mardi 5 mars 2019

[GeeKritique] Mon avis sur Peleliu Tome 2 et Tome 3

On va aujourd’hui faire d’une pierre deux coups (sans mauvais jeux de mots) et s’attarder brièvement sur les tomes 2 et 3 de Peleliu ! On retrouve donc notre soldat Tamaru et ses compagnons qui se retrouvent à faire face à de nombreuses difficultés. Déjà qu’être en temps de guerre ce n’est pas une chose des plus agréables alors quand d’autres facteurs entre en jeu on peut dire que le moral en prend un coup. Voyons tout ça !


Résumé de l’éditeur (Tome 2) :
Trois jours après le débarquement américain. Septembre 1944, l'île de Peleliu est sous la canicule. Tamaru a survécu à la mortelle bataille de la côte ouest et a trouvé un abri dans une grotte avec ses camarades. Les "nettoyeurs" de l'armée américaine parcourent le territoire, jour et nuit. Une soif telle qu'ils n'ont jamais connu, assaille la troupe de Tamaru. Ils risquent leur vie, rien que pour obtenir de l'eau. Tamaru finit par se résigner à la dure réalité des champs de bataille. Et ce fait le trouble. Faut-il vivre pour se battre ? Ou faut-il mourir pour vivre ?

On ne change pas une recette qui gagne. J’entends par là que dans le second tome on suit plus ou moins la même trame que dans le premier. Le quotidien de Tamaru reste toujours autant parsemé de difficultés en tous genres, affrontant les complications à se nourrir et à boire sans oublier de prendre en compte les conditions climatiques avec ici une forte canicule. Mais ce n’est pas tout, la peur se fait davantage ressentir. Elle occupe pas mal l’esprit de notre jeune soldat et de certains de ses compagnons d’armes. L’épuisement se fait de plus en plus ressentir sur le moral des troupes. Les conditions de vie sont ici très intenses, cependant ce second tome s’avère être un peu plus lent que le premier. Il n’en demeure pas moins intéressant à sa manière bien que très difficile à voir par endroits.

Le troisième tome, lui, continue de mettre en avant la mort et un quotidien plus que périlleux. Ici on évoque davantage le désespoir, certains soldat font même mention de sacrifice, tellement ils sont au bout du rouleau. Et tout cela on le vit toujours sous les yeux désespérés de Tamaru qui ne pouvait imaginer une telle barbarie humaine. Attention ce troisième tome dispose de scènes bien plus choquantes que le précédent alors qu'on pourrait croire le contraire quand on regarde bien la couverture. Cette dernière mettant en avant des cerisiers et un grand nombre de feuilles qui en tombent. Il émane de cette couverture un effet de joie, de bien être de la part des soldats mais la vérité est toute autre. Une vérité presque déchirante !

Temps de guerre oblige, la violence ne manque pas à l’appel et cela est valable pour les 2 tomes. On assiste à diverses scènes assez fortes dont certaines pourraient même choquer le lecteur, brève allusion à un soldat pendu avec un sexe découpé positionné dans sa bouche. Désolé pour cette allusion mais il fallait un exemple fort pour « imaginer » le genre d’atrocité qu’on peut y découvrir. On écope aussi de phases de suicides, ç’en devient morbide, atroce même. Néanmoins, c’est un moyen de nous montrer la dure réalité des choses. Aussi, le langage est toujours aussi cru, on ne mâche pas ses mots ce qui permet de « s’identifier » davantage aux soldats.

La lecture de ces tomes 2 et 3 s’est montrée assez éprouvante, un peu comme le tout premier tome. Le sujet abordé ici est plutôt difficile mais le scénario est vraiment bien amené, on évoque la peur, le courage, la remise en question de soldats… Tout cela fait que j’aime beaucoup lire cette série qu’est Peleliu.

GeeKritique de Samy Joe

Aucun commentaire:

Publier un commentaire