vendredi 5 juillet 2019

[TEST] Cadence of Hyrule sur Nintendo Switch

Hello chers amis, ici Pikabsynthe ! Vous avez le rythme dans la peau ? Vous adorez la saga The Legend of Zelda ? Et bien cet article est fait pour vous ! Aujourd’hui je vais vous parler de Cadence of Hyrule, le mélange parfait entre la saga Zelda et le titre indépendant Crypt of the NecroDancer. Vous pensez vraiment ne pas avoir le sens du rythme ? Pas grave, lisez cet article et vous jugerez après.


Allons sauver Hyrule, en ryhtme !
L’histoire de Cadence of Hyrule débute avec l’arrivée de Cadence, l’héroïne de Crypt of the NecroDancer dans le monde d’Hyrule. Un certain Octavo a usé de la Triforce et se retrouve avec un Luth enchanté. Il use de son Luth pour endormir Zelda et Link, mais aussi tous les personnages les plus importants de la saga. Le fait d’utiliser cet artefact a fait venir Cadence dans ce monde. À la suite d’un petit tutoriel nous apprenant les bases et nous nous retrouvons devant un choix : réveiller Zelda ou Link. Personnellement, j’ai choisi Zelda, mais pas de panique, vous pourrez débloquer les autres personnages par la suite. Une fois le personnage choisis, Cadence s’en va à la recherche d’un moyen pour rentrer chez elle, vous laissant seul(e) dans ce vaste monde.

Comme je le disais, j’ai débuté avec Zelda. Mais par curiosité, j’ai recommencé une partie avec Link pour voir s’il y aurait des changements. Eh bien oui ! Le monde d’Hyrule est construit de façon procédurale comme tout bon Rogue-like qui se respecte. Seul les villages ou autres places importantes sont fixes. Bref, une fois libre, nous voici parti à la quête des quatre virtuoses afin de récupérer les quatre instruments de musiques pour battre Octavo.


Let’s dance, with my sword!
Le gameplay de ce titre est un pur bonheur ! Difficile à prendre en main au départ, mais comparé à son aîné, bien plus facile à prendre en main. En combat, vous avez une barre en bas de l’écran vous indiquant quand vous pouvez vous déplacer ou attaquer selon le rythme de la musique. Ainsi il va falloir battre les touches de votre manette en rythme pour ne pas rater une pulsation au risque de rester clouer sur place et prendre des dégâts. Les ennemis suivent tous un schéma de déplacement qui leur sont propres. Par exemple, un lézard armé ne bougera que si vous êtes sur sa ligne. À vous de l’esquiver au bon moment pour le frapper. Toujours en rythme bien évidemment ! Pour cela, vos armes de base sont celles que nous pouvons déjà trouver dans le précédent jeu de Brave Yourself Games : rapières ( voilà ce qui compose la partie Crypt of the NecroDancer).

Mais n’oublions pas que nous avons aussi affaire à un Zelda ! Et c’est peu dire ! Tous les objets iconiques de la saga sont là pour vous aider à avancer dans votre aventure : le boomerang, les bombes, les missiles teigneux, le grappin, l’arc… Tous sont là et parfois nécessaires pour accomplir un donjon. Tel un vrai titre de la saga, l’exploration se fait à tatillon afin de découvrir l’objet ou la capacité permettant d’avancer. Et pour nous embêter, tous les monstres classiques des The Legend of Zelda sont là également.


Dernier élément concernant le gameplay : les morts. Parce que oui vous allez mourir, et plus d’une fois ! Lors de vos morts, vous perdez tous les objets « consommables » et vos rubis permettant de dévaliser les nombreux magasins. Cependant, les diamants eux restent. Pour obtenir ces diamants, il faut nettoyer chaque zone de la carte. Si possible sans se faire toucher et sans perdre une pulsation afin d’avoir un bonus. À votre mort, vous attirerez dans une zone avec une grand-mère qui tricote. Cependant cette dernière vous proposera à chaque fois des objets utiles pour repartir à l’aventure : pelle pour creuser les murs, bombes, torche afin d’éclairer les cryptes… N’hésitez surtout pas à dépenser cette monnaie, vous en aurez bien plus que nécessaire.

*Insérer la musique de l’ouverture d’un coffre*
Que serait un jeu de rythme sans une bande son du tonnerre ? Rien je vous l’accorde. Eh bien le compositeur du premier titre du studio est de nouveau à la composition de ce titre : Danny Baranowsky. Ce monsieur fait des merveilles ! Il a réussi à mélanger les musiques de la saga Zelda avec celle de Crypt of the NecroDancer. Ce mélange est un réel plaisir pour les oreilles. Il y a un mélange des genres qui s’opère en plus dans chaque différentes zones (elles aussi iconiques par rapport à la saga Zelda, le village Cocorico par exemple). Dans une zone, vous aurez de la guitare, dans une autre du haut bois… Bref c’est très varié mais le tout donne une cohérence aux différents choix. 


Le seul gros reproche que j’ai à faire à ce jeu c'est qu'il est bien trop court. Pour 25€ comptez environ 7-8h de jeu pour votre premier run avec 80 % des objets récoltés. Ce qui je trouve, pour le prix, un peu abusé. Mais après il faut prendre en compte vos capacités à vous battre en rythme, à appréhender le côté Rogue-like… Mais tout même les donjons sont trop faciles. Ah oui, pour ceux qui ont peur de ne pas y arriver parce qu’ils ont essayé Crypt of The NecroDancer : rassurez-vous, Cadence of Hyrule est bien plus maniable et facile. 

En conclusion, vous aimez les Rogues-like, vous aimez les jeux de rythme, vous aimez The Legend of Zelda ? Vous allez ADORER Cadence of Hyrule ! Un vrai petit bijou disponible uniquement sur notre Nintendo Switch bien aimée. Du coup, je ne peux que conseiller ce titre. Foncez !

Test de Pikabsynthe

Ce qu'on a aimé : 
  • Les musiques
  • Le mélange des deux licences créant un univers cohérent et plaisant à jouer
  • Les graphismes
  • Jouable entièrement à deux (j’avais oublié d’en parler)

Ce qu'on a moins aimé : 
  • Le prix… 5€ de moins ça passerait mieux quand même
  • Des donjons bof bof


Prix : 24.99€
Genre : Aventure, Rythme
Taille eShop : 709.89 Mb
Développeur / Éditeur : Brace Yourself Games / Nintendo

Test réalisé depuis une version achetée personnellement par son testeur. Les images et capture vidéo publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu et la note attribuée reflète notre propre avis personnel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire