à se voir.

D’ailleurs le troisième opus nous avait gratifié d’une très bonne traduction française, et avait fait le bonheur de nombre de joueurs souvent rebutés par la langue anglaise. Ici un énorme rétropédalage a été effectué et aucune traduction n’a vu le jour. Du fait, le jeu est entièrement en anglais, avec le choix des voix anglaises ou japonaises. Autant vous dire que si vous ne maîtrisez pas un minimum la langue de Shakespear, vous risquez de passer à côté d’énormément de choses, car forcément le jeu est extrêmement bavard et ce dès le début. Évidemment, les joueurs ayant fait les premiers opus ne seront pas dépaysés et y trouveront certainement leur bonheur.


En conclusion, nous avons ici un épisode qui suit parfaitement la continuité de son aîné. Le scénario est prenant, même avec des longueurs, et saura vous tenir en haleine jusqu’à ses dénouements. Le système de combat est identique et reste encore à ce jour un des meilleurs pour un J-RPG. Vous aurez tout à loisir de pouvoir choisir votre niveau de difficulté tant parfois les boss peuvent être retors. Les deux principaux bémols viennent surtout du fait que le jeu n'ait pas été traduit en français contrairement au 3ème opus et que techniquement on commence à sentir fortement le poids des années du moteur graphique. Ceci dit, si vous êtes un habitué de la série vous ne pourrez pas passer à côté de ce final qui devrait satisfaire grand nombre d’entre vous.

N’hésitez d’ailleurs pas à aller jeter un œil au test du 3ème volet, réalisé par votre serviteur et qui complètera le test ici présent -> The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel 3

Test de Muten Roby

Ce qu’on a aimé :
  • Une centaine d’heures de jeu au bas mot
  • Tout le casting est présent !
  • Enfin le final que l’on attendait
  • Le système de combat toujours aussi plaisant
  • Les mechas
  • Plein de mini jeux
  • Voix japonaises

Ce qu’on a moins aimé :
  • Pas mal de longueurs dans le scénario
  • Graphiquement propre, mais daté
  • Pas de traduction française cette fois
  • Ça parle vraiment beaucoup parfois (mais ça peut être positif pour d’autres)


Genre : Aventure, RPG, Stratégie
Taille eShop : 10 903 MB
Développeur / Éditeur : NIHON FALCOM / NIS America

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie. Les images publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu et la note attribuée reflète notre avis personnel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire