lundi 20 août 2018

[TEST] Dead Cells sur Nintendo Switch

Je vous ai pas mal embêté ces derniers jours sur les réseaux sociaux en partageant avec vous diverses images et autres vidéos de Dead Cells, un roguevania disponible sur Nintendo Switch aussi bien sur l’eShop qu’en version physique. J’ai ici passé beaucoup de temps à courir à droite à gauche, à chercher diverses armes et autres améliorations, à dégommer un grand nombre d’ennemis… Bref, à rager comme pas possible ! Mais j’ai tenu bon, la manette bien accrochée, et après plusieurs runs je suis fin prêt à vous parler plus en détails de Dead Cells, un jeu développé par le studio français Motion Twin, dont mon expérience de jeu s’est avérée des plus intenses !


Pour commencer, niveau scénario c’est assez simple. Le joueur va ici incarner un personnage sans tête. En fait, c’est de base une forme verte plutôt visqueuse qui va prendre possession d’un corps qui s’est vu décapité. Votre but sera de quitter l’île sur laquelle vous vous trouver et pour cela vous devrez faire face à une horde d’ennemis en tous genres qui tenteront de vous nuire une fois que vous croiserez leur chemin. Certains d’entre eux sont équipés d’armes blanches, d’autres de sorts magiques, certains laisseront même traîner, une fois que vous les aurez tués, des œufs ou autres verres afin de vous faire perdre quelques points de vie. Une sorte de petit cadeau empoisonné suite à la mort que vous leur avez infligé. Quoi qu’il advienne, vous devrez les dégommer car certains ennemis libéreront des cellules bleues une fois tués. Ces cellules vous seront par la suite d’une grande utilité car elles vous permettront de débloquer diverses aptitudes, armes et autres objets.


Une chose est sûre, c’est que dans Dead Cells vous ne manquerez pas d’armes, mais il vous conviendra de bien choisir l’arsenal qui vous sciera le mieux dans votre périple. Épées, doubles dagues, arcs, sorts, grenades, tourelles d’arbalètes, pièges à loups ou encore fouets et j’en passe… Les gamers appréciant le genre Metroidvania jubileront sans nul doute devant le fouet leur rappelant ainsi la série Castlevania. Vous pourrez donc disposer de deux armes « principales » ainsi que deux autres armes « secondaires », comme les tourelles d’arbalètes, bombes explosives et autres capacités, qui généralement nécessiteront un certain temps avant de se recharger. Chaque arme infligera un certain nombre de dégâts à son adversaire, là ou d’autres disposeront de caractéristiques supplémentaires infligeant davantage de dégâts via des coups critiques ou encore de la récupération de PV, entre autres…

Aussi, tout au long de votre parcours, vous récupérerez des parchemins de puissances ou des parchemins de gardiens qui augmenteront vos stats selon 3 catégories, privilégiant soit la brutalité, la tactique ou alors la survie. Puis une fois un parcours terminé, vous devrez alors répartir vos cellules récoltées dans telle ou telle compétence afin d’en débloquer son accès puis vous devrez choisir parmi plusieurs mutations possibles. Les choix que vous ferez ici seront primordiaux pour la suite de votre périple, alors réfléchissez bien aux aptitudes que vous pensez maîtriser au mieux.


Dead Cells est un jeu d’action pur et dur en 2D offrant un rendu visuel en pixel-art de très grande qualité ! Le jeu m’a de suite séduit, avec son humour dérisoire, son rendu visuel des plus accrocheurs, on ne peut vraiment pas manquer de constater un travail très minutieux. La gestion du pixel-art est d’excellente facture, vous ne manquerez pas d’apprécier le côté graphique sans faille avec une très bonne gestion des couleurs. Que l’on soit en territoire intérieur ou extérieur, tout est ici peaufiné et la gestion de la lumière en attestera ! Et il en va de même pour son côté musicale. La bande son de Dead Cells vous plonge au plein cœur de l’action, sans pour autant vous stresser davantage. Ce ressenti c’est le gameplay qui vous le procurera et ce aussi bien en mode TV que portable. Je n’ai d’ailleurs pas constaté de gros soucis, au contraire le jeu est même très fluide ! Seul reproche que je lui ferai : un saut d’image assez étrange se produit quand on arrive près du marchand d’armes ou d’objets dans un niveau. Chose qui n’arrive pas souvent mais je tenais à le souligner.

Sinon, il y a bien des choses que j’ai aimés dans Dead Cells, tant son contenu est vaste alors que le jeu peut se finir bien plus vite qu’on ne le pense. Mais ça c’est ce que l’on pense lors des premières minutes de jeu. Puis, vous trouvez la mort et là, surprise ! Vous ne disposez plus de rien (ou presque) et vous recommencez depuis le TOUT début. Pas de checkpoint qui tienne ! Du coup, vous avancez pour repartir de plus belle et autre surprise, le niveau n’est plus le même. Eh oui, les niveaux sont générés de manières aléatoires, du coup, il faudra que vous trouviez un tout autre chemin. En voilà une autre très bonne idée des développeurs. De ce fait, vous aurez alors l’impression d’être dans un autre niveau, bien que le level design de ce dernier soit du même acabit. Cependant, chaque niveau dispose de son propre environnement, l’un plus difficile que l’autre, et inversement. En fait tout dépendra de votre dextérité dans tel ou tel niveau. Me concernant, pour vous donner un petit exemple, j’ai eu plus de difficulté à traverser les égouts toxiques que le toit de la prison. Après chaque joueur est différent, et votre stuff d’armes sera tout aussi important pour traverser tel ou tel endroit.


On ne manquera pas de souligner que Dead Cells offre un gameplay très nerveux, bien précis, nous faisant ressentir une certaine jouissance. Du moins, ce fut mon cas ! Je n’ai aucun reproche à faire au niveau de la prise en main, tout est très bien calibré, à vous donc de bien vous huiler avec les mécaniques de jeu. On peut soulever que Dead Cells se classe dans le genre « roguevania » ou encore « roguelite » dû aux divers endroits que vous serez amené à explorer et de par la replay value dont il fait part. Préparez-vous mentalement car ce jeu procure une véritable addiction malgré qu’il mette vos réflexes et votre ambition à rudes épreuves, et c’est peu dire, croyez-moi.

J’en ai passé des runs à rager mais toujours avec plaisir et ce même si par moments ça en devenait angoissant pour ma propre santé mentale. Surtout lors des différents défis proposés en cours de niveau. Il y a tellement de choses à découvrir dans Dead Cells, c'est un titre où les niveaux changent du tout au tout. En tout cas, peu importe la structure du niveau, ce n'est du coup jamais linéaire, on y replonge tentant d’aller toujours plus loin pour enfin en voir le bout…



Dead Cells est un titre comme on aimerait en voir plus souvent, offrant au joueur une sacrée bonne dose d’adrénaline, cumulée au stress à marteler les touches d’attaques, tout en pensant aux armes secondaires qui peuvent s’avérer judicieuses face à telle sorte d’ennemis. Vous êtes là à constater que votre barre de vie diminue mais que vous arriverez à venir à bout du Concierge du Pont Noir par exemple, voulant utiliser votre potion au tout dernier moment, mais ce boss ne vous laisse pas faire, alors vous vous éloignez et… Je vous laisse le soin d’imaginer la suite du scénario car rien n'est écrit à l'avance. Quoi qu’il en soit, force de persévérance, on peut accomplir de grandes choses que ce soit dans la peau d’un joueur en parvenant à terminer ce jeu, véritable bombe atomique de plaisir, ou d’un développeur apprenant alors la satisfaction ressentie d’un gamer sur le jeu qu’ils ont conçus.

Nul doute à dire que Dead Cells est un jeu magistralement bien orchestré et ce à tous les niveaux. Un conseil : ne vous privez pas d’un tel chef-d’œuvre sur Nintendo Switch (entres autres) !

Test de Samy Joe


Ce que j’ai aimé :
  • Son univers procédural
  • Sa replay value
  • Le côté esthétique, visuellement parlant, avec un pixel-art de grand art !
  • Sa bande son très immersive
  • Les diverses améliorations à débloquer
  • Le level design aux p’tits oignons
  • Le bestiaire bien garni
  • Sa fluidité
  • Les défis à surmonter
  • L’ambiance globale de Dead Cells

Ce que j’ai moins aimé :
  • Les légers sauts d’images quand on arrive près des marchands d’armes/objets

Prix : 24.99€ (eShop) / 34.99€ (version physique)
Genre : Action, Plateforme
Taille sur l’eShop : 466.62 MB
Développeur/Éditeur/Distributeur : Motion Twin / Merge Games / Just For Games

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie par le distributeur. Les images publiées dans ce test sont issues de mes propres sessions de jeu.

Vous pouvez commander l’édition physique de Dead Cells, qui contient un petit artbook, via le site de Just For Games : Dead Cells (Nintendo Switch)



-- Galerie d’images personnelles --



















Aucun commentaire:

Publier un commentaire