vendredi 6 septembre 2019

[TEST] River City Girls sur Nintendo Switch

Bonjour et bienvenue sur cet article qui va parler du dernier né de la collaboration entre Wayforward et Arc System Works : River City Girls. Nouvel opus donc de la série River City, du beat’em up retro qui a tout pour plaire ! Pourquoi ? Laissez-moi vous décrire ça.


Les rôles inversés !
Dans River City Girls, nous avons la possibilité d’incarner deux différents personnages : Kyoko ou Misako. Les deux jeunes filles se connaissent depuis leur plus tendre enfance et sont dans le même établissement scolaire. Un jour très ennuyeux de cours, Kyoko reçoit un message sur son portable avec une image : leurs petits amis Kunio et Rikki ont été kidnappés ! Ni une ni deux, les filles envoient valdinguer leurs chaises à la tête de leur professeur et partent à la rescousse de leurs copains. Pour les connaisseurs de la saga, vous aurez reconnus que cette fois ce sont les héros habituels qui sont en difficultés.

Nos héroïnes vont donc parcourir River City à la recherche de leurs petits amis, sauf que cette ville n’est pas commode. Réputée pour sa violence, Kyoko et Misako vont devoir jouer des poings, user de battes et autres barres de fer, parmi moult autres armes… comme un sac à main (?!) pour se débarrasser de tous les ennemis. Si vous ne connaissez pas la saga, vous connaissez peut-être un autre jeu du genre : Streets of Rage. Bah imaginez Streets of Rage avec un peu plus de liberté.


Un gameplay aux gros coups de poings... Pieds... Et tête... Et… un peu de tout !
Les développeurs du jeu sont des habitués des jeux de combats. Arc System Works, créateurs des sagas Blazblue et Guilty Gears, se sont essayés au petit jeu indépendant. Et franchement, ils peuvent recommencer quand ils veulent ! Si c’est pour avoir un gameplay aux petits oignons comme c'est le cas ici, j’en redemande. Kyoko et Misako ont leurs propres coups spéciaux et manières de frapper. Kyoko, le personnage que j’ai le plus joué, mise avant tout sur son agilité pour se déplacer plutôt vite grâce à sa palette de coups. Misako, quant a elle, est à l’image de son caractère : d'un genre bourrin pur et dur, donnant des coups de tête, frappant dans les parties ou encore en s’acharnant sur un ennemi déjà au sol.

Trois touches ici sont importantes pour fracasser vos adversaires : Y pour les coups légers, X pour les coups puissants et A pour les coups spéciaux. Ces derniers utilisent la barre de spécial, pouvant se régénérer via des objets ou en tabassant vos adversaires tout simplement. Aussi, différents coups peuvent s’enclencher en fonction de l’utilisation de votre stick de direction. Par exemple, un coup sec vers l’avant plus l’attaque puissante déclenche un DAB pour Kyoko. La palette de coups se débloque au Dojo en fonction du niveau de votre personnage. Et pour ça pas de soucis, des ennemis vous allez en avoir à la pelle. Les touches L et R sont également utilisées. La première sert a recruter un ennemi qui se rend après avoir pris sa raclé et en réutilisant la même touche, on peut l'appeler à la rescousse pour se sortir de situations dangereuses. La touche R permet, elle, de bloquer les attaques. Avec un bon timing, nous pouvons déstabiliser l'adversaire et le rosser en règle !


Le seul souci que j’ai pu rencontrer au niveau du gameplay se trouve au niveau des hitbox. La hitbox de notre personnage et beaucoup trop grosse, ou alors ce sont les coups ennemis qui ont une trop grosse portée. J’ai galéré sur un boss presque exclusivement distant à cause de ça. Du style je suis au plus haut de mon saut, sur l’écran je suis largement au-dessus de l’attaque, mais je prends quand même les dégâts. Situation que je trouve dommage...

Petit jeu, grandes aventures !
River City Girl est d’une très grande générosité. Rien que la quête principale, vous en avez pour plus de 12 heures. Bien évidemment, comme d’habitude, cela dépendra de votre skill, de votre habitude à bien suivre les instructions, etc, etc. Bref en ligne droite, plus d’une dizaine d’heures c’est une certitude. Par contre, si vous faites toutes les quêtes secondaires et que vous recherchez à détruire toutes les statues cachées, vous pouvez rajouter pas mal d’heures à votre compteur.


Bon parlons du plus important : les graphismes et la musique. Gros point fort pour ces deux parties du jeu. En premier, nous avons donc des graphismes en pixel art pour coller à l’aspect retro du gameplay. C’est magnifique à voir, c’est très fluide et ça colle tout à fait au titre. En tout cas, j’ai pris beaucoup de plaisir à parcourir le jeu à travers les différents environnements de River City.

Pour moi le plus gros point fort de ce titre et sans conteste la musique ! Megan McDuffee, j’ai appris son nom lorsque je recherchais l’OST du jeu. C’est une créatrice de musiques pour jeux vidéo et film. Eh bien la dame a fait un excellent travail. Cette musique au synthé couplée à un peu de pop et de chiptune est absolument parfaite pour ce jeu ! J’ai vraiment adoré ! Dernier élément bonus : les références à la culture Pop dissimulé dans la ville. Par exemple à un certain moment du jeu, je me battais contre… Scharwzy en mode Terminator. Il y a bien évidemment des références par rapport aux autres jeux River City mais aussi à Hatsune Miku. Oui oui...



Bon je pourrais en parler au moins avec le double de ce que j’ai écrit et vous détailler par exemple à quel point les séquences animées sont dignes des plus grands studios d'animation. Mais le mieux est que vous contemplez ça de vous même sinon cela vous gâcherez totalement la surprise si vous comptez faire ce titre. Je vous conseille vivement, mais alors TRÈS vivement de jouer à River City Girls. Vous ne regretterez pas votre achat, d’autant plus si vous êtes fan des beat’em up et que, comme moi, vous attendez vivement Streets of Rage 4.

Test de Pikabsynthe

On a aimé :
  • L’ambiance
  • Les graphismes rétro de toute BEAUTÉ
  • La MUSIQUE, SURTOUT la musique !
  • La palette de coups disponible
  • Les multiples références à la culture Pop

On a moins aimé :
  • La hitbox un peu foireuse lors des Boss


Prix : 29.99€
Genre : Aventure, Arcade
Taille eShop : 4 200.60 MB
Développeur / Éditeur : Arc System Works / Wayforward

Test réalisé depuis une version dématérialisée gracieusement fournie. Les images publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu et la note attribuée reflète notre propre avis personnel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire