mardi 6 décembre 2016

[GeeKritique] Ma critique de Are You Alice? Tome 6

Dans le tome précédent, Loir alla annoncer à la Reine de Cœur qu’une exécution imminente allait se produire, celle de la Reine de Cœur elle-même. Après avoir échangé de nombreux mots, le Loir comptait passer à l’offensive mais ce n’était sans compter sur le Chapelier Fou, fidèle serviteur de la Reine de Cœur, qui le pourchassa. Pendant ce temps-là, Alice, en compagnie du Chat du Cheshire, écoutait les paroles du Dodo, toutes identiques jusqu’au moment où il vint à demander de l’aide et là le Chat du Cheshire le poignarda dans le dos. La 88ème Alice fit son apparition et avec le Chat du Cheshire ils attaquèrent Alice allant même jusqu’à le poignarder à son tour. Ce dernier en profita et se vengea sur le Chat du Cheshire lui coupant la main avant de prendre la fuite. Alice se retrouva ensuite face au Lapin Blanc mais la situation n’en fut pas meilleure le concernant. Au palais, l’affrontement battait son plein et le Chapelier Fou ne put faire autrement que de tirer sur le Loir, son ami. Mais il ne le tua pas pour autant. Le but du Loir était de pousser le Chapelier Fou à désobéir aux ordres de la Reine de Cœur et si on se soustrait par trois reprises aux ordres de sa Majesté alors l’individu voit son temps reprendre son cours. De son côté, la Reine de Cœur n’approuvait pas ce stratagème et exigea du Loir qu’il se fasse tuer par le Chapelier Fou. Le Loir n’obéissant pas aux ordres de sa Majesté décida de se suicider. C’est sur cet événement majeur que se terminait ce cinquième tome assez violent d’Are You Alice?, je vous invite donc à poursuivre cette traque au travers de ce sixième tome, disponible aux éditions Kazé.


Après une confrontation des plus violentes avec le Lapin Blanc, Alice réussit à s’échapper. Toutefois, il n’est pas tiré d’affaire pour autant. Son esprit est perturbé, il ne sait plus comment agir et les choix qu’il doit faire ne seront pas sans conséquence. Errant et déboussolé, il pense ne pas voir d’autre alternative que de poursuivre les règles du jeu imposées mais voilà qu’il se retrouve face à sa grande sœur, qu’il a au préalable tuée, dans le pays des merveilles. Sa colère monte alors d’un cran avant que le Lapin Blanc ne refasse surface face à celle qui a lui-même baptisée Marianne, la grande sœur d’Alice. Un nouveau face à face est alors de rigueur, Alice, toujours en sang, se retrouve une fois encore dans une mauvaise posture.

Au palais, la Reine de Cœur annonce au Chapelier Fou que son ami a mis fin à ses jours de son plein gré et que la situation devient fâcheuse après que le Chapelier Fou ait failli à sa mission. Le voilà en proie face à la Reine de Cœur qui se demande si la sincérité du Chapelier Fou est toujours de mise la concernant. Sentiment que ce dernier ne partage plus forcément. Le Chapelier Fou connaîtrait un moyen de retrouver sa liberté, chose qui serait rendu possible s’il venait à désobéir à la Reine de Cœur par trois reprises. C’est alors qu’il se retrouve de nouveau face au Chat du Cheshire entreprenant alors un acte surprenant lui demandant de lui donner un ordre…

Ça démarre très fort avec un Alice complètement largué, son esprit est embrouillé au point de ne plus savoir où donner de la tête. J’avoue d’ailleurs que par moments je me perds moi-même dans cette histoire qui prend vie au travers d’une autre histoire (celle du professeur), mais c’est magnifiquement bien mené. La trame scénaristique est assez complexe, on a vraiment l’impression de s’y égaré tout comme le fait Alice, j’ai moi-même le sentiment d’être largué tout autant que lui par moments, puis tout s’éclaircit et la poursuite de la lecture n’en demeure que plus plaisante. C’est vraiment un plaisir de découvrir chaque fois le nouveau dénouement de l’histoire et justement, la traque mis en place dans ce tome offre au scénario son lot d’interrogations et de retournements de situations. J’aime beaucoup la tournure que prennent les événements au sujet du Chapelier Fou notamment, qui remet lui-même en cause certaines de ses actions et son dévouement envers la Reine de Cœurs. Les scène avec le Lapin Blanc sont pas mal non plus, vous verrez.

Dans ce sixième tome, le Chapelier Fou fait part d’une certains insouciance, chose qui n’est pas dans ses habitudes, et retourne auprès d’Alice. On assiste d’ailleurs à un chapitre complet entre les deux où Alice reste cloué au lit causant avec le Chapelier qui profite un peu de répis. Le Lapin Blanc est aussi beaucoup mis à l’honneur dans ce tome, tout comme Mars (appelé Mitsuki par le Chapelier Fou) qui plus est passe beaucoup de temps avec Alice. Cela fait plaisir de retrouver d’anciens protagonistes, je parle notamment de Mars, qui sera appelé Lièvre de Mars par le Lapin Blanc, où certaines de ses actions m’ont un peu surpris. On retrouve ici une intrigue centrée sur les personnages évoqués ci-avant où l’humour ne manque pas de faire son apparition, remplaçant la violence du précédent tome. On retrouve donc un tome davantage porté sur de nouvelles situations bien que l’on aperçoit quelques gouttes de sang. Ce dernier point reste minime en comparaison au cinquième tome. La traque suit ici son cours avec certaines remises en question qui sortent du lot.

Concernant le scénario de Ai Ninomiya, ça se complique un peu, on tient bon d’autant plus que c’est toujours de qualité. Et on profite de cette trame tout en admirant le côté artistique de l’œuvre que nous offre Ikumi Katagiri. Sérieux, c’est toujours un bonheur que de découvrir telle ou telle situation au travers de ses dessins, je trouve ça sublime. Son style est vraiment attrayant, joyeux et sombre à la fois, le mélange est maîtrisé nul doute là-dessus. Comme je l’ai déjà évoqué lors de précédentes chroniques, la découpe de vignettes joue un rôle important je trouve dans la bonne appréciation et découverte de cette série. Certes j’ai davantage jouit d’un plaisir visuel au tome 5 de par la violence affichée et l’aisance prise dans les coups de crayons mais ce tome 6 reste tout de même dans une bonne lignée. J’aime les diverses pages où la découpe est originale nous montrant une certaine introduction à une action future.



Je reste toujours autant impressionné, admiratif devant le travail accompli par les mangakas tout comme celui d’Anaïs Koechlin, traductrice de Black Studio, pour qui cela ne doit pas être évident dans certaines situations mais qui doit vraiment prendre un certain plaisir d’adaptation sur cette série. Je pense que son travail a le mérite d’être reconnu à chaque chronique, je lui tire donc mon chapeau et la remercie pour le plaisir qu’elle me procure à lire sa traduction. La qualité est aussi au rendez-vous du côté de l’éditeur Kazé avec un papier de qualité, un encrage très appréciable et une couverture très artistique. Et pour cette dernière je compte m’y attarder un peu.

Ça peut vous paraître étrange que je m’attarde sur la couverture de ce tome mais j’apprécie beaucoup la sobriété des couleurs présentes et le design mis en place sur la couverture. Elle est très faible en couleurs, très épurée avec une forte dominance de blanc qui me fait penser au côté pure de l’être humain et de rouge qui me fait me remémorer à tous le sang versé dans le tome précédent notamment avec Alice suivi du face à face entre le Loir et le Chapelier Fou. D’ailleurs, après une effroyable lutte dans le tome 5 entre le Lapon Blanc et Alice, c’est un plaisir de les voir côte à côte sur la couverture de ce sixième tome, laissant l’honneur de la face arrière au Chapelier Fou et au Chat du Cheshire.

Ce sixième tome est bien plus calme que le précédent en termes d’action. Ici, on laisse davantage place aux dialogues, à la convalescence d’Alice ainsi qu’à la nouvelle attitude du Chapelier Fou. Je trouve que le comportement de ce dernier est assez intéressant dans ce tome bien qu’il soit peu actif en termes d’actions, outre une scène avec le Chat du Cheshire qui sort du lot. On nous offre dans ce tome davantage de scènes drôles en termes de paroles et une petite allusion est faite à Doraemon lors d’une petite prise de tête entre le Liève (Mitsuki) et Alice. J’ai trouvé que le dénouement de ce tome était assez intéressant notamment de par l’attitude affirmée du Lapin Blanc face au Lièvre. Traque à suivre…

« Un sixième tome moins dynamique que son prédécesseur mais toutefois assez intéressant où le Lapin Blanc affirme son tempérament joueur. Le scénario s'annonce intriguant pour la suite des événements. »
GeeKritique de Samy Joe

Note : il est normal que par moments, dans lé série, certains termes au sujet d’Alice soient utilisés au masculin ou au féminin.



Are You Alice? Tome 6
de : Ai Ninomiya, Ikumi Katagiri

Prix : 7.99€ (Le commander chez Kazé)
Genre : Aventure, Fantastique
Public conseillé : 12+

Lire les premières pages du tome 1.

Lire la critique du tome 7 (à venir).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire