vendredi 29 juin 2018

[GeeKritique] Pourquoi, selon moi, il faut découvrir l'animé Devil's Line

Quand ADN a dévoilé ses divers simulcast pour cette première moitié de l’année, je vous avoue avoir été intéressé par nombre d’entre eux. J’attendais notamment l’annonce du reboot de Captain Tsubasa (c’est en cours sur ADN) et de Megalo Box (en cours aussi sur ADN). Puis, voilà que Doreiku était aussi annoncé ainsi que Devil’s Line. Ayant récemment terminé de visionner Devil’s Line, j’ai aujourd’hui décidé de vous en parler plus en détails. Cette série est composée de 12 épisodes sous-titrés en français et nous plonge dans le quotidien mouvementé de Tsukasa, une jeune fille qui va faire la rencontre d’Anzai, un jeune homme hors du commun, ce dernier étant à moitié vampire ! Cette rencontre va alors changer leur destin mais à quel prix ?


Résumé de la série par ADN :
Tsukasa, une jeune étudiante de Tokyo, se fait attaquer par un vampire hors de contrôle. Fort heureusement pour elle, elle est sauvée de justesse par Anzai, un policier moitié humain, moitié vampire qui utilise ses facultés surnaturelles pour réprimer les vampires qui n’arrivent pas à résister au sang humain. Désormais sous sa protection, Tsukasa et Anzai vont peu à peu se rapprocher. Néanmoins, le monde ne semble pas prêt d’accepter leur relation et Anzai arrive de moins en moins à contenir ses pulsions de vampire…

Après un premier épisode où action et violence sont de mise, je ne peux dire qu’une chose : cela m’a convaincu. Les bases de l’histoire se posent assez rapidement, on ne tarde pas à intégrer les vampires et la section qui lutte contre ces derniers. Nombreux sont les vampires qui vivent cachés parmi les humains, ils font profil bas mais par moments certains perdent le contrôle. C’est alors que les choses dérapent et c’est peu dire. La violence est ici visible à part entière, on ne fait pas dans la demi-mesure. Après attention, ce n’est pas non plus gore. On est ici en présence de suceurs de sang, aux longues dents, et forcément quand ça mort ça gicle ! Le premier épisode et pour moi primordial afin de plonger directement le spectateur au cœur de l’action et c’est ici le cas. Par contre, on peut tout de même relever que certains épisodes sont plutôt calmes, il n’y a pas de violence à tout bout de champ et c’est très bien, ce qui permet de faire évoluer la relation entre Tsukasa et Anzai.

© Ryo Hanada,KODANSHA/DEVILS’ LINE Production Committee.

Doucement mais sûrement, voilà comment on peut qualifier la relation naissante entre nos deux principaux protagonistes. Un coup on se cherche, Anzai a du mal à se sortir Tsukasa de la tête, puis on passe de petits moments en amoureux, les sentiments s’installent progressivement avant qu’un danger ne vienne tout perturber ! Un moment donné, Anzai va clairement péter les plombs, et c’est alors qu’entre en scène Hans, un hybride lui aussi à moitié vampire. On va s’arrêter 2 secondes sur ce personnage pour vous dire que je le trouve assez charismatique. On lui offre une certaine dégaine, un caractère assez calme et puis un petit côté énigmatique. Là où Anzai serait plutôt badass quand il est hors de lui ! Notre duo deviendra trio car Hans sera aussi là pour aider Anzai à calmer ses pulsions, du moins à lui apprendre comment les atténuer.

Force d’avancer dans les épisodes, on découvre qu’une conspiration se met en place et qu’elle est d’une bien plus grande envergure qu’elle n’y paraît de prime abord. D’ailleurs, on ne nous cache pas l’une des personnes qui tire quelques ficelles. Il est alors question de traîtrise entre agents. La tension monte au fur et à mesure des épisodes avec de très bons cliffhangers. Et en parlant de traître, la jeune Tsukasa fera un moment donné face à la taupe au sein de la section.

Outre la traque à la taupe et à l’ennemi, on assiste souvent à des moments ou Anzai et Tsukasa se rapprochent un peu plus chaque fois. Certains forceront même le destin car cela s’avérera nécessaire puisque c’est l’un des meilleurs moyens pour Anzai d’apprendre à contrôler sa transformation. On découvre aussi une Tsukasa amoureuse, qui ferait tout pour Anzai. On la sent dévouée et elle ne le cache pas. Mais voilà, un certain acte va tout faire chambouler entre eux. Je ne vous en dis pas davantage à ce sujet. Regardez la série et vous comprendrez si oui ou non les humains et les vampires peuvent coexister.

© Ryo Hanada,KODANSHA/DEVILS’ LINE Production Committee.

Devil’s Line met bien en avant l’amour interdit, dangereux entre humains et vampires. La réalisation de la série a été confiée au studio Platinum Vision et elle est adaptée du manga de Ryo Hanada, disponible aux éditions Kana. Niveau réalisation on retrouve Tokumoto Yoshinobu qui a notamment travaillé sur Lupin III : Seven Days Rhapsody ou encore la saison 2 de Bakuman 2, pour le scénario on retrouve Hisao Ayumu qui a bossé sur Orange et Konuta Kenji avec Blood Lad. Le char-design est ici signé Kawaguchi Chisato qui a travaillé sur Black Butler : Book of Circus ou encore Shirobako. De quoi apprécier une série en bon et due forme aussi bien pour son intrigue que d’un point de vue visuel.

Alors oui, selon moi il faut découvrir Devil's Line !

GeeKritique de Samy Joe

Devil's Line - 12 épisodes - VOstFR - HD 1080p - 16+
Se rendre sur ADN pour découvrir la série : Série Devil's Line

Je vous laisse quelques images issues des divers épisodes.
(© Ryo Hanada,KODANSHA/DEVILS’ LINE Production Committee.)
















Spoiler :


Aucun commentaire:

Publier un commentaire