mercredi 21 novembre 2018

[GeeKritique] Ma critique de Ikigami Tome 1 - Version Ultimate

Vous devez vous en doutez, 2 tomes en main ça pèse son petit poids. Ici, il est question de vous parler du premier tome d’Ikigami en version Ultimate offrant non moins de 432 pages. Cette série comporte de base 10 tomes mais ici les éditions Kazé ont décidé de proposer cette version qui regroupe donc 2 tomes sur un tome Ultimate, ce qui fera donc au total 5 tomes pour cette réédition. Pour ceux qui l’ignorent, Ikigami a remporté depuis sa sortie un grand nombre de distinction tels que le Prix spécial BD du Festival International de Science-Fiction, celui des Utopiales (2009) ou encore de la Sélection officielle au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême. Mais on ne s’arrête pas là et on compte aussi le Grand Prix Polymanga du divertissement (2010), le Grand prix de l’Imaginaire du festival “Étonnants Voyageurs” et j’en passe… Un film en version LIVE a même vu le jour, il est d'ailleurs aussi édité par Kazé. Sur ce, laissez-moi vous évoquer quelques mots au sujets de ce premier tome double tome d’Ikigami.


Résumé de l’éditeur :
De nos jours, une loi stipule que pour le maintien de la prospérité du pays, tous les enfants qui entrent à l'école primaire doivent être vaccinés. Ce vaccin inocule une substance capable d'entraîner la mort à une date et heure précises programmée en amont. Un jeune sur mille entre 18 et 24 ans est concerné. Fujimoto, fonctionnaire est chargé de délivrer ce préavis de décès aux familles, appelé “Ikigami”...

Il est difficile d’imaginer qu’une telle situation puisse arriver. Mais posez-vous la question : que feriez-vous s’il ne vous restait plus que 24 heures à vivre ? Il va de soi que chacun de nous est différent et de ce fait nos actions et envies ne peuvent qu’être différentes. Dans Ikigami, il en est de même… Nous découvrons alors des histoires assez marquantes, certaines sont assez émouvantes, d’autres le sont beaucoup moins, et certaines encore sont plutôt choquantes. On y aperçoit des scènes où certains subissent des maltraitances (violences et autres viols par exemple), histoire de montrer des situations assez graves. Toutefois, rien ne déborde de manière à ne pas rendre les scènes abusives d’un point de vue visuel. Les dessins sont d’ailleurs de qualité, c’est très propre. On apprécie certains détails lors de telle ou telle scène avec une insistance au niveau des traits émotionnels, ce qui permet pleinement de ressentir l'émotion dégagée du personnage à ce moment-là.

Mais revenons à l’intrigue. Me concernant je trouve le sujet ici abordé très marquant. La lecture des divers événements est assez intense, on nous montre et décrit une société qui n’a pas trop son mot à dire sur son « destin ». J’entends par là que chacun se trouve un jour ou l’autre condamné et il n’a guère d’autre choix que de se plier à cette sentence. Certains ont donc de la chance mais d’autres non. Quand on sait qu’un enfant sur mille reçoit cette fameuse capsule et de ce fait qu’il mourra entre 18 et 24 ans... Si jeune… Et qui plus est cette fraction est assez petite en soi quand on y repense. Du coup, quand on reçoit la visite de Fujimoto, on sait tout de suite que la nouvelle sera mauvaise. Ce jeune homme est ici en charge d’annoncer le préavis de mort, son poste pesant un certain poids sur ses épaules.

IKIGAMI © 2005 Motorô MASE/SHOGAKUKAN

On peut dire que ce n’est pas toujours facile d’annoncer ce genre de nouvelles et de ce fait, le compte à rebours se met en marche. Bien que cela ne concerne de base qu’une personne, cela ne nous empêche pas de découvrir la réaction de bien d’autres, qu’elles soient proches ou non ! Une certaine partie de la population se voit alors sacrifiée et comme je le disais chacun a sa manière de porter en soi cette sentence. Outre des personnes qui penseront à une éventuelle vengeance, d’autres préfèrent aller jusqu’au bout de leurs convictions, donner un dernier sens à leur vie par cette toute dernière journée. Toutefois, le désespoir s’emparera de certains citoyens.

La manière dont se déroule le scénario de chaque cas est assez bien maîtrisée surtout que cela nous permet d’apprendre beaucoup de chose concernant ce système mis en place avant de passer à l’acte via la remise du préavis de mort. Ce premier tome en version Ultimate est très prenant, criant même de réalisme parfois. J’ai aussi aimé la manière dont est amené le fait que les agents doivent faire preuve de professionnalisme. Tout manquement de discipline est alors puni et ces derniers écoperaient de l’Ikigami. Aucun manquement aux règles ne leur est permis, ils sont eux aussi prévenus.

Plusieurs cas nous sont ici présentés dans ce premier tome d’Ikigami en version Ultimate. Certes cette version est plus économe mais en ce qui me concerne je ne trouve pas cela pratique de lire un manga avec autant de pages. Ici, il y en a plus de 430 ! Bon après, comme la série est intrigante, on en oublie un peu cette histoire de confort une fois en main pour se plonger totalement au travers de ces diverses histoires. Toutes dégagent des émotions différentes, certaines bonnes mais d’autres mauvaises aussi.

Un tome choquant et émouvant qui, je pense, saura vous saisir d'une manière ou d'une autre !

GeeKritique de Samy Joe


Ikigami - Version Ultimate T.1
de Motoro Mase


Prix : 9.99€
Preview de 11 pages.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire