mardi 31 janvier 2017

[GeeKritique] Ma critique de Riku-Do - La rage aux poings Tome 1

En fin d’année dernière, les éditions Kazé ont dévoilé plusieurs nouvelles séries dont ils ont acquis les licences et je vais ici vous parler de la première d’entre elles qui met à l’honneur la boxe, mais pas que. Après que Kazé ait dévoilé les premières pages pour la promotion de cette série, je n’ai attendu avant de les lire et je suis directement tombé sous le charme, si on peut le dire ainsi, de cette découverte et ce pour plusieurs raisons. Déjà au niveau de la violence qui en émane, mêlée à un scénario assez dur émotionnellement parlant, puis j’ai ensuite été touché par le rendu visuel des premières vignettes en découvrant un coup de crayon assez vif et précis, et ce aussi bien pour des scènes dotées d’arrière-plans clairs comme plus sombres. Du coup, je ne pouvais passer à côté de ce premier tome que je me suis empressé de lire une fois réceptionné afin de vous en parler plus en détail. Ce premier tome sort donc aux Éditions Kazé le 8 février prochain et il n’y a pas à dire, l’éditeur monte sur le ring avec beaucoup de pep’s et se retrouve sous les feux des projecteurs avec cette nouvelle acquisition très poignante et déconseillée au moins de 16 ans qu’est Riku-Do – La rage aux poings !


Résumé de l’éditeur :
Pour se venger des coups qu'il a reçus, Riku boxe le corps de son père qui vient de se pendre. Il veut vivre avec sa mère, mais il découvre avec horreur qu'elle est dépendante d'un dealer brutal et sadique. Empli de rage face à toutes ces tragédies, Riku demande à un ancien boxeur devenu yakuza de lui apprendre à se battre pour défendre ceux qu'il aime. L'ex-champion refuse mais l'envoie chez son ancien entraîneur de boxe. Le jeune garçon trouvera-t-il sa voie dans ce sport âpre et violent ?

On fait donc la connaissance de Riku, un jeune garçon qui en a bien bavé pendant son enfance aux côtés d’un père qui le battait constamment. Mais le jour où ce dernier s’est pendu, chose qui arrive dans le milieu quand on trafique avec les Yakuza et qu’on ne rembourse pas son emprunt, Riku se venge à sa façon frappant alors le cadavre de son père tel un punching-ball. Son père n’étant plus présent du monde de vivants, Riku cherche alors à vivre avec sa mère mais c’est bien sûr sans savoir qu’elle aussi touche à des activités pas très catholiques. En plus de se droguer, elle est complice de recel de cadavre. Rien ne sourit donc à ce pauvre Riku et une vie des plus difficiles semble l’attendre au tournant.

La haine l’envahit alors, mais de là en découle une forte motivation, Riku souhaite se prendre en main et ne pas devenir un loser comme l’était son père. Suite à un précédent conseil qu’il a reçu de Kyôsuke Tokorozawa, ancien champion de boxe devenu aujourd’hui Yakuza, Riku va alors lui demander de le prendre en charge tel un élève afin qu’il puisse venir en aide et défendre les personnes qui lui sont chères. Mais cela ne se déroule pas exactement comme Riku le pensait, l’ancien champion décline alors sa proposition. Cependant, tout n’est pas perdu pour le jeune garçon. Kyôsuke l’emmène alors à la salle de boxe BABA pour rencontrer celui qui au préalable a fait de lui un champion, M. Shinji Baba. Riku semble être entre de bonnes mains mais sa détermination aura un prix. Reste à savoir s’il saura vivre avec et s’il est prêt à en assumer cette décision, celle de vivre au travers de gants de boxe…

RIKUDOU © 2014 by Toshimitsu Matsubara/SHUEISHA Inc.

Lorsque Kazé a commencé à promouvoir cette nouvelle acquisition, l’éditeur à commencer par proposer non moins de 44 pages gratuitement et le moins que l’on puisse en dire c’est qu’elles sont d’une extrême violence ! Le ton est placé au travers de coups violents, de scènes difficiles à regarder sans manquer d’observer une présence et non des moindres de scènes à connotations sexuelles. C’est assez dur et comme je l’évoquais le lecteur est directement plongé dans cette ambiance assez intense, que certains considéreront peut-être comme glauque. Cette violence n’est pas présente à chaque coin de page mais n’en demeure pas moins bien affichée dans ce premier tome. J’évoquais également la présence de sexe, mais on va bien au-delà de la simple relation charnelle entre deux personnes qui s’aiment. Ici, il est question de fellation offerte en échange d’une dose de drogue, de scènes de viol assez brutales et j’en passe. Les « jab » (coup de poing direct du bras avant) pleuvent et il en va de même pour le sang. Certains coups sont donnés et l’hémoglobine fait alors son apparition, cela va de soi. L’auteur, Toshimitsu Matsubara, nous le montre d’ailleurs avec une grande maîtrise, je trouve. Ce n’est pas démesuré, il faut bien marquer la violence de son œuvre et le sang en fait parti. Mais comme évoqué, cette violence est montrée de bien d’autres manières.

Nombreuses sont donc les scènes choquantes dans ce premier tome de Riku-Do mais d’autres savent vous toucher émotionnellement. Me concernant, je ne pouvais faire autrement que d’être ému par le passé que Riku a vécu. Il en a vu des vertes et des pas mûres, ce qui ne l’empêche pas, plus tard, de vouloir être un homme meilleur. Sa force de caractère est d’ailleurs assez impressionnante pour un garçon de son âge. L’auteur nous permet donc de bien cerner le jeune Riku ainsi que les autres protagonistes, essentiels à ce premier tome. Je trouve aussi que l’auteur ponctue tout ça avec un côté graphique très appliqué où j’aime découvrir les expressions faciales dégagées par les personnages. On ne peut qu’être touché quand on voit le regard de Riku. Un coup il est rempli de haine, puis triste, voir envahit par la peur et tout un coup son regard est vide, comme si rien ne l’atteignait. J’ai vraiment apprécié le travail fournit ici par Toshimitsu Matsubara. En plus de maîtriser son coup de crayon, l’histoire de ce premier tome est bien ficelée, on fait la connaissance du jeune garçon dont la rage prend possession de son esprit ainsi que des premiers personnages importants, du moins cela porte à croire qu’ils le sont pour la suite de la série.

RIKUDOU © 2014 by Toshimitsu Matsubara/SHUEISHA Inc.

Bien que ce premier tome offre une découpe de vignette classique, on écope tout de même de très jolies vignettes aux coups de poignets très vifs et précis. L’auteur frappe là où il faut pour que le lecteur soit absorbé par le coup donné, cela est valable aussi bien au niveau des dialogues qu’au niveau des coups réellement portés à autrui, ceux qui sont infligés au travers des gants de boxe. D’ailleurs, j’ai particulièrement aimé la rencontre entre Riku et Shinji Baba, l’ancien entraîneur de Kyôsuke, je l’ai trouvée hyper dynamique, très percutante, vraiment pleine d’entrain. Certaines vignettes sont limites somptueuses tant le plan dessiné envoie du lourd avec la présence de lumière, d’impact sur le coup donné, avec une gestuelle précise et un regard qui fait toute la différence. Aussi, les effets d’ombres ne manquent pas de ponctuer certaines pages, apportant une importante présence de noir qui, de ce fait, assombrit la scène encourue.

Ce premier round est vraiment de bonne facture d’autant qu’il fait évoluer le héros assez vite. J’entends par là que dès la moitié du tome, le scénario fait un bon de 7 ans dans le futur. On ne s’attarde donc pas sur l’entraînement que Riku a subit étant enfant et on sent que l’auteur va plutôt s’attarder sur Riku à l’âge adolescent, limite début de l’âge adulte. C’est du moins le pressentiment que j’ai après la lecture de ce premier tome. On y découvre donc notre jeune garçon devenu un homme et on constate bien les progrès réalisés et force d’acharnement les rêves peuvent devenir réalité. L’auteur nous en fait d’ailleurs une belle démonstration dans ce premier tome de Riku-Do où Riku dévoile ses réelles intentions quant au fait d’avoir choisi cette orientation qu’est la boxe professionnelle.



Comment le dire autrement si ce n’est que j’ai adoré cette découverte où Kazé frappe très fort en ce début d’année avec cette nouvelle licence ! Riku-Do est hyper violent certes, mais extrêmement profond aussi, on ne peut qu’être touché par le vécu du jeune Riku. La vie n’a pas été tendre avec lui et cela se ressent au travers des émotions dégagées dans ce premier tome. L’auteur offre à son lecteur un premier round assez complet tant au niveau de son histoire qu’artistiquement parlant. La gestuelle des personnages en pleine action est très immersive et les coups donnés n’en sont que plus forts. J’attends beaucoup de cette série et j’ai hâte de découvrir le prochain tome de Riku-Do qui laisse envisager un combat percutant. Rendez-vous sur le ring en avril prochain !

« Toshimitsu Matsubara offre à son lecteur un premier tome de Riku-Do très intense où la rage est vraiment le mot d’ordre. Un tome à la fois très violent et enrichissant, ne manquant pas d’entrain et doté de scènes émotionnelles très bien retranscrites. Une victoire dès le premier round ! »
GeeKritique de Samy Joe


Riku-Do - La rage au poings Tome 1
Auteur : Toshimitsu MATSUBARA

Genres : 16+, Drame, Sport
Prix : 8.29€ (le commander chez Kazé)

Lire les premières pages du Tome 1.
Voir le trailer.

Lire la critique du tome 2, tome 3 (à venir).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire