mardi 27 octobre 2020

[GeeKritique] Avis : Doppelgänger Tome 2 et Tome 3

Le manga touche très bientôt à sa fin et nous allons ici évoquer quelques mots au sujet des tomes 2 et 3 de Doppelgänger, ce manga disponible aux éditions Kazé qui ne manque pas de nous retourner un peu l’cerveau. Ici, nous commençons déjà à connaître l’identité de l’assassin. Eh oui, mais vous êtes loin de tout savoir, il reste encore de bien bonnes surprises à découvrir…


Résumé de l’éditeur :
Makoto Kenzaki et son double du passé se sont alliés pour retrouver le coupable des meurtres en série avant qu’il ne les commette. Après avoir analysé la chronologie des événements et établi le profil de l’assassin, ils décident d’interroger les futures victimes. Mais l’enquête s’avère semée d’embûches, surtout lorsqu’il s’agit de démasquer l’auteur de crimes parfaits !
 
L’enquête suit son cours, Makoto et son double du passé Kensaki vont ici avoir fort à faire car retrouver l’assassin ne sera pas une partie de plaisir. Le duo se retrouve donc à enquêter et de fil en aiguille nous découvrirons qui est le « véritable » assassin ! Bien entendu, je tairai l’identité du tueur mais vous dirai tout de même que l’effet de surprise est là. On est donc de suite plongé dans ce tome, où l’intrigue s’intensifie davantage, se complexifie même. Il nous est davantage mis en avant le système des voyages dans le temps. Le scénario devient un peu plus complexe et on assiste à une certaine ruse du meurtrier faisant donc croire que c’est bien Makoto Kensaki l’assassin.
 
Un second tome donc qui continue d’attiser notre curiosité malgré que l’intrigue se complexifie. Certains pourraient croire qu’on s’y perd vite mais il n’en est rien. Et le 3ème tome pousse la réflexion à un tout autre niveau. On évoquait dans le 2nd tome les sculptures, même si le meurtrier usait de véritables corps humains, ici on reste plus ou moins dans le thème avec la mise en avant de l’art.
 
En effet, il sera ici mis en lumière notamment le protagoniste Hiyo, membre du groupe d’artistes. Et comme d’autres artistes, il sait copier celui par qui il est influencé mais il lui est difficile de se démarquer, de trouver sa propre identité. Plus tard, Hiyo et Makoto se feront kidnapper par Saginuma qui réservera alors un certain sort à Hiyo. D’ailleurs on va aussi en apprendre un peu plus sur Saginuma lui-même au travers de certains événements du passé, de sa relation avec sa mère, mais aussi pourquoi il en vient aujourd’hui à agir de la sorte. Dans ce 3ème tome, on s’attarde aussi sur l’inspecteur Danki et sur le pourquoi il est autant collé aux basques de Kenzaki.

 
On découvre donc au travers de ces 2 tomes une ambiance assez oppressante avec des scènes sombres mais un moment donné on assiste aussi à un moment d’ordre émotionnel. L’histoire est sur le point de se terminer, et je ne manquerai pas de vous en parlerai une fois le tome 4 en ma possession. Et pour ce qui est du côté graphique, c’est toujours de grande qualité. Le trait de crayon est apprécié !
 
Un grand merci à Anita et aux éditions Kazé pour leur soutien continuel.
 
GeeKritique de Samy Joe

Doppelgänger T.2 et T.3
de Tamaki Vanessa Chihiro

Aucun commentaire:

Publier un commentaire