jeudi 21 mars 2019

[TEST] Double Cross sur Nintendo Switch

Le coup des voyages interplanétaires, ainsi que les éléments se rapportant aux dimensions parallèles, sont plutôt des classiques du genre, que ce soit au cinéma ou dans les jeux vidéo. C’est ici ce que nous propose les développeurs de 13AM Games, plus connus précédemment pour nous avoir proposé Runbow (un plateformer déjanté haut en couleurs, mêlant multijoueur et runner) sorti entre autres sur Nintendo Wii U et 3DS. Ils nous reviennent aujourd’hui avec Double Cross, qui à l’instar de Runbow, propose aussi un monde riche en couleurs et un aspect plateformer assumé. Mais la comparaison s’arrête ici car il nous offre également des mécaniques de gameplay qui s’émancipent complètement de ce que le studio nous avait montré jusqu’alors.


Dans Double Cross, nous incarnons Zahra, jeune agente du RIFT (Régulateurs Interdimensionnels des Frontières et Transports), sorte de service de police qui agit entre les dimensions et qui est chargé de faire le ménage parmi les voyageurs qui se permettraient de se balader illégalement entre les dimensions et les planètes afin d’y semer la zizanie. C’est lors d’un briefing, somme toute classique, que les évènements vont prendre une tournure inattendue. En effet, un certain « Suspect X » va alors attaquer la base du RIFT afin de voler certains éléments s’y trouvant. Qui est cet individu ? Que veut-il ? Ce ne sont là que deux questions parmi lesquelles il faudra tacher de trouver une réponse.

Voilà un exemple de l'utilisation du propulseur à protons.


Tout l’intérêt de Double Cross repose dans sa capacité à mélanger deux types de gameplay fondamentalement différents, mais qui fonctionnent ici plutôt bien ensemble. Pendant la majeure partie de l’aventure, il ne sera rien d’autre qu’un plateformer somme toute très classique dans sa conception, mais nous permettant tout de même de choisir parmi les trois mondes qui composent l’aventure (un quatrième monde final sera de la partie une fois les trois autres complétés) afin de proposer au joueur un semblant de liberté. Mais il est également un jeu d’enquêtes, car il faudra dans les niveaux se renseigner auprès des différents personnages et reunir des éléments qui nous permettront de lever le voile sur le fameux Suspect X, ses sbires, ainsi que sur les motivations de l’attaque de la base.


Exemple d'utilisation de la physique astucieuse mais aussi des combats parfois "inutiles".


Si classique que ça ? Oui et non, à vrai dire… Tout le sel du gameplay de Double Cross repose dans l’utilisation du fameux propulseur à protons que nous récupérons dès le début de l’aventure et qui nous permet de saisir certains éléments du décor afin de nous propulser dans différentes directions. En résulte alors un « slow mode » plus que bienvenu et la disponibilité de certaines capacités offensives ou défensives nous permettant alors de nous débarrasser des différents ennemis. En dehors de cela, et c’est bien là le problème fondamental de Double Cross, c’est qu’il ne propose rien d’autres… Les phases de « combats » sont d’un classicisme absolu et on se contente seulement d’utiliser déci-delà quelques compétences acquises durant la montée en niveau. Le game-design ainsi que le level design sont des « archétypes » du genre et ne proposent aucune folie ou prise de risque. On avance en alternant les phases de combats, de plateformer et les dialogues avec les personnages sans réelle surprise. Disons pour résumer, que Double Cross est maitrisé dans sa conception mais qu’il manque cruellement de folie et d’identité… Cela n’en fait pas pour autant un mauvais jeu, mais il ne se démarque pas vraiment de la concurrence.

Concernant l’aspect enquête de l’aventure, on est là aussi face à du classique. Il faudra durant nos différentes escapades dans les niveaux récupérer des objets et les faire interagir avec les personnages que l’on trouve dans la base du rift afin d’obtenir plus d’éléments et ainsi faire progresser l’enquête. Rien de bien difficile, et cela se répète, ce qui s’avère être en définitive quelque peu redondant.

L'utilisation du propulseur à protons est au centre des mécaniques de gameplay.


Techniquement parlant, les choix artistiques des développeurs font mouche sur moi. Ne faisant preuve d’aucune fioriture, j’ai tout de même trouvé le jeu très mignon et artistiquement parlant, les niveaux à la fois tous différents les uns des autres et riche en couleurs m’ont agréablement surpris. C’est propre, ça tourne bien et les différents personnages et ennemis bénéficient tous d’un chara-design qui fait mouche. Chaque personnage est différent des autres et les niveaux bénéficient chacun de leur propre identité. Concernant l’OST, c’est là aussi une belle surprise. Je l’ai trouvée à la fois rythmée et pleine de variations… Un très bon point ici (mention spéciale au thème principale ainsi qu’au Bright Neon Lights qu’on peut entendre dans le Kaneda Boulevard).

Ici, le timing est tellement serré, qu'il m'aura fallut plus de 40 essais pour réussir. Un coup à s'arracher les cheveux.


Très court (Double Cross se composant de seulement trois mondes, d’un monde final pour une vingtaine de niveaux), il m’aura fallu même pas une poignée d’heures pour en voir le bout. Proposant un gameplay très/trop classique sauf exceptions de quelques features bienvenues (essentiellement tournant autour de l’utilisation du propulseur à protons…), mais ne proposant aucune rejouabilité que ce soit en termes de NG+ ou de recherches de collectables, Double Cross aura quand même parfaitement fait le job. J’y ai pris du plaisir durant les quelques heures qui composent l’aventure. Très « Feel Good » dans sa conception, il est classique et ne sort jamais des sentiers battus mais ce qu’il propose aux joueurs, il le fait bien. Je m’y suis amusé et je le conseillerai sans hésiter à tout ceux à la recherche d’un petit plateformer sans prétention mais qui tire quand même son épingle du jeu par quelques idées somme toutes bienvenues.

Test de Le Gamer Barbu

Ce qu’on a aimé :
  • Un gameplay simple mais maîtrisé
  • Un univers mignon et coloré
  • Un mélange des genres qui trouve sa place au sein de l’aventure
  • Techniquement, ça tourne au poil et les sensations manette en main sont très bonnes
  • Une OST qui marque

Ce qu’on a moins aimé :
  • Un jeu très court (4 à 5 heures maxi)
  • Parfois redondant dans ses mécaniques
  • L’aspect enquête très simple, presque dispensable par moments


Prix : 19.99€
Genre : Aventure, RPG, Action, Plateformes
Taille eShop : 571.47 MB
Développeur / Éditeur : 13AM Games / Headup Games

Test réalisé depuis une version dématérialisée gracieusement fournie par l’éditeur. Les vidéos de gameplay publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu et la note attribuée reflète notre propre avis personnel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire