vendredi 5 octobre 2018

[TEST] This is the Police 2 sur Nintendo Switch

« La morale commence là où s’arrête la police. » de E. Chartier dit Alain. Vaste sujet, rempli de plusieurs controverses, qu’est la police. Entre les agents de la paix travaillant avant tout pour aider la population et les autres qui profitent de leur position pour accomplir des actes immoraux, il y a beaucoup de choses à dire. C’est dans cette dernière que This is the Police 2 à continuer d'écrire son histoire, après un premier opus qui a suscité beaucoup de polémique.


This is the Police 2 est un jeu indépendant, de gestion/tactique et d'action. Il est la suite direct de This is the Police (que vous pourrez retrouver en test ici) où nous incarnions Jack Boyd. N’ayant pas fait ce premier opus, cela ne pose aucun souci de commencer par le deuxième, car certains pans de l’histoire du premier étant expliqué dans l’introduction du second. Le jeu est édité par Nordic Games, développé par Weappy Studio et est sorti sur PC le 2 août 2018 puis sur tous les autres supports de téléchargement le 25 septembre 2018. Le test qui nous intéresse aujourd'hui est réalisé sur Nintendo Switch.

Pour une suite d’un jeu sorti en 2016, l’équipe de Weappy Studio a continué à réaliser un travail assez fou sur son scénario. Comme je vous le disais dans l’introduction de ce test, les premières dizaines de minutes du jeu servent à résumer ce qu’il s’est passé dans le premier volet. On nous parle d’un certain Jack Boyd, ayant commit plusieurs crimes, notamment des meurtres. Il est activement recherché par les fédéraux.

Lilly, shérif de la petite ville reculée de Sharpwood, tombe lors d’une enquête sur le fameux Jack Boyd. S’en suit une longue conversation entre les deux pendant laquelle la shérif décidera de ne pas livrer le criminel aux autorités supérieures, afin qu’il lui apprenne à bien gérer son département de police, car chose que j’ai omis de vous dire, Jack Boyd est un ancien policier reconnu.

Les scènes de dialogues sont présentées de telle sorte qu’on dirait des cases de BD.

Une chose est sûre, toute l’introduction de ce This is the Police 2 est dense ! Bon dieu que ça l'est ! Mais pour autant cela n’apporte aucun défaut, mise à part peut-être pour ceux voulant jouer immédiatement. Comme son prédécesseur, l’histoire est extrêmement prenante, malgré le fait de ne pas avoir jouer au premier jeu, il est clair que l’attachement envers les personnages reste très présent. Chaque jour in-game est entrecoupé de cinématiques, permettant à l’histoire d’avancer, aussi bien à cause ou grâce aux choix que l’on peut prendre dans la journée.

Toutes les fins de journées provoquent un certain stress, quand à savoir ce qu’il va arriver au protagoniste principal. Alors oui, il est véreux, vil et limite méchant. Mais le scénario et les personnages sont tellement bien écrits qu’on en vient à avoir de l’empathie pour lui. Il fait ce qu’il a à faire afin d’éviter une fin sans doute inévitable... Comme si le fait d’être sur le fil du rasoir avec Lilly, connaissant sa véritable identité, n’était pas suffisant, d’anciens « amis » feront leur apparition et feront chanter Jack.

Voila le point fort de ce jeu, de nombreux rebondissements, sans pour autant qu’ils soient d’une facilité scénaristique décevante. Non, bien au contraire. Tout est mené d’une main de maître. Réaliste, extrêmement froid, de part ce qu’il se passe dans l’histoire mais surtout rempli de la détresse d’un homme étant devenu ce personnage ayant les mêmes adjectifs que j’ai pu utiliser pour décrire l’histoire. Certains des choix froids et réalistes sont réalisés lors des phases de gameplay, c’est ici que sont d’ailleurs gérés la partie gestion du jeu. Tout comme son prequel, il faudra gérer une équipe au sein d’un département de police. Chaque fin de journée se conclut en choisissant lesquels de vos subalternes devront venir travailler le lendemain. Il faudra faire ses choix en fonction de la fatigue, des jours travaillés et surtout de la vie personnelle de chacun d’entre eux.


Il se peut qu’après avoir effectué vos choix, le lendemain, jour de travail des personnages, ils vous appellent pour vous avertir qu’ils ont soit trop bu la veille, qu’un nouveau livre d’une saga populaire est sortie et qu’ils veulent absolument le lire ou encore que le chat de la belle-mère s’est échappé et qu’elle veut absolument qu’il le retrouve sous peine d’être déshérité.

Bien évidemment vous pouvez accepter qu’ils prennent leur journée, mais vous vous retrouverez avec moins de personnels pour gérer les appels de la journée. Vous pouvez également refuser en les sermonnant et les obliger à aller voir Lilly, la supérieure hiérarchique, mais dans ce genre de cas le respect qu’ils ont envers vous baissera et ils seront moins aptes à accepter ce que vous pourriez leur demander par la suite.

Il faudra faire preuve de choix tactiques et intelligents pour prendre ce genre de décisions, car en tant que supérieur nous ne pouvons pas tout accepter et donc cela créera de sérieux problèmes de relations.

La carte des journées se présente comme une ville miniature.

Chaque journée est ponctuée de plusieurs appels. Entre les petits crimes de banlieue avec une vieille dame voulant taper sur les jeunes avec sa canne, les fausses alertes et surtout les crimes sérieux avec des braquages de banques, tentatives de viols - rien de bien gai concernant les crimes sérieux...- autant dire qu’il y a de quoi faire pour occuper une journée. Il faut choisir lesquels de nos policiers nous envoyons sur les lieux des crimes, afin de répondre au mieux aux besoins, car chacun d’entre eux ont des capacités que l’on peut améliorer en fonction des enquêtes réussies.

Il y aura également des missions particulières, où il faudra envoyer sur le terrain des agents de la paix, que l’on contrôlera afin de déjouer les plans des différents gangs de la ville. Entre les prises d’otages, dans lesquelles il ne faudra en aucun cas se faire repérer sous peine de la mort des otages, ou encore défaire un réseau de trafic d’armes en neutralisant chacun des criminels. Dans son ensemble, ces missions sont vraiment prenantes, car tactiques, avec un zeste d’action. Il faudra prendre les bonnes personnes, avec les bonnes capacités afin de résoudre aux mieux les problèmes qui se posent à nous.

Cependant, j’aime à noter de petites choses qui m’ont véritablement marqué, dans tout ce gameplay. Pour certains, il pourrait paraître assez "vide", car finalement il y a peu de choses à faire, mais je trouve qu’au contraire tout est incroyablement bien maîtrisé, même parfois assez dur lors des séquences d’infiltration/tactique. Les missions en cours de journée sont également bien faites, pour la simple et bonne raison de leur ambiance, de leur froideur. Certains problèmes qui se posent à nous sont hallucinants de réalismes malheureusement... Je pense notamment aux crimes mettant en scène des violeurs et autres types de ce genre. Cela fait écho avec ce qu’il se passe dans notre société actuelle, où toutes les femmes arrivent enfin à parler et surtout qu’on les écoute avec des mouvements comme « Me Too », mais je m’égare un peu.

Typiquement le genre de scène que les femmes peuvent vivre tous les jours... Triste monde.

Tout cela pour dire que malgré un gameplay qui peut sembler pauvre, il y a une profondeur assez dingue aussi bien dans les affaires de crimes que les choix que l’on peut faire. D’ailleurs ces choix ont l’air d’avoir de sérieuses répercutions lors des fins et/ou débuts de journées qui sont ponctués par des cinématiques.

Le tout étant généralement en 2D et mis en scène de façon à ce que l’on pense à une bande dessinée, de part les cases présentes à l’écran, l'esthétique de ce This is the Police 2 est tout simplement une petite merveille. Tous les personnages lors de ces cinématiques sont réalisés dans un style vectoriel du plus bel effet. Les visages sont pour ainsi dire inexistant, mais cela va dans le style très épuré du vectoriel. Les seuls moments où on arrive à bien les distinguer, c’est grâce aux effets de lumières ce qui donnent un effet de clair/obscure très intéressant.


Cependant il est bon à noter que le jeu est ponctué de quelques cinématiques en 3D, tout en gardant ce style vectoriel, ce qui finalement donne un cell-shading très propre et surtout cohérent avec le reste du titre.

Pour ce qui est du reste, les menus, - car oui pour un jeu de gestion il vaut mieux en avoir -, sont très clairs et permettent de voir ce que l’on fait très rapidement sans que ce soit compliqué à prendre en main.

Les musiques sont, pour moi, un point fort de ce This is the Police 2. Un style très jazz, que l’on peut entendre dans des films noirs. C’est un style qui se prête tout particulièrement à un jeu sur la police. Alors cela peut sembler cliché pour certains, mais pour moi cela s’apparente plus à un hommage au cinéma. L’influence du cinéma sur ce jeu est très clairement présente de part son ambiance, sa froideur et ses personnages qui correspondent pour quasiment tous aux genre de flics que l’on peut croiser dans ces films. Entre le policier droit dans ses pompes et celui qui cédera à la facilité du crime, tout y est fidèlement bien représenté. De plus, je ne peux que vous conseiller de vous pencher vers ce genre de film si This is the Police vous a plu !

Il est sûr que This is the Police 2 restera dans certaines mémoires, cependant peut-être pas autant que le premier jeu. Je ne comprenais pas pourquoi on parlait autant du premier opus de ce diptyque, mais maintenant tout paraît bien clair. Leurs ambiances, leurs froideurs et les thèmes qu’ils abordent amènent clairement à réfléchir, à quoi nous serions capable dans de telles situations. C’est là que le bât blesse, le premier opus avait tant fait parler de lui vis à vis de tous ces aspects. Il est arrivé en créant la surprise voir l’effroi pour certains ! Le second reprend les même thèmes, c’est ce que je trouve dommage. Il n’y a plus le « wouah effect » par rapport au titre et c’est, ce qui je pense, fera défaut à ce deuxième volet de la lience This is the Police.



Il est clair que pour moi, le jeu fait preuve d’une exécution parfaite, une histoire cohérente, une ambiance superbe et a réussi à créer ce « wouah effect » dont, je vous parlais par ailleurs. Mais qu’en est-il des autres joueurs ? Ceux qui ont déjà fait le premier jeu, qui lui même souffrait de quelques répétitions selon le test de mon confrère Kakashi, j’ai bien peur que le joueur se lasse vite devant le titre alors qu’il a vraiment tout pour plaire. Mais une chose est sûre, c’est que pour moi, c’est une totale réussite et je ne me suis pas ennuyé une seule seconde.

Aussi, vous pourrez retrouver ce titre sur toutes les plateformes de téléchargement de votre choix, au prix de 29,99€.

Test de Mystic Falco


Ce qu’on a aimé :
  • Une histoire prenante, sous des aspects de films noirs
  • Une B.O en adéquation total avec le style
  • Des phases de gestion biens menées

Ce qu’on a moins aimé :
  • Un peu répétitif à la longue
  • Se repose un peu sur le succès du premier opus

Prix : 29.99€
Genre : Gestion, Tactique/Action
Taille eShop : 1 114,64 MB
Développeur : Weappy Studio
Éditeur : Nordic Games

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie. Les images publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire