mardi 11 août 2020

[TEST] Fairy Tail sur Nintendo Switch

Après plusieurs reports, le jeu Fairy Tail est finalement sorti sur Nintendo Switch, entre autres, le 30 juillet dernier et connaissant la licence, principalement de nom, j’étais assez impatient d’en découvrir le jeu. Vous le savez probablement déjà, mais ce jeu est adapté du manga de Hiro Mashima et, qui plus est, il est le 1er jeu de la licence à sortir chez nous ! À noter aussi que cela a été confié au studio Gust, que vous connaissez sans doute pour les jeux de la licence « Atelier ». Il a été dit, dans un communiqué de presse, que, et je cite, « Le monde magique de FAIRY TAIL prend vie, avec une attention toute particulière portée aux très nombreux détails afin de délivrer la meilleure expérience possible pour les fans ! ». Mais pour ceux qui ne sont pas forcément fans du jeu, peuvent-ils l’apprécier tout autant ? Je vais donc tenter d’y répondre pour vous.


Avant toute chose concernant ce test de Fairy Tail, permettez-moi de vous dire que je vais donc vous en parler en tant que néophyte, dans le sens où je n’ai lu que les 10 premiers tomes et que je n’ai vu qu’une centaine d’épisodes il y a de ça fort longtemps. Aussi, je tiens d’office à préciser que je vais très peu m’attarder sur « tout » ce qu’il est possible de faire durant l’aventure. Je veux dire par là que je ne compte pas tout vous détailler sur les combats, les Lacrimas et autres objets, les attributs des ennemis, la composition de l’équipe, le mode Photo et j’en passe… J’évoquerai certains d’entre eux mais vous laisserez le soin de découvrir le reste par vous-même car tout est détaillé durant le jeu. Vous pouvez même consulter un mode d’emploi très complet en scannant un QR Code, que je prendrai le soin de publier un peu plus bas dans ce test. Merci à tous pour votre compréhension et bonne lecture !

Après quelques petites recherches d’ordre chronologique, on apprend donc que le jeu Fairy Tail nous plonge durant l’arc Tenrô et s’arrête à l’arc Tartaros. Me concernant donc, je ne sais pas du tout où cela se situe et pourquoi avoir opté pour un tel choix. Certes les fans ne seront pas perdus, mais ce n’est pas forcément le cas des joueurs qui souhaitent découvrir le jeu car ces derniers aiment le genre qu’il propose, à savoir le J-RPG. Difficile donc quand on ne connaît pas la licence de bien faire le rapprochement entre les affinités et autres relations familiales de chacun. On commence par un combat contre Hadès, histoire d’apprendre les premières mécaniques de combat, puis l’histoire suit son court et BAM un trou de 7 ans ! J’ai dû faire appel à ma fille qui lit et regarde l’animé pour qu’elle m’explique certaines choses. Bref, on se retrouve donc à devoir récupérer sa place de n°1 car suite à cette absence de 7 ans, la guilde Fairy Tail a dégringolé au niveau du classement des guildes. D’ailleurs, tous n’ont que quelques mois pour se remettre sur pieds avant le Grand Tournoi de Magie.


Qui dit donc Fairy Tail, dit forcément Natsu, Lucy, Grey, Erza, Juvia, Mirajane, Wendy et j’en passe… Vous les connaissez peut-être tous déjà ou du moins vous en avez entendu parler. On redémarre donc tout en bas de l’échelle et on se voit attribuer des missions de rang D, pas forcément ce qu’il y a de mieux mais vous n’aurez pas le choix. Puis vous débloquerez des missions de rang C, B, A… À noter bien sûr que vous pourrez réaliser de petites missions annexes. Pour partir en mission, vous devrez composer votre équipe, libre à vous d’embarquer qui vous voulez. On peut aussi préciser que lorsque vous dirigez un personnage, une simple pression sur ZR permettra de switcher d’un membre de l’équipe à l’autre. Vous êtes Natsu et basculez sur Erza… Vous rencontrez alors divers ennemis sur votre route avant d’atteindre le point final de votre objectif et vous décidez ou non de les combattre. Dès lors que vous acceptez la baston, vous choisirez le type d’attaque ou de défense que vous lancerez et sur qui, un marquage entourant alors les divers ennemis à qui vous infligerez des dégâts. Ajoutons de suite qu’il est possible de combiner des choix d'attaques co-op entre membres de l’équipe créant alors des attaques des plus dévastatrices. Vous devrez appuyer sur le bouton correspondant à l’attaque de votre choix au moment opportun.

Une fois votre mission terminée, on vous proposera de faire votre rapport et vous pourrez illico presto être envoyé au Q.G. de la guilde sans avoir besoin de rebrousser chemin jusque là-bas. Alors certains joueurs, dont je fais parti, apprécieront ce choix car cela fera gagner un certain temps, là où les plus férus du genre se taperont tout le chemin inverse, affrontant ou non d’autres ennemis sur la route du retour. Le choix vous appartient donc ! En toute franchise, je ne vous cache pas que j’ai toujours usé de ce système, non pas que je voulais « rusher » le jeu mais je souhaitais gagner le plus de temps possible car il faut aussi dire qu’on en perd pas mal avec tous les dialogues que proposent le jeu. Cela va de soi qu’il y ait beaucoup d’échanges pour ce type de jeu et j’ai par contre zappé aucun dialogue, alors qu’il est possible de le faire. Étant déjà un peu pommé au niveau du scénario je ne voulais pas me perdre davantage.


Sur ce, parlons un peu de la partie technique du jeu qui m’a un peu déçu dans sa globalité. Déjà au niveau du rendu graphique, on ressent que le travail est inégal. Je veux dire par là que tous les décors ne sont pas des mieux peaufinés, surtout en ville. On ressent certains aplats au niveau des bâtiments et autres édifices. Même l’emblème de la guilde Fairy Tail n’est pas des plus optimisés sur l’épaule de Natsu. C’est mon ressenti… De même que par endroits j’étais victime de légères saccades de mon personnage qui se ressentaient davantage en courant. Aussi, il est fort dommage de constater que notre personnage puisse traverser les PNJ. En toute sincérité, je trouve désagréable de voir ce genre de choses de nos jours. Outre cela, le jeu est plutôt bien coloré, bien agencé et les protagonistes bien modélisés. Le gameplay reste tout de même appréciable, et fort heureusement je fais parti de ses joueurs qui ne flingueront pas un jeu uniquement pour un rendu graphique non à la hauteur de la licence qui fait tant parler d’elle. J’insiste sur le fait que titre n’est pas moche, mais je pense qu’il aurait pu être davantage abouti, surtout quand on voit ce que Gust peut faire sur la série « Atelier ». Mais une fois encore, ce n’est que mon ressenti.

Comme je l’évoquais plus haut, mon but ici n’est pas de tout vous détailler de A à Z tout ce que vous pouvez faire, il y a tellement de choses qui sont dites que je pense être plus judicieux pour vous de les découvrir à moment opportun de votre aventure. De la même manière que l’éditeur propose même un manuel très complet que vous pouvez consulter en scannant le QR code ci-dessous ou en cliquant sur ce lien. Vous aurez donc toutes les informations nécessaires sur les combats (attaque, défenses, Éveil, Link Hunt…), les missions, l’usage de la magie (attributs, coopération magique…), le rang des personnages et de leur lien, les Lacrimas… Bref, tout y est pour bien démarrer et pour mieux poursuivre ! Je vous invite donc à y jeter un œil. Pour lors, je préfère m’attarder sur ce que j’ai trouvé cool dans le jeu mais aussi moins apprécié.


Il est donc appréciable de débloquer les divers rangs de missions et d’aller crescendo, cela permet donc de passer par toutes sortes de missions avant d’aboutir à celles qui demandent davantage de compétences. J’ai bien aimé aussi, la manière dont se déroule le scénario et avouons que le fan service est appréciable. Par contre je vous arrête tout de suite, non je ne suis pas pervers, on peut juste apprécier certaines belles formes d’un corps humain. Oui j’parle de la gente féminine, et alors ? Plus sérieusement, après divers échanges sur les RS où je trouvais les boobs de Lucy un peu trop gonflés, on m’a remonté que la taille était respecté en comparaison au manga ou à l’animé. Aussi, par moments, je me suis retrouvé à délirer avec le mode Photo, où on peut donc placer tel ou tel protagoniste dans diverses positions. Un petit outil sympa mais qui se voit entaché par un copyright de 3 lignes, tout comme les captures d’écran ou encore les captures vidéos. J’ai donc un peu de mal avec ce choix qui gâche donc de belles captures d’écran. On nous offre aussi un système de combat assez percutant, très dynamique je trouve et les animations qui s’en suivent font leur effet ! Idem pour le sens de l’humour ici présent, ponctués par de bonnes intonations japonaises. Tout cela renforce donc le rythme de l’intrigue, qui profite d’ailleurs de scénarios inédits au passage, ce qui en fait un titre agréable, surtout qu’on peut éviter un grand nombre d’allers-retours une fois les missions terminées. Pour finir, on peut se lancer des duels avec d'autres membres, histoire de s'entraîner un peu.

Certains d’entre vous ne seront peut-être pas d’accord avec moi, surtout les fans de la licence, mais je préfère être honnête dans mes propos. Je ne suis pas du genre à flinguer un jeu donc ne prenais pas mes prochains dires comme une attaque à la licence ou au titre en lui-même. Je souhaite juste dire que certaines choses m’ont contrarié comme le fait de disposer d’une traduction en dent de scie. Alors certes, l’effort pour la traduction FR est appréciable, mais sérieux, certains dialogues ne veulent rien dire, d’autres n’ont ni queue ni tête. On découvre même parfois des erreurs de traduction au niveau des noms des personnages (Gris pour Grey par exemple). Du coup, je me demande comment s’est passé l’investissement de chacun des développeurs au niveau de la traduction. J’irai pas jusqu’à dire que ça ressemble à du Google Traduction mais… Bref ! Dans un tout autre registre, j’aurais préféré découvrir Fairy Tail à ses débuts et non pas sur un arc déjà bien avancé. Pour ce qui est de la partie technique, je pense qu’on est loin de ce que peut offrir la Nintendo Switch, ce n’est pas moche certes mais l’optimisation pourrait être meilleure. Du coup, je ressens comme un léger manque de conviction sur le produit final.


On a du bon… On a du moins bon… Cependant, Fairy Tail reste un titre que l’on saura apprécier pour diverses raisons et je pense que celles-ci vous seront propres. Les néophytes auront leurs avis et nul doute qu’il sera différent des fans de la licence. On se retrouve forcément avec 2 points de vue différents dont certains arguments seront tout de même identiques, je soulève ici la traduction ou l’aspect technique du jeu, entre autres, qu'on ne peut nier. L’expérience de jeu reste quant à elle intéressante et appréciable. Ce jeu Fairy Tail a de quoi intéresser les joueurs ne serait-ce que pour son côté J-RPG mêlé à une licence appréciée d’un grand nombre de fans. Me concernant, la découverte du jeu Fairy Tail n’en demeure pas moins satisfaisante !

Test de Samy Joe

Ce que j’ai aimé :
  • Le dynamisme des animations lors des combats
  • Le système de combat en lui-même
  • Les voix japonaises
  • Switcher d’un perso à l’autre en mission
  • Le gain de temps pour revenir au Q.G. une fois la mission terminée
  • Le fan service (il y a forcément des joueurs qui apprécieront)
  • Un visuel coloré, bien agencé…

Ce que j’ai moins aimé :
  • … mais qui manque de volume !
  • L’aspect technique à la traîne (aliasing, l’aplat de certaines textures)
  • Les quelques saccades
  • La mauvaise traduction française (par moments)
  • Le fan service (bah oui certains autres joueurs trouveront qu’il y en a peut-être trop)


Genre : RPG, J-RPG
Taille eShop : 6 606 MB
Développeur / Éditeur : Gust / Koei Tecmo

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie. Les images publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu (des 2 premiers chapitres pour ne pas trop spoiler) et la note attribuée reflète note avis personnel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire