dimanche 10 septembre 2017

[GeeKritique] Ma critique de Les mémoires de Vanitas Tome 1

Vous faites peut-être parti des personnes qui ont découvert, comme moi, Pandora Hearts en version animée mais cette série existe avant tout en manga. Je vous évoque cette série car Jun Mochizuki, jeune mangaka créatrice de Pandora Hearts, nous offre aujourd’hui sa toute nouvelle œuvre, publiée une fois encore aux éditions Ki-oon. Les mémoires de Vanitas nous plonge en plein Paris à la fin du XIXe siècle où humains et vampires cohabitent de manière particulière. Laissez-moi donc vous faire part de mon avis après la lecture de ce premier tome de Les Mémoires de Vanitas.


Résumé de l’éditeur :
Fin du XIXe siècle. Paris est en plein émoi à la suite d’attaques répétées de vampires. Pourtant, la règle d’or de leur communauté est de ne pas s’en prendre aux humains ! Un mal mystérieux semble ronger ces créatures immortelles… 
C’est en cette période troublée que Noé arrive dans la capitale. Né suceur de sang, il suit la trace du grimoire de Vanitas, artefact légendaire craint de tous les vampires. On dit qu’il permet à son détenteur d’interférer avec ce qu’il y a de plus sacré pour eux : le nom véritable, symbole même de leur vie. Le modifier peut les rendre fous, voire les anéantir… 
À bord de l’énorme vaisseau flottant sur lequel il a embarqué, Noé fait la connaissance d’Amélia. Alors qu’il l’aide à se remettre d’un malaise, tout s’emballe : elle perd la tête et révèle sa nature de vampire devant les passagers ! C’est alors qu’entre en scène un mystérieux assaillant, se présentant comme… Vanitas ! Devant un Noé bouche bée, il dégaine le fameux grimoire et apaise l’accès de folie de la jeune femme. L’artefact ne serait donc pas qu’une arme mortelle ? Vanitas, héritier du nom et du pouvoir du créateur du livre, a une mission : sauver les vampires de la malédiction qui pèse sur eux !

©Jun Mochizuki/SQUARE ENIX CO., LTD.

Ce premier tome démarre assez fort. On fait la rencontre de Noé, un jeune homme vampire, qui débarque à Paris en dirigeable. Bien qu’il affiche un air très sérieux à première vue, il s’avère que son attitude change légèrement quand il aperçoit la capitale. Il devient limite hystérique, ce qui peut se comprendre, c’est la première fois qu’il y met les pieds et qui plus est via un moyen de locomotion qu’il juge admirable.

Après être venu en aide à Amélia, qui s’avère être un vampire, et qui ne va d’ailleurs pas le cacher en prodiguant un acte de morsure sur Noé afin qu’elle puisse reprendre des forces. Mais voilà, un inconnu fait irruption et se présente comme un médecin. Il est venu guérir la jeune femme qui semble avoir perdu la raison. Dès lors que celle-ci retrouve ses esprits, Noé et ce jeune homme font alors connaissance. Ce dernier se décrit comme être un simple humain guérisseur de vampires, répondant au nom de Vanitas ! Noé découvre alors que cette personne possède le grimoire dont il est à la recherche. Après plusieurs échanges, Vanitas, sans demander l’avis de Noé, le remercie de devenir son « bouclier ». Démarre alors un voyage qui s’annonce à la fois palpitant, violent et dont la finalité laisse entrevoir, au vue des termes de Vanitas, un acte sans pitié.

Très bonne surprise que ce premier tome de Les mémoires de Vanitas. Le scénario est très intéressant, captivant, avec une très bonne mise en place des bases de l’histoire principale contée au travers de dessins de qualités. On découvre donc ce duo dont la relation l’un envers l’autre n’est pas de tout repos. Tous deux disposent d’un tempérament assez fort, chacun affichant ses propres convictions. J’aime assez la relation entre ces deux personnages qui apporte une petite touche d’humour à la série qui ne manque pas d’action  et n’oubliant pas d’afficher une certaine violence. On parle ici de vampires, ce qui est donc assez normal pour moi.

En plus de proposer une intrigue palpitante, ce premier tome de Les mémoire de Vanitas attire aussi le regard de son lecteur. En effet, les dessins sont tout simplement très réussis et certaines scènes très bien mises en avant. On profite de très belles pages où le fantasy se mélange à l’univers steampunk et la précision du détail est de mise. Les vignettes sont disposées de manière à ce que le regard du lecteur soit au centre de l’action menée. J'adore ! On est vraiment attiré par ce côté graphique très détaillé où les émotions et autres perceptions humaines ne manquent pas d’effleurer notre regard. On assiste ici à de très belles scènes, qu’elles soient drôles ou plus difficiles à vivre, le travail de cette jeune mangaka est vraiment de qualité.



L’auteur, Jun Mochizuki, nous offre ici une série qui saura attirer votre curiosité. Me concernant, je trouve que le premier chapitre est très accrocheur et plonge le lecteur directement au cœur de l’action. La suite se calme un peu mais repart ensuite de plus belle. Je trouve que le principal quand on commence une série est d’être de suite intrigué, touché par la découverte de l’intrigue, des personnages et du principal de l’histoire. Certes, certaines séries mettent un peu de temps à démarrer avant que le lecteur n’accroche réellement, ce qui n’est pas le cas ici. Nous pourrons donc davantage juger une fois le second tome disponible. Mais si cela peut vous rassurer, Hiromu Arakawa, qui n’est autre que l’auteur de FullMetal Alchemist, a félicité Jun Mochizu en indiquant qu’après un tel premier chapitre il n’a plus d’autre choix que de suivre la série jusqu’à la fin. Comme je vous le disais, je partage moi-même ces dires. Si on accroche de suite, il y a de fortes chances qu’on aille jusqu’au bout. Pour moi c'est du tout bon !

« Un début captivant pour Les mémoires de Vanitas qui promet une intrigue de qualité pour la suite des événements. Après Pandora Hearts, Jun Mochizuki nous offre une nouvelle œuvre de grande envergure ! »
GeeKritique de Samy Joe


Titre : Les Mémoires de Vanitas T01
Auteur : Jun MOCHIZUKI

Parution : 06-07-2017
Format : 13 x 18 cm
Nombre de pages : 242
Prix de vente : 7,90 €

Lire les premières pages.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire