vendredi 30 novembre 2018

[TEST] Nickeloden Kart Racers sur Nintendo Switch

Welcome to Nickelodeon Kaaaaaaart. Racers ! Oui, l’annonce rappelle un certain titre sorti il y a bien longtemps, mais force est de constater que les créateurs de GameMill Entertainement se sont inspirés fortement des jeux du genre pour nous faire découvrir leur nouveau jeu de course/karting, dont les héros savamment choisis ne vous seront certainement pas inconnus.


Qui ne connaît pas Bob l’Éponge, Patrick l’étoile de mer, les Tortues Ninja ou même Arnold de la série Hé ! Arnold, ces héros de séries pour enfants (ou les grands enfants parfois) ? Hé bien, ce sont eux, parmi les 12 personnages que vous pourrez choisir dans le jeu, ils feront parti de vos pilotes attitrés ! Évidemment chacun avec son propre véhicule plus ou moins loufoque et ses caractéristiques uniques, que vous pourrez faire évoluer en fonction de la customisation de votre karting. Mais nous y reviendrons un peu plus tard.

Bien entendu, histoire que nos chers pilotes s’en donnent à cœur joie, il nous faut différents modes de jeu. Et ils sont plutôt classiques :
  • Le mode solo qui vous permettra de faire des grands prix de 4 courses dans différents championnats et des courses simples que vous pourrez faire seul ou en équipe avec un ordi, ou des contre-la-montre histoire de vous entraîner à être le plus rapide.
  • Le mode multijoueur qui, lui, se contentera de vous proposer jusqu’à 4 joueurs en écran partagé avec la possibilité du jeu en équipe et en rajoutant le mode arène histoire de pimenter un peu plus les choses. Par contre AUCUN jeu en ligne pour affronter vos amis éloignés.
  • - Et pour finir la boutique qui vous permettra d’acheter vos pièces de karting avec l’argent durement gagné en jeu. 
Bref, rien d’original, mais l’essentiel est présent pour s’amuser. Enfin, encore faut-il de la matière à cela n’est-ce pas ?


Le jeu semble ne pas être avare en contenu vu que les courses sont au nombre de 24 et généralement variées, mais auront souvent des redites au niveau des thèmes (monde des jouets par exemple) et notamment des doublons qui seront en fait les mêmes circuits en mode miroir. Du coup on aurait préféré avoir plus de circuits uniques quitte à avoir ensuite leur version miroir, histoire d’avoir encore un peu plus de choix.

Ceci dit, graphiquement ça reste correcte, sans être très détaillé, mais avec un style très cartoon. Aussi propre en mode TV qu’en mode portable (même si le framerate m’a semblé parfois erratique et l’impression de vitesse pas folle), Nickelodeon Kart Racers est très lisible et dans l’ensemble j’aurais tendance à dire qu’il reste agréable à l’œil. Par contre il ne faut pas être allergique au vert, qui reste tellement prédominant dans le jeu, qu’il peut être un véritable frein aux réfractaires de la couleur ! Les kartings et les personnages par contre n’ont pas vraiment fait l’objet d’un soin particulier. Juste reconnaissables mais sans plus, on a vraiment le strict minimum syndical. Peu de détails et des modèles 3D simplistes, qui resteront dans l’idée proches de leurs homologues cartoonesques.


L’originalité viendra plus des circuits, qui ont plusieurs types de surface. Le bitume, le slime et les airs (qui n’est pas vraiment une surface, mais vous m’aurez compris). De ce fait, votre véhicule s’adaptera en fonction de cet environnement, un peu à la façon d’un Sonic Racing, il aura des ailes pour planer, des bouées pour flotter et évidemment les roues pour rouler et déraper, mais aussi des embranchements, ou route secondaire qui s’ouvriront aléatoirement au fils des tours, de quoi varier un peu les plaisirs, même si ça n’engendre pas d’effet spectaculaire ou autre mise en scène pour prévenir le pilote des changements.

D’ailleurs, vous n’aurez les dérapages turbos qui vous permettront d’avoir un boost à la Mario Kart (il fallait bien le citer à un moment ou un autre) uniquement en mode voiture et seront particulièrement efficaces pour semer vos assaillants.


Du coup le gameplay reste classique mais s’adaptera aux différentes variantes de véhicule (plus accrocheur sur roues, plus d’inertie sur le slime) et la conduite bien qu’un poil rigide parfois, reste parfaitement jouable. Petit bémol pour le planeur qui est un peu étrange à piloter au début mais c’est juste une question d’habitude.

Vous aurez d’ailleurs un turbo qui s’accumulera au fur et à mesure que vous roulerez sur du slime (tout ce qui ressemble de prêt ou de loin à du liquide vert sur les images et j’espère que vous aimez le vert), qui avec ses trois niveaux de puissance, vous permettra d’aller encore plus vite. Mais ce n’est évidemment pas tout. N’oublions pas ce qui donne le charme des jeux de karts : les bonus pour éclater le plus d’adversaires possibles !

Leur nombre reste conséquent, plus d’une vingtaine, allant du missile biberon, à la flaque de bulles, en passant par les méduses qui vous cacheront la vue pour finir avec la spatule qui va vous écrasera comme une crêpe. Ce ne sont là que des exemples et les façons d’occire vos adversaires sont très nombreuses, autant que celles pour vous protéger quand vous êtes en première place. Car évidemment selon votre classement en course les bonus seront plus à même de vous faire progresser dans le classement.

Et chose assez sympathique et rare, chaque pilote aura son propre bonus personnel pour se tirer d’affaire et ils sont assez balaises !


Petite chose appréciable, que j’ai oublié de citer lors des courses, est le fait que parfois il ne faudra pas juste être le premier, mais aussi remplir certaines conditions pour voir le drapeau à damier ! Prendre une trajectoire qui vous oblige à passer d’un certain côté d’une bouée au risque d’être éliminé au bout de plusieurs ratés, ou le décompte qui élimine le dernier pilote au bout de 15 secondes et ce jusqu’à l’arrivée, feront partie des différents défis à effectuer durant vos grands prix, ce qui donne un peu de peps à votre conduite et du coup casse un peu la monotonie du championnat.

Championnat où vous pourrez d’ailleurs débloquer 3 coupes cachées en remportant chacune de celles déjà ouvertes, en gagnant simplement celles-ci. Aucune obligation d’être premier à chaque course, seul le résultat final étant valable pour avoir les 3 étoiles signifiant que vous avez remporté la manche. Du coup vous pourrez affronter les autres pilotes non plus sur 4 courses, mais bien 8 à la suite dans les 3 championnats cachés. Au moins le challenge est présent !


Nous en parlions au début, la customisation ! En effet, vos véhicules, pourront être en partie modifiés au fur et à mesure de vos courses. Et ce, grâce aux pièces jaunes récoltées sur la piste, ou à chaque gain de niveau obtenu, qui vous débloquera un tour de victoire : 1 minute pour récupérer 5 bonus, histoire d’avoir soit de l’argent soit des pièces de voitures ! Du coup, vous pourrez changer les roues, moteur, ailes, bouées et peinture, pour augmenter ou diminuer les stats et ainsi avoir une conduite plus adaptée à votre style de jeu ! Pour autant ça ne changera pas la carcasse de votre engin qui au final restera toujours la même. Le cosmétique étant autour.

Par contre la collecte reste assez longue, car sur le circuit vous aurez une trentaine de pièces d’or par course en moyenne et chaque achat vous coûte entre 120 et 500 pièces pour une seule modification. Il va falloir courir, courir et encore courir !

Dernier point rapidement abordé, la musique. Coupez-la ! Bien qu’elle ne soit pas forcément horripilante, elle est totalement insipide et plus pénible qu’autre chose. Aucun thème n’est marquant et on a surtout l’impression qu’ils se ressemblent tous, telle une vieille musique de Bontampi des années 90… Pire elle pourrait rester ancrée dans votre tête pour la journée complète !


En conclusion, Nickelodeon Kart Racers n’est pas un mauvais jeu en soi. Certes il reste très simple d’accès, plutôt basique graphiquement et les items ont une fâcheuse tendance à être un peu trop violents contre nous quand on est en tête de course. Mais il reste sympathique à jouer et plaira certainement à de jeunes joueurs fans des séries animées dont il s’inspire. La customisation, même si elle est importante en nombre n’est pas assez visuelle. Il est d’ailleurs dommage de ne pas avoir fait d’autres options pour la carcasse du véhicule. On aurait aimé un mode multi en ligne, mais le mode 4 joueurs tourne parfaitement et est assez fun, même si le mode arène est très basique au final. Et évidement si vous avez déjà un jeu du style, made in Nintendo, vous pouvez oublier ce jeu et retourner à vos carapaces rouges.

Test de Muten Roby

Ce qu’on a aimé :
  • Le style graphique cartoon
  • La conduite facile à prendre en main
  • Les armes bonus
  • Les variantes d’objectifs
  • Le multi à 4 sur la même console
  • Les personnages choisis
  • Le nombre de circuits…

Ce qu’on a moins aimé :
  • …mais qui se ressemblent beaucoup au final
  • Le slime vert partout… ça pique les yeux
  • Peu de personnages en fin de compte
  • Le peu d’effort sur l’aspect graphique général
  • La musique dans son œuvre
  • Le mode arène basique
  • Pas de multi en ligne


Prix : 39.99€
Genre : Course
Taille eShop : 1 000 MB
Développeur / Éditeur : Bam Tang Games / Game Mill

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie par le distributeur. Les images et vidéo publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu et la note attribuée reflète notre propre avis personnel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire