mardi 22 octobre 2019

[GeeKritique] Avis : Pitch-Black Ten Tome 1

Les mangas Buster Keel ou Fairy Tail - La Grande Aventure de Happy ne vous sont peut-être pas inconnus, ni leur auteur Kenshirô Sakamoto... Eh bien, ce dernier nous propose ici un nouveau manga du genre shonen, axé fantasy gothique dans Pitch-Black Ten. Je vous propose donc de découvrir mon avis sur le 1er tome de cette série, éditée chez Pika Edition, qui n'en comptera que 3 au total. Idéal pour les férus de série courte !


Résumé de l’éditeur :
En ce monde, le dogme de Luna cherche à imposer le bonheur à tous. Et pour ses adeptes, le bonheur se trouve… dans la mort ! Momo, jeune institutrice d’un petit village, fait la rencontre d’un étrange garçon tombé du ciel qui ne se souvient ni de son nom, ni d’où il vient. Mais lorsque les villageois subissent l’assaut des missionnaires de Luna, ce garçon sans passé, baptisé Ten par celle qui l’a aidée, invoque une immense faux destructrice à l’aide d’un mystérieux rosaire…

On fait vite la connaissance de Ten en découvrant qu’il n’est pas un garçon comme les autres. Rien qu’en le voyant tenir en main une « crotte »… Mais cela va bien au-delà. Et pour cause, c’est lors de la venue d’un apôtre de Luna, qui va faire un léger carnage, qu’on apprendra que le jeune Ten en serait un lui aussi. Et quand on parle de carnage, bien que les images soient brèves, il n’en demeure pas moins que des enfants se voient tués. Une petite part de violence est ici à prévoir. C’est alors que Ten, possesseur d’un rosaire de Luna aux ailes noires, va montrer ce dont il est capable affrontant cet apôtre qui est venu décimer les villageois.

Voyant Momo prise d’une grande tristesse, le jeune Ten lui indique alors qu’il va se charger d’une mission, celle d’exterminer tous les missionnaires afin de la rendre heureuse…

Pas mal d’actions dans ce 1er tome avec divers affrontements dont le rendu visuel est plutôt agréable. On écope de traits assez vifs lors des face à face bien qu’ils soient assez courts. Cela ne va donc pas durer une plombe. En même temps la série se termine en 3 tomes, ce qui reste court pour un shonen, donc il est préférable de ne pas s’éterniser en combats.

SHIKKOKU NO TEN © Kenshiro SAKAMOTO / Kodansha Ltd.

D’un point de vue graphique, je trouve que cela reste tout de même assez inégal. J’entends par là que par moments les dessins sont bien plus travaillés, on sent que le mangaka apprécie de mettre tel personnage ou situation en avant. D’autres trouveront que le coup de crayon est particulier notamment au niveau des visages avec de longs traits bien droits sur le nez ou le menton par exemple, ou encore des yeux assez inhabituels, des effets d’ombres simplistes... et j’en passe !

On pourrait croire que ce shonen vienne s’ajouter à un catalogue déjà bien garni mais il a le mérite de proposer une petite chose en plus, une chose que j’ai particulièrement aimé : la mise en avant des sentiments. Ici, on évoque le bonheur mais qui se ressentirait au travers de la mort. Un peu étrange tout ça non ? Aussi, bien qu’on fasse lumière sur notre jeune héros, on ne manque pas d’apprendre 2-3 choses intéressantes, dont une petite révélation à son sujet en toute fin de tome.

Je dirais donc que ce 1er tome de Pitch-Black Ten plonge bien le lecteur au cœur de l’histoire, il y a matière à être tenu en haleine et la plupart des dessins mettent bien en avant l’action encourue. Aussi, le rendu graphique est appréciable rendant ce tome dynamique comme il le faut. Et puis, on termine notre lecture par une scène qui laisse planer le suspense pour le tome suivant.

Comme d’accoutumé, je tiens à remercier Clarisse et les éditions Pika pour leur soutien continuel.

GeeKritique de Samy Joe

Pitch Black Ten Tome 1
de Kenshirô Sakamoto

Aucun commentaire:

Publier un commentaire