vendredi 29 janvier 2021

[TEST] Gods Will Fall sur Nintendo Switch

Il y avait longtemps que les dieux n’étaient pas venus s'immiscer dans nos vies de joueurs… Au moins… Aller 2 semaines ! Ici les dieux règnent sans partage depuis des millénaires sur la vie des êtres humains, leur demandant d’être vénérés sous peine de subir une mort lente et atroce. Mais tout cela ne pouvait durer indéfiniment et les peuples décidèrent de se soulever et d’aller combattre ces divinités pour enfin mettre un terme à cette tyrannie. Clever Beans nous livre ici un jeu d’action/aventure de type hack’n slash que nous attendions impatiemment, mais cette attente a-t-elle été récompensée ? Verdict dans les prochaines lignes ! 


Le peuple Celtes s’est soulevé, a traversé les mers pour atteindre l’île des dieux, mais leur courroux n’a permis qu’à 8 d’entre eux d’atteindre leur destination. Et ce sont ces 8 personnages, hommes, femmes, robustes mais lents, frêles mais rapides, armés de masses, haches ou épées qui vont devoir venir à bout des 10 divinités réparties dans l’île et ayant chacune leur propre “monde” à traverser avant de pouvoir espérer les combattre. 

Le principe de Gods Will Fall est assez simple. Sur une base de rogue-like vous avez donc ces quelques guerriers à votre disposition, ayant chacun ou chacune leurs propres caractéristiques et liens entre eux et même vis à vis des dieux. Dès lors, vous avez accès à la carte globale de l’île et c’est à vous de choisir quel dieu vous allez vouloir affronter en premier, tout en ne sachant pas, en tout cas au début, qu’elle en sera sa difficulté. Car hormis le didacticiel dans la première petite grotte du début, le jeu vous laisse un peu libre de faire ce que vous voulez sans être trop explicatif. 


En fait, toutes les informations que vous allez pouvoir glaner se trouveront dans les antres des divinités. Souvent sur un cadavre à découvrir çà et là, vous aurez les quelques informations cruciales qui vous aideront à mieux appréhender votre périple. Le déroulement est donc le suivant : déplacez votre petit groupe librement sur la carte jusqu’à arriver devant l’une des grottes des dieux. Une fois devant, choisissez votre champion. Ses statistiques apparaissent à droite, et selon son affinité avec le dieu, parfois celles-ci peuvent avoir un bonus ou un malus. Ses compétences et son arme peuvent être un atout aussi, donc à vous de bien choisir. 

Une fois dans l’antre, vous devrez trouver votre chemin jusqu’au dieu, en affrontant pièges et autres serviteurs de ce dernier, sans carte ou autre pour vous guider. Par contre, les lieux ne sont pas générés aléatoirement, ce qui laisse le loisir d’apprendre votre chemin pour les fois suivantes. Si vous périssez, alors votre héros sera retenu prisonnier et un autre pourra tenter l’aventure pour battre le dieu et ainsi libérer son compagnon par la même occasion. Ou si vous avez trouvé le chemin trop dur, tenter de partir affronter un autre périple en espérant avoir de meilleurs résultats, mais avec une équipe moindre. Si tous vos guerriers périssent, la partie prend fin et vous devez recommencer à zéro avec de nouveaux survivants et évidemment tous les dieux seront à nouveau vivants. 


Voilà résumé en quelques lignes le principe de Gods Will Fall. Bien évidemment nous allons disséquer tout cela. Avant toute chose parlons de la partie graphique. Dans son ensemble le jeu est beau, les paysages alternent savamment décors féeriques avec une direction artistique vraiment travaillée. L’herbe semble tout droit sortie d’une peinture et tout semble trouver place parfaitement dans les différentes zones de l’île. Cette touche mélangeant cartoon et un côté réaliste lui confère vraiment une personnalité agréable. Même les différents donjons, parfois maritimes, parfois osseux, ou même aux allures de forge du seigneur des anneaux ont toujours quelque chose qui attire l'œil, une animation soignée mélangée à des éclairages toujours magnifiques, vont vous interpeller et donneront toujours du plaisir à y revenir. Alors certes tous ne sont pas du même acabit et selon vos préférences vous aimerez certaines zones plus que d’autres, mais en règle générale nous les avons trouvées le plus souvent très réussies. 

Du coup on pourrait se dire que tout est merveilleux, mais malheureusement ce sont les personnages qui pâtissent un peu de cette débauche technique sur les décors. Pas spécialement ratés, mais avec du coup avec moins de finesse que le reste. Certainement dû au fait qu’ils sont générés aléatoirement et qu’à chaque nouvelle partie ils vont plus ou moins changer. D’un autre côté, vu l’angle de caméra éloigné, cette contrainte esthétique n’est pas véritablement grave même si l’on aurait aimé un poil plus de détails sur nos champions. 


En fait, la Direction artistique des monstres et des boss en général sera plus ou moins du même acabit. Assez simplistes dans leur design, même si parfois inspirés, malheureusement assez peu impressionnants pour les dieux, elle ne plaira pas à tout le monde. On aurait aimé avoir un peu plus le côté divin, qui en met plein la vue plutôt que des divinités qui représentent certains animaux sans trop se casser la tête. Certes, tous ne sont pas logés à la même enseigne, mais j’avoue avoir fait la moue quand certains d’entre eux sont apparus. Tout à chacun pourra se faire son propre avis, mais de notre point de vue une pointe de déception s’est quand même fait sentir. Du coup vous l’aurez compris, on souffle le chaud froid entre décors vraiment agréables avec une D.A. généralement très réussie et des modèles 3D pour les personnages et boss pas toujours inspirés sans pour autant être dramatiquement ratés non plus. 

Dès lors, il reste le cœur du jeu, à savoir le gameplay et toute son approche rogue-like. Comme écrit précédemment votre héros ou héroïne Celtes va devoir affronter les sbires des dieux pour atteindre ces derniers. Et votre panel de coups sera assez restreint. Un coup rapide mais peu puissant, pour pouvoir enchaîner rapidement les ennemis, et un coup puissant, plus long à déclencher, mais souvent dévastateur ! Et c’est tout pour les coups de base. Vous pourrez ramasser les armes des ennemis tués pour les utiliser contre les autres, ou leur jeter à la figure histoire de les déstabiliser quelques instants et utiliser ce moment pour attaquer lorsqu’ils sont sans défense. Vous pourrez aussi dasher pour courir et sauter, ce qui vous permettra de varier quelque peu les attaques en fonction du positionnement de votre adversaire. 


Mais comme dans tout bon rogue-like, vous n’aurez pas à proprement parler de potions de vie pour vous soigner. En fait, les combats vont combiner 2 éléments importants : 
  • Le timing, c’est de voir à quel moment vous risquez de prendre un coup pour essayer de le contrer en fonçant sur votre adversaire. Lors d’une attaque l’arme du sbire des dieux scintille, et si vous lui rentrez dedans à ce moment-là, sa garde est brisée et du coup non seulement sa défense est totalement ouverte à vos coups, mais en plus vous récupérez une belle partie de votre “rage”. 
  • La rage justement, entre en jeu lorsque vous avez perdu de la vie et que vous réussissez à enchaîner des coups ou contres pour emmagasiner cette dernière. Lorsqu’une portion ou plusieurs de votre vie se remplit, en appuyant sur ZL vous déclenchez votre rage (plus puissante si vous avez rempli de nombreux segments vitaux), ce qui a pour but non seulement de vous rendre plus puissant quelques instants, mais en plus de remplir à nouveau votre jauge de vie. À vous de voir si le risque en vaut la chandelle ! 

Une fois ces éléments maîtrisés votre périple sera déjà moins complexe. Car il faut savoir que le jeu n’est pas un hack’n slash très nerveux. Certes les coups peuvent partir assez vite et certains combats sont risqués, mais on note un manque de nervosité assez flagrant. Ne vous attendez pas à avoir autant d’action qu’un Diablo ou un Hades, on en est très loin. Ici tout est plus posé, les ennemis pas si nombreux (tout dépend des dieux choisis évidemment) et au final une fois certaines techniques maîtrisées, enchaîner les combats devient presque facile. Je dis presque car parfois selon notre personnage on peut se retrouver dans des situations vite critiques. Par exemple un manieur de hache un peu bourru pourra assez facilement faire reculer des ennemis plus petits ou moins robustes que lui grâce à ses coups normaux déjà puissants, simplifiant de ce fait les combats malgré sa lenteur, alors qu’un manieur d’épée à une main n’aura pas cette facilité et peut s’exposer plus facilement à des contres. Du coup lorsque notre vie est basse, les prises de risques pour la récupérer varient beaucoup d’un personnage à l’autre et peuvent rapidement causer la perte de votre héros. Mais parfois perdre un héros c’est permettre à un autre d’être galvanisé et ainsi gagner des bonus importants pour la tentative suivante. 


Il faut aussi prendre en compte que pour vaincre les boss, le combat ne sera pas votre seule méthode pour l’affaiblir. Avant d’arriver à lui, il faut apprendre ce qui peut baisser sa barre de vie (en haut à droite) petit à petit avant le combat. Souvent vous trouverez l’indice sur un cadavre au détour du donjon, mais la principale faiblesse sera de tuer le plus possible de sbires ce qui aura pour effet d'affaiblir petit à petit sa vitalité. Parfois détruire certains monuments cachés aura le même effet, alors ne foncez pas forcément droit au but, d’autant qu’ils sont souvent coriaces et peuvent vous tuer assez facilement. 

Dernière chose qui simplifiera votre périple et qui justement vous obligera à faire des choix, c’est qu’une fois un dieu vaincu, non seulement vous sauvez vos compagnons qui ont été capturés par ce même dieu, mais en plus vous obtenez des récompenses. Tantôt de nouvelles armes, plus puissante à donner à ceux qui savent les manier, tantôt des objets à utiliser lors de vos explorations, tantôt d’autres offrandes à donner en lieu et place bien déterminés pour avoir une chance de devenir plus fort ou que sais-je. Du coup, il sera peut-être plus sage de commencer par un dieu dont vous savez qu’il sera plus faible que d’autres, pour renforcer votre équipe avant d’aller en affronter de plus puissants. À moins que votre confiance soit sans limite. 

L’ambiance sonore quant à elle est vraiment adaptée et convaincante les musiques s’adaptent aux différentes situations, et vous accompagnent selon les donjons choisis. Parfois sombres, parfois plus chantantes, ou simplement discrètes pour laisser les bruitages ressortir, c’est un très bon point sur lequel le jeu immerge d’autant plus. Même les grognements, les cris et les coups d’épées ont de l’impact sonore. Si en plus on souligne le fait que le jeu est totalement en français, on reste quand même sur une note générale très positive. 


En conclusion, l’attente pour ce Gods Will Fall hérite d’un jeu plein de promesses mais qui manque d’un petit quelque chose pour le rendre vraiment bon. En soit, le jeu offre de bonnes idées, le groupe de 8 guerriers qui vont avoir leurs propres personnalités et techniques pour essayer de venir à bout des dieux est originale pour un rogue-like, de même qu’être totalement libre de choisir quelle divinité sera votre cible malgré les embûches que cela peut provoquer nous permet d’appréhender le jeu de diverses manières à chaque tentatives, malgré le fait que les donjons ne soient pas générés de manière aléatoire (tout au plus certains sbires qui peuvent changer çà et là). Sa technique qui nous emporte dans des décors souvent magnifiques, un peu mise à mal par les héros un peu quelconque et des dieux trop peu divins soufflent le chaud et froid. Et pour finir des combats qui manquent un peu de peps et des boss parfois frustrants, malgré une jouabilité plus que correcte, font que le jeu n’arrive pas toujours à nous emporter là où il le devrait. 

Test de Muten Roby 

Ce qu’on a aimé : 
  • Un rogue-like avec une idée originale 
  • Les 8 héros aléatoires qui nous font varier le gameplay 
  • Les décors magnifiques la plupart du temps 
  • Une durée de vie conséquente 
  • Les liens entre les personnages qui donnent lieu à des variantes dans les stats de ceux-ci selon les ituations et les dieux affrontés 
  • Les donjons avec leur propre atmosphère et astuces à découvrir 
  • Un gameplay intéressant, basé sur les contres et la rage 
  • Une île entièrement explorable avec quelques surprises 
  • Une vraie ambiance sonore 

Ce qu’on a moins aimé : 
  • Des héros peu charismatiques à cause d’un design moyen 
  • Des dieux qui n’ont au final pas grand-chose de divin dans leur chara-design 
  • Pas assez dynamique au final 
  • Des combats de boss parfois frustrants dans leur approche 



Prix : 24,99€ 
Genre : Aventure, action, rogue-like 
Taille eShop : 6 898,00 MB 
Développeur/Éditeur : Clever Beans / DeepSilver et Koch media 

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie. Les images publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu et la note attribuée reflète notre avis personnel. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire