mercredi 28 février 2018

[TEST] Mad Carnage sur Nintendo Switch

Si vous trouvez des ressemblances à la saga explosive des films Mad Max, n’ayez crainte, c’est tout à fait normal puisque ce Mad Carnage s’en inspire considérablement avec son univers et ses véhicules. Ce jeu offre une histoire créée par Evan Currie, un auteur très célèbre en Amérique de best-seller en science-fiction avec des séries comme Odyssey One ou Hayden War. On peut dire que le gars s’y connaît dans le registre. Découvrons donc ce que vaut ce Mad Carnage sur Nintendo Switch.


Ça se passe dans un monde qui est totalement dévasté par la Grande Guerre. Ce monde n’est plus que combats à morts à bords de véhicules équipés d’armes dévastatrices comme des lances-roquettes et des tirs de mitraillette.

Le principe du jeu est tel qu'on peut le voir comme un jeu de plateau virtuel. Les niveaux qui sont au nombre de 20 dans la campagne solo (et 8 cartes en multijoueurs) se passent sur des socles en carrés et ces carrés sont l’espace de jeu avec le décors et les affrontements entre notre équipe et l’équipe en face de nous. On se déplace comme sur des cases d’un plateau de jeu. Suivant votre moyen de portée, il vous sera possible de faire avancer votre véhicule d’un certain nombre de cases pour faire face à l’ennemi. On joue le tour de nos bolides puis une fois tous joués, on laisse la main à l’équipe adverse pour qu'elle puisse jouer à son tour. Le but est de bien sûr tous les détruire jusqu’au dernier avant qu'eux nous mettent la raclée de notre vie. Et cela ne va pas être un jeu d’enfant.


Dans chacune des cartes, plus ou moins grandes, le décors aura sa part d’importance avec les rochers et autres obstacles comme des conteneurs. Ils serviront de boucliers, ils sont là non pas pour nous gêner mais pour nous protéger puisque l’ennemi ne pourra pas nous tirer dessus si un rocher se trouve entre nous deux. C’est un peu comme le jeu du chat et de la souris. Mais attention, la destruction d’un engin se fait à la vitesse de la lumière. En un coup, il est détruit. Il faudra donc bien faire attention aux déplacements des deux équipes et même anticiper leurs gestes au risque de se faire prendre en sandwich.

Un chose n'est pas facile, à savoir quand on souhaite tourner. Quand on sélectionne une voiture on voit les quelques cases où il est possible de se placer mais pour prendre d’autres directions que d’aller tout droit, il faut parvenir à détourner les cases jouables en bougeant notre voiture de la mort aux bons endroits. Et si on s’approche trop des bords, il n’est plus possible de faire quoi que ce soit à part de se suicider en se crashant. Il n’est pas possible de faire de demi-tours sur soi-même sinon ce serait bien trop simple. C’est pour cette raison qu’il faut jouer intelligemment. Heureusement, on peut changer de voitures à tout moment quand c’est à notre tour de jouer. Les lances-roquettes ont une portée différentes des tirs normaux. Quand on les lance, ils ne vont pas directement en pleine poire des ennemis. Ils avancent un peu puis ils restent sur la même case pendant le tour suivant pour ensuite détruire ou non les méchants. C’est assez marrant et on peut essayer de les éviter avant la catastrophe.



Entre chaque niveaux, un garage est à disposition pour améliorer nos joujoux pour avoir une meilleure vitesse, des dégâts d’armes plus puissants et quelques autres améliorations. Si au début le jeu n’est pas de tout repos et peut-être énervant, ce sera plus facile avec ces équipements offrant de meilleurs atouts. Les graphismes sont simples mais c’est assez jolis. Pour un jeu de ce genre on ne demande pas non plus d’avoir un moteur graphique des plus canons. On peut dire qu'il s’en tire bien. Cependant, et c’est ce qui fâche un peu, c’est que les niveaux se ressemblent beaucoup trop. Il n’y a pas assez de variété dans les environnements, le level design n'est vraiment pas assez varié. Ça se passe toujours dans un désert donc la palette de couleurs est d'un ton orangé (pour un rendu aux couleurs chaudes) mais il était possible de faire des terrains de jeux plus diversifiés. Un mode de customisation de partie peut être joué soit contre l'intelligence artificielle ou bien contre un pote sur 8 cartes. Avec une petite histoire pas originale pour un sous mais correcte, c'est dommage que le jeu soit soit uniquement en anglais. Les textes sont d'ailleurs nombreux, aussi bien dans les cut-scenes en mode planches de comics que les textes d'explications du gameplay.

Mad Carnage fait partie de ces petits jeux à petits prix, seulement 4.99€ sur l’eShop, et bien que ce ne soit pas une bombe, il se laisse jouer. C’est typiquement le genre de jeu qu'on peut apprécier sur un support tel que la Nintendo Switch en mode portable pour jouer sur de courtes sessions.

Test de ToxicGamer


Ce qu'on a aimé :
  • Un système de jeu de plateau avec des cases
  • De la réflexion dans un jeu de destruction
  • Une histoire écrite par un grand auteur de science-fiction
  • Son petit prix

Ce qu'on a moins aimé :
  • Le level design pas assez varié
  • Un manque de véhicules (ici aussi ça manque de variété)
  • Répétitif sur la longue, il est donc conseillé de jouer sur de petites sessions
  • Uniquement en anglais

Prix : 4.99€
Genre : Stratégie, Jeu de plateau
Taille : 838.86 Mo
Développeur/Éditeur : Drageus Games / QubicGames

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie par l’éditeur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire