mardi 26 juin 2018

[TEST] Yoku's Island Express sur Nintendo Switch

Sceptique, tel était l’état dans lequel je me sentais lors de la première annonce et du premier trailer de Yoku’s Island Express… On y découvrait un jeu de plateforme où se mêlaient des phases de flipper (pinball si vous préférez le terme) et je trouvais le mélange des genres plutôt osé. J’en venais même à me demander comment cela pouvait fonctionner et quel plaisir de jeu on pouvait bien ressentir à diriger un petit scarabée accroché à une boule… Eh bien, après avoir passé un grand nombre d’heures sur ce jeu disponible entre autres sur Nintendo Switch, je suis aujourd’hui en mesure de vous répondre qu’il ne faut pas juger un jeu sur une première apparence. L’expérience de jeu fut des plus agréables et immersives. Laissez-moi donc vous expliquer pourquoi.


Dans Yoku’s Island Express on incarne un petit scarabée (plus précisément un bousier), du nom de Yoku, qui va débarquer sur une île et découvrir le village Mokumana. C’est sur cette île que notre petit héros va alors vivre une aventure de grande envergure car oui quelque chose s’y trame… Yoku fait alors la rencontre de plusieurs personnages et autres créatures et il se voit devenir postier. Il va donc accomplir diverses missions principales mais des missions annexes en tous genres lui seront aussi attribuées. Nous entamons donc nos premiers pas sur l’île, boule au pied, à la rencontre de chefs pour sauver Mokuna.

Yoku traîne avec lui sa petite boule, partout où il va et fort heureusement car en plus de se rendre à tel ou tel endroit à pattes, Yoku va devoir passer par diverses phases de flipper. Et comme tout flipper, vous amasserez divers bonus dont des fruits qui correspondent en somme à une monnaie d’échange dans le jeu. En effet, il est important de ramasser le plus de fruits possibles afin d’acheter des cartes ou encore et principalement de déverrouiller des cadenas qui donneront accès à des « flippers » permettant à Yoku d’être propulsé sur diverses plateformes. Petite précision au cas où, on appelle « flipper » les petits leviers situés à droite et à gauche en bas du flipper à proprement dit. Lors de ces phases, Yoku devra, en plus de récolter des fruits, actionner certains mécanismes en récoltant divers items. Cela ouvrira de nouveaux accès qui permettront à Yoku d’avancer dans l’île mais aussi de récolter d'autres bonus. On peut ajouter aussi que lors des phases de flipper certains tableaux sont plus complexes, plus élaborés et bénéficient de bumpers, de rampes, de trous, de cibles et autres spinners…


Mais comme je l‘évoquais, Yoku’s Island Express marrie le flipper aux phases de plateformes. Mais on peut aller plus loin en lui attribuant le genre « Metroidvania » ! Par moments, il faut se rendre à tel endroit pour débloquer une certaine chose puis on revient sur nos pas afin d'accèder à un nouvel endroit par exemple. Du coup, on se retrouve à faire certains allers-retours, ce qui peut fâcher quelques joueurs. Me concernant, j’aime le genre donc cela ne m’a pas dérangé car ces phases ne sont pas légions. Et puis, pour être plus précis, ces phases en question proviennent généralement de missions annexes. Vous pouvez donc en éviter certaines mais vous n’échapperez pas à la quête principale. Il sera d’ailleurs difficile d’en réchapper car vos objectifs sont affichés sur une carte. Chaque endroit où vous devez vous rendre est spécifié sur cette carte par un petit symbole où un panneau arborant le signe de ponctuation « ! ». Vous savez donc où vous devez vous rendre, mais reste à savoir par quel chemin…

Pour suivre un bon chemin il vous faudra user de la carte par contre il est fort dommage de voir qu’elle n’est pas des plus lisibles. Vous pouvez donc à tout moment afficher la carte et zoomer mais vous ne pourrez pas la lire correctement car l’effet de zoom n’est pas des plus optimales et n’affiche pas correctement tous les éléments. J’ai par exemple constaté que la carte n’affichait pas un certain pont suspendu mais en me rendant sur place il était bien là, du coup je ne pouvais pas passer par le haut comme je le pensais. On se retrouve donc à rebrousser chemin inutilement ou encore à chercher son chemin de temps en temps et là par contre c’est frustrant. Mais force d’avancer, on récolte divers objets indispensables à notre mission dont certains permettront notamment de bien nous aider comme par exemple la corde d’escalade ou encore le fait de pouvoir aller sous l’eau, et j’en passe…


Contrairement à d’autres jeu de plateforme/aventure, le concept de Yoku’s Island Express est assez original car l’île se présente comme un seul et grand niveau, décomposé de divers environnements. Ces derniers offrent d’ailleurs un rendu visuel de très bonne facture avec des éléments vivants tels de la neige qui tombe, le vent qui souffle, on traverse aussi des décors chauds avec de la lave et autres sources de chaleurs, on passe par des endroits humide avec pluie battante… Bref, une direction artistique au top ! Le jeu est vraiment très beau, les décors sont peaufinés et la bande son ne manque pas de saisir notre attention, tant elle est entraînante. Les musiques sont d’ailleurs composées par Jesse Harlin qui a travaillé sur Mafia III ou encore Star Wars: The Old Republic.

On se retrouve donc avec du très bon niveau visuel et auditif. Qui plus est Yoku’s Island Express est un titre aux mécaniques de jeu très intéressantes offrant un level design bien pensé ! On prend plaisir à rouler sa boule et à visiter les divers endroits afin d’aider ceux dans le besoin. On en profite même par livrer un peu de courrier, ce qui nous apporte en gain une petite dose de fruits.


Mais attention, Yoku’s Island Express n’est pas aussi simple qu’il y paraît. On se retrouve par moments à être mis sous pression, comme le passage où l’on est autorisé à aider une créature mais on ne dispose que d’un essai, pas un de plus. Me concernant, son discours m’a mis la pression et… j’ai échoué. Plus moyen de revenir sur ce tableau car j’ai eu le réflexe d’avancer et de passer un checkpoint, ce qui enclenche une sauvegarde automatique. En en parlant de sauvegarde, on en trouve un peu partout ce qui est fort appréciable, vu le nombre de pas que parcourt notre cher Yoku.

J’ai beaucoup apprécié cette expérience de jeu qui s’avère assez longue en soi. Le jeu se veut aussi bon enfant et on peut d’ailleurs relever que notre petit bousier ne peut pas mourir. Il ne dispose pas de jauge de vie, par contre lors de certaines phases de flipper Yoku perdra des fruits si la boule tombe entre les deux flippers (leviers). Outre l’aventure, les phases de flipper et autres livraisons de courriers, Yoku fera aussi la rencontre de « boss » que je vous laisse le soin de découvrir de vous-même. Aussi, il peut être intéressant de préciser que vous pourrez plus tard dans le jeu « customiser » votre boule. Elle prendra ainsi une couleur arc-en-ciel, l'apparence d'une fraise, et j'en passe... Ce n’est peut-être pas grand-chose mais c’est toujours un plus non négligeable.



On pourrait encore s’attarder un peu mais vivre l’expérience de ses propres mains serait plus judicieux. Le joueur explore ici une île très vaste, aux décors variés et très bien peaufinés, qui demandera une quinzaine d’heures de jeu pour être entièrement visitée. Certains mettront peut-être un peu moins de temps, d’autres plus… Cela dépendra de vos déductions et de votre facilité à lire une carte. Sinon, ajoutons que dans Yoku’s Island Express, les férus de « 100 % » pourront s’en donner à cœur joie car sont éparpillés un peu partout plusieurs items à récolter. Certains sont même cachés par un décor. Vous serez donc amenés à revenir sur vos pas pour tenter de tous les trouver. Pour finir, sachez que la version physique ne propose aucun bonus, outre une illustration du côté intérieur de la jaquette, ce qui est fort dommage car pour la différence de prix avec la version dématérialisée on aurait apprécié l’OST à télécharger gratuitement comme c’est le cas par exemple dans la version physique de Super Chariot.

Épaté, tel est l’état dans lequel j’étais une fois le jeu terminé !

Test de Samy Joe


Ce qu'on a aimé :
  • Le level design 
  • Des mécaniques de jeu intéressantes
  • Une prise en main très simple
  • Le mélange des genres aventure/flipper qui fonctionne très bien
  • Le rendu visuel de qualité avec des décors animés, des univers vivants et de beaux effets de lumières
  • Une très bonne durée de vie (aventure principale + missions annexes)
  • Sa bande son entraînante
  • On mange bien plus de 5 fruits par jour !

Ce qu'on a moins aimé :
  • Les quelques allers-retours
  • Le sentiment par moments de chercher son chemin
  • Version physique deux fois plus chère que la version démat’

Prix : 19.99€ (eShop) / 40€ (version physique commandable via Just For Games)
Genre : Aventure, Plateforme, Pinball
Taille : 1 327.50MB
Développeur/Éditeur/Distributeur : Villa Gorilla / Team 17 / Just for Games

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie par le distributeur. Les images et séquences de gameplay publiées dans ce test sont issues de mes propres sessions de jeu.


- Galerie d'images personnelles -




































Mais il y a encore bien plus à découvrir. À vous d'jouer !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire