lundi 22 janvier 2018

[TEST] Syberia 2 sur Nintendo Switch

Vous aviez aimé les aventure de Kate « Croft », voyageant dans les endroits les plus beaus et mystérieux à la recherche de Hans Voralberg ? Alors suivez-moi pour connaître la suite de sa magnifique aventure, car le studio Microïds nous a permis d’avoir ce second opus sur Nintendo Switch. Certains me diront pourquoi s’embêter à le prendre sur Switch alors qu’il est disponible sur PC, PS4 et Xbox One ? Eh bien, si vous souhaitez connaître la réponse je vous invite à poursuivre votre lecture.


I - Le Grand Blanc
Nous reprenons donc là où prenait fin le premier volet. Kate, même en ayant retrouvé Hans Voralberg, décide de ne pas rentrer, mais d’aider ce veille homme à réaliser son dernier vœu : se rendre à Syberia, à la grande surprise de son employeur et de ses proches, qui commencent à se poser des questions sur la santé mentale de Kate.

Afin de savoir où elle se trouve et de la ramener, son employeur engage un détective. Nous découvrons dons une Kate qui a mûri. Elle continue d’apprendre auprès du vieux Hans et également à le comprendre et à croire à ses histoires. Il faut savoir que vous pouvez aisément jouer à Syberia 2 sans avoir fait le premier opus. Vous ne serez donc pas perdu car le jeu vous proposera un résumé du premier jeu, mais dans l'idéal je vous invite à vous y plonger quand même. Cette première expérience vous permettra de connaître et de comprendre la façon de jouer, mais aussi à ne pas être perdu et de connaître chaque personnage que vous rencontrerez lors de se second opus.



II - Gameplay
De ce côté-là, pas de grands changements. Nous retrouvons le même principe de point and click que dans le premier opus et vous pouvez interagir avec certains objets qui vous donneront des indices afin de pouvoir avancer dans votre enquête. Comme dans Syberia premier du nom, soit Kate prend les objets, soit une petite loupe apparaît ce qui vous permet de voir la surface de l’objet et de pouvoir l’analyser ou interagir avec. Vos indices et vos objets sont stockés dans votre inventaire, ils seront à utilisation unique ou parfois vous devrez les utiliser plusieurs fois mais cela reste rare.

Vous passerez donc des phases de recherche aux phases de discutions avec les différents personnages que vous rencontrerez. Les objets ou indices récoltés vous permettront de poser des questions plus ciblées. Vous vous trouverez d’ailleurs face à des personnages parfois très bizarres qui vous diront s'être égarés dans Syberia 2 (le prête pour moi sort directement de Resident Evil, j’avoue qu’il ma vraiment fait peur sur le coup).


Le style de jeu de Syberia peut faire penser à une escape room. Syberia 2 possède également un mode tactile un peu maladroit. Je m’explique : le mode tactile est idéal pour interagir avec les différents éléments, mais lorsqu’il s’agit des déplacements de Kate Walker ils deviennent laborieux et maladroits. Mais ce mode est quand même assez intuitif car il propose un affichage automatique des marqueurs d’indices si vous vous retrouvez en difficulté.

III - Graphisme et musique
Du point de vue visuel, Syberia reste un jeu qui vous fait voyager. Vous passerez dans des lieux vraiment très beaux. Après quelques recherches sur les graphismes, on peut observer que Benoît Sokal (dessinateur belge et scénariste) a également bien apposé sa patte sur les graphismes de Syberia 2. Le jeu à bien été retravaillé pour le support de la Switch car il reste aussi beau qu’à l’époque. Même si on évolue dans du décor fixe (ou parfois on peut découvrir des bugs graphiques amusants, tel que se retrouver à faire parti d’un bar), les paysagex urbains comme les grandes plaines blanches restent vraiment des décors somptueux, même si par rapport au premier vous vous trouverez plus dans des décors de steppes glacées qu'en ville. Ce genre de décor vous fait vous sentir tout petit par rapport à ces lieux. Le design des personnages est vraiment très bien travaillé ce qui ne fait qu’améliorer le jeu d’acteur lorsque vous les rencontrez.


La musique du jeu comme pour le premier opus reste adaptée à chaque lieu et reste discrète. Elle ne fait ses entrées que lors de certaine actions et lors des cinématiques afin d’appuyer l’action en cours. Sinon le reste du temps vous serez entouré que par des sons naturels, tel que le son des oiseaux, le bruit du vent et le bruit de vos pas dans la neige ou sur le gravier.

IV - Conclusion
Malgré un côté répétitif que l’on peut reprocher au jeu, Sybéria 2 reste vraiment un titre que je vous conseille de découvrir. Les décors, la musique, l’histoire et l’ambiance sont vraiment aux rendez-vous pour vous faire voyager de manière agréable. D'autant que la jouabilité en mode nomad est elle aussi appréciée. Vous ne me croyez pas alors tenter vous-même l’aventure, si les énigmes et le point and clic ne vous fait pas peur. Je vous dis donc à la prochaine en espérant que Syberia 3 ne tarde pas à faire sa venue.

Test de Laylorane


Toutes les images publiées dans ce test sont issues des sessions de jeu de Laylorane.

Ce que j’ai aimé :
  • L’ambiance
  • La musique
  • L’histoire
  • La beauté des graphismes

Ce que j’ai moins aimé :
  • L’aspect répétitif qui peut devenir lassant

Prix : 29.99€
Genre : Aventure, Casse-tête
Taille : 1 324.35 MB
Développeur/Éditeur : Microïds

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie par l’éditeur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire