jeudi 12 octobre 2017

[TEST] Astro Bears Party sur Nintendo Switch

Ici ToxicGamer, pour mon premier test je me suis vu confier Astro Bears Party sur Nintendo Switch où j’ai pu faire un voyage dans l’espace en compagnie de petits oursons cosmonautes. En regardant les images du jeu on pourrait se dire en quoi il consiste avec ses traits de différentes couleurs. La règle est toute simple. On va y venir, alors installez-vous confortablement et préparez-vous à un petit jeu fort sympatoche.


UN DRÔLE DE CASTING !
Au commencement d’une nouvelle partie on a le choix entre quatre ours. Ils ont chacun leurs propres points forts et points faibles. Dans ce casting poilu, on retrouve Neil, Igor, Xiaoli et Bishnu. Tous disposent d’aptitudes propres à chacun en vitesse, pour tourner, en jet capacity et en jet regeneration.

LE MODE SOLO
Le fonctionnement du jeu se concentre sur une planète de « grande » taille. Notre petit animal avance automatiquement, le but étant de récupérer des poissons qui ont des propulseurs sur eux. Pour les avoir, il nous suffit de tourner dans la direction voulue. Normal. Mais la vraie difficulté, et c’est là que se situe le cœur du jeu, est de réussir à éviter nos anneaux magiques. Ce sont des traces épaisses comme une matière et si on la touche, c’est le gamer over direct. Pas de seconde chance ni aucune vie. On recommence tout. Une partie se déroule ainsi : lors du premier stage on doit avoir 10 poissons. Au deuxième stage ça monte à 20 et ainsi de suite. Ils ne se baladent pas tous en groupe. Ils apparaissent un à un à chaque fois qu’on attrape l’un d’eux. On peut se donner un petit défi qui est de réussir à faire le plus grand combo à la suite de poissons attrapés.

Le gameplay n’est pas aussi simple que cela puisqu’il est possible de faire des sauts à l’aide de notre jetpack mais aussi de pouvoir prendre un sprint de courte durée. Du moins en solo ce n’est pas si difficile que cela, il faut juste avoir une grande attention sur nos trajets. C’est à nous de prévoir le parcours à réaliser pour ne pas se piéger soi-même. Plus on avance dans les stages, plus la rapidité de notre ours augmente. Mais attention, notre matière prend exactement la même trajectoire que notre progression. Si on se met à faire un petit saut ou un grand saut grâce au jetpack, notre « fil « sera suspendu dans les airs pendant un court instant. Et la planète n’est pas si vaste que ça. Elle reste de petite taille. Alors il est très facile de se faire prendre comme un rat en touchant notre matière. L’intérêt de ce mode, à un joueur, est de battre le meilleur score, à savoir obtenir le plus grand nombre de poissons au cours d’une partie. Un classement de fin de partie nous montre nos différents scores avec chaque ours.


LE MODE MULTIJOUEURS LOCAL, AMUSANT ET FUN
Astro Bears Party est un titre qui se veut drôle à partir de deux joueurs minimum. Jouer seul on finit vite par tourner en rond (c’est le cas de le dire). Il est possible d’y jouer jusqu’à 4 en local, d’où le nombre d’ours disponibles. D’ailleurs, ce jeu n’a pas le mot « party » dans son titre pour en rien.

Alors là le principe change un petit peu. Dites au revoir aux poissons venus du fin fond de l’espace et dites bonjour à celui ou celle qui arrivera à avoir le plus de points face à son adversaire. Dans les options il est possible de choisir le nombre de points maximum à avoir pour finir la partie, cela va de 20, 40, 80 à 160 points. On peut aussi choisir la taille du globe, à savoir petit, normal ou grand.

La partie se joue en écran partagé mais on joue bien sur la même planète. J’ai fait des sessions en mode portable et la taille des deux écrans scindés n’est pas dérangeante du tout. Ça se joue plutôt bien, on dispose d’une bonne visibilité. On ne pouvait pas espérer mieux. Pour deux joueurs je conseille largement la taille la plus petite. J’ai testé de nombreuses parties avec ma famille (seulement des sessions de 2 joueurs, n’ayant pas 4 manettes) et l’éclate était bien présente. Ça devient très vite le gros bordel et notre matière ne disparaît pas, contrairement au mode solo, ce qui fait que quand vous jouez sur une petite zone, qu’il faut non seulement éviter sa propre matière mais qu’en plus il faut aussi avoir toujours un œil sur l’autre, ça part dans tous les sens et les rires sont nombreux. Les points vont de quatre en quatre. Une partie de 20 points peut alors s’écouler à la vitesse de l’éclair.

Mais c’est cela qui est super dans ce petit jeu. À deux joueurs ce n’est déjà pas facile, imaginez donc une partie jusqu’à 4 ours kamikazes qui se déplacent dans tous les sens. On saute pour essayer de ne pas se faire toucher par l’autre joueur, on fait des zigzags pour essayer de le prendre en sandwich mais cette technique peut être aussi mortelle pour nous. Et quand une session dure assez longtemps et qu’il y a des traits dans tous les recoins, il faut parvenir à se frayer un chemin dans de tous petits passages. L’idée est assez bien pensée. Le jeu en lui-même n’est pas dur et la prise en main assez facile. C’est plutôt qu’il faut être attentif à tout et avoir de très bons réflexes. Enfants comme plus grands, le jeu amuse et le côté compétitif fonctionne bien.


MAIS UN CONTENU BIEN TROP FAIBLARD !
Maintenant j’en viens au gros point noir du jeu, son contenu. En l'espace de quelques minutes on en a déjà fait le tour complet. Quand j’y joue j’ai l’impression de jouer finalement à une démo qui propose que le premier niveau. Pourquoi ça ? Tout simplement parce qu’il n’y a qu’une seule planète, ça ne se renouvelle pas. On pourrait prendre ce Astro Bears Party comme un mini jeu d’un Mario Party qui est devenu un gros jeu à lui seul mais où il manque clairement beaucoup trop de choses.

Ce que j’aurais voulu voir dans ce jeu c’est d’avoir des planètes plus grosses avec des obstacles à éviter, des trous, des lasers, des chutes de météorites, de la gravité, éviter d’autres objets en plus des poissons et si on les récupère on a des malus voir tout simplement finir par un game over. Il peut clairement y avoir plein de bonnes idées mais dans l’état actuel du jeu au moment où j’écris mon test, c’est trop peu. J’imagine, j’ose espérer même que des mises à jour compléteront le jeu car il n’est pas mauvais. Même si le contenu n’est pas conséquent cela n'enlève en rien le plaisir de jeu.

Après, il faut être réaliste. Combien coûte le jeu ? Seulement 4.99€. À un tel prix on ne peut pas s’attendre non plus à un fourre-tout général. Mais comme je le disais plus haut, pourquoi ne pas avoir des mises à jour prochaines ? Ce qui ferait peut-être revenir les joueurs régulièrement sur le jeu.



Pour conclure ce premier test, si vous voulez faire des soirées de sessions de jeu rapides à plusieurs, sans prise de tête et pour un faible coût, il est à posséder dans sa ludothèque Nintendo Switch. C’est le genre de jeu qu’on ressort pour faire des parties de temps en temps. Le principal dans un jeu est de s'amuser et on s'amuse dans celui-ci. Clairement ! Il aurait pu avoir plus de la moyenne avec un peu plus de choses dans le bide.

Test de ToxicGamer


Ce que j’ai aimé :
  • Le gameplay se prend vite en main
  • Le mode multi local peut vite devenir du grand délire
  • Une seule piste musicale électro mais entraînante
  • Son prix

Ce que j’ai moins aimé :
  • Un mode solo avec uniquement comme but de réussir à battre son meilleur score
  • Manque de tout : de différentes planètes, de challenges, de pièges et d’obstacles à éviter et j'en passe...

Prix : 4.99€
Genre : Action/arcade
Taille : 266,44 MB
Éditeur : QubicGames

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie par l’éditeur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire