jeudi 27 juin 2019

[GeeKritique] Mon avis sur Innermost Tome 1

Direction aujourd’hui chez les Éditions H2T avec un manga écrit et dessiné par l’italien REDJET qui nous propose de découvrir dans Innermost un univers mêlant science-fiction, monde post-apocalyptique et créatures d’un univers extra-terrestre. Toujours partant pour découvrir de nouvelles séries, c’est avec plaisir que je vous partage ici mon ressenti au sujet de ce tout premier tome d’Innermost !


Résumé de l’éditeur :
Fin du XXème siècle : au cours d’une exploration, deux astronautes mettent à jour un immense cratère sur la face cachée de la Lune. Ils y découvrent les restes enfouis d’un être extraterrestre. Ce qu’ils ignorent c’est que l’astre n’abrite pas qu’une seule créature, mais une colonie entière d’aliens qui attaquera la Terre 60 ans plus tard, exterminant la quasi-totalité de l’humanité. Ces monstres seront baptisés: Galags. 
En 2075 après la grande guerre qui a vu triompher l’humanité, une seule ville concentre la défense anti-alien et le haut de la société : Turel. Mais alors que les hauts-citoyens vivent en sécurité derrière les murs d’enceinte de la cité, de nouveaux rapports font état de massacres dans les quartiers pauvres... 
Entre secrets d'Etat et gronde sociale, Eris une étudiante promise à un brillant avenir et Devil un chasseur de Galags devront percer à jour les mystères de Turel sous peine de voir l’humanité restante détruite par un ennemi d’origine inconnue.

On ne tarde pas à faire la rencontre de nos 2 personnages principaux qui sont Eris et Devil. Ce dernier dégage d’ailleurs un certain charisme, son design est très stylé. On sent que l’auteur y porte une attention particulière quand il le met en avant avec des postures notamment bien travaillées. Par contre, je préfère vous avertir de suite que le travail niveau dessins est très inégal. Tantôt on écope de belles vignettes, tantôt c’est un peu brouillon, mal proportionné. On regrette aussi le manque de décors lors de certaines pages, ou alors le fait d’afficher des traits bien trop simples lors de combats. Et je trouve cela fort dommage, tout comme le design des aliens, je ne vois là aucune réelle originalité. Ces derniers ne dégagent rien, je ne vois rien de menaçant en eux malheureusement…

© by REDJET /

De son côté, le scénario est assez plaisant sans pour autant être percutant, ça manque de surprises… Ça se lit tout simplement. L’intrigue se place petit à petit, la relation entre Eris et Devil se forge à peine mais tendra à se développer dans les tomes suivants. Ce 1er tome nous offre tout de même une bonne dose d’action, même si pas toujours bien mise en avant. Cependant, certaines découpes de vignettes mettent davantage en valeur telle ou telle scène. Du coup, on est légèrement perturbé de voir que REDJET puisse proposer de jolis coups de crayon mais ne parvient pas à le faire tout du long de ce tome.


J’avoue rester assez sceptique après la découverte de ce 1er tome de Innermost qui, je pense, s’adresserait davantage aux jeunes adolescents qui souhaite se plonger dans un shonen post-apocalyptique mêlant humains et extraterrestres. À titre personnel, je lis Terraformars qui est bien plus dynamique et travaillé. Mais ne jugeons pas la série sur ce seul tome, le travail sur le rendu visuel s’améliorera peut-être par la suite.

GeeKritique de Samy Joe

Innermost Tome 1
de Redjet

Aucun commentaire:

Publier un commentaire