jeudi 6 décembre 2018

[TEST] Monster Boy et le Royaume Maudit sur Nintendo Switch

« Toute œuvre d’art est une possibilité permanente de métamorphose, offerte à tous les hommes. » de Octavio Paz. Vous commencez à le savoir, l’art est quelque chose de très important pour moi. Peu importe le genre, qu’il soit cinématographique, musical ou encore vidéoludique, tout ce qui touche à l’art en général, provoque en moi une résonance si forte qu’elle m’a changé, qu’elle m’a métamorphosé. Je me suis énormément identifié à beaucoup d’œuvres, j’ai appris et j’ai grandi grâce à de nombreux films, peintures, musiques, mangas et jeux vidéo, que je ne me vois pas vivre autrement qu’entouré de tout cela. Mais qu’en est-il lorsque c’est le jeu vidéo lui-même qui nous impose une métamorphose non désirée ?


Monster Boy et le Royaume Maudit est un jeu d’action/aventure/plateforme, le tout saupoudré d’une touche de RPG. Il est développé par Game Atelier et édité par FDG Entertainment et est sorti le 4 décembre 2018 sur toutes les consoles y comprit sur PC. Aujourd’hui c’est sur sa version Nintendo Switch que ce test va s’appuyer.

Le jeu s’ouvre sur une magnifique cinématique en animation dans le pur style d’un animé japonais, pour dire il y a même une musique opening digne des openings d’animés actuels ! Très pêchue et bourrée d’actions ! Elle nous permet de rencontrer notre héros, Jin et très vite nous comprenons que ce preux chevalier a un pouvoir bien spécial. Il peut se transformer en animal humanoïde, que ce soit en cochon, en serpent ou encore en lion, tout cela sera possible lors de notre aventure, mais nous reviendrons dessus un peu plus tard. Jin donc, est un jeune garçon amener à vivre des aventures exceptionnelles à cause, ou grâce c’est selon, son oncle.

Alors qu’il est entrain de pêcher calmement au bord d’une rive, nous apercevons au loin des explosions et un petit être s’envoler, baguette à la main et ayant l’air très fier de ce qu’il vient de faire. Très vite cet homme vient à notre rencontre pour nous agresser et par chance, attaque le poisson que Jin vient de pêcher, c’est ainsi que l’on apprend que ce drôle de petit personnage, n’est d’autre que Nabu, l’oncle de notre héros. Comme tout bon héros, il veut sauver la veuve et l’orphelin mais surtout comprendre pourquoi son oncle agit de la sorte et il veut le raisonner. Pour cela, il ira chercher sa plus belle épée et partira à l’aventure, avant d’être arrêté très rapidement par un dragon !

Bon... Pas un dragon exceptionnel hein, un simple petit dragon qui s’avère être le frère de Jin ! Il nous apprend que leur oncle a littéralement pété un câble et transforme tous les personnages et les créatures qu’il croise ! C’est pour cela que le frère de Jin est devenu un dragon.


C’est donc parti pour l’aventure ! Après quelques petites péripéties, nous voilà de nouveau face à l’oncle de nos deux frangins. Jin va vouloir s’interposer et comprendre ce qui arrive à l’homme devenu totalement fou, mais étant emporté par sa folie, l’oncle lui lancera un sort. Ce qui aura pour conséquence une transformation en cochon ?! Qu’adviendra-t-il de notre personnage ? Je vous laisse le soin de le découvrir !

Voilà pour résumer le tout début de l’histoire et ça se laisse clairement porter ! Quand on sait que Monster Boy et le Royaume Maudit a été réalisé en collaboration avec Ryuichi Nishizawa, créateur de la série Wonder Boy, on comprend tout de suite quel genre d’aventure nous attend ! Une histoire épique (dans son genre) avec beaucoup d’action et de la plateforme extrêmement bien maîtrisée ! L’histoire est ce qu’elle est, très simple et en même temps ce n’est pas plus mal. Cela apporte une dimension assez enfantine à l’ensemble mais que c’est rafraîchissant ! Nous sommes loin des tueries et autres histoires habituelles des triples A. Nous sommes ici dans un jeu sachant utiliser ce qui se faisait de mieux sur les consoles 64 bits. À savoir une histoire simple mais vraiment attachante, accompagné d’un gameplay rapide à prendre en main, mais un poil exigeant tout de même !

Chaque rebondissement de l’histoire nous donne envie d’en savoir plus et il est très rapidement clair que l’oncle de notre héros est très loin de faire ce qu’il veut réellement... !

Je vous parlais très rapidement du gameplay, qui est rapide à prendre en main tout en étant exigeant. Il est clair qu’il ne faut pas se laisser attendrir par les graphismes du jeu, qui rendent le tout très enfantin. Je n’irai pas jusqu’à dire que le jeu est dur, mais il a des pics de difficultés, notamment avec certains boss, qui vous feront recommencer ces phases à plusieurs reprises !


Comme je vous le disais lors de l’introduction, Monster Boy est un jeu d’action/aventure/plateforme, le tout dans une vue 2D du plus bel effet ! Comme tout bon jeu de plateforme en 2D, il y a des gimmicks qui sont ici respectés, le bouton saut, le bouton d’attaque et c’est tout ! Enfin c’est tout... pour les gimmicks ! Car effectivement Monster Boy a bien plus à proposer, notamment grâce à sa feature qui lui est propre, à savoir la métamorphose ! Pour chaque grand boss de vaincu, nous récupérons une orbe, qui nous permet de nous transformer en animal humanoïde. Il y aura aux totales 5 formes disponibles : le cochon, le serpent, la grenouille, le lion et le dragon.

Alors comme nous l’avons vu précédemment, l’histoire nous amène à être un cochon pour débuter l’aventure ! Rien de bien attrayant à première vue, mais très vite nous comprenons tout l’intérêt de ces métamorphoses. Ce sont les aptitudes de chacun des animaux ! En effet, le cochon pourra par exemple faire une charge au sol, le serpent se faufiler dans de tout petits endroits et plein d’autres features de la sorte que je vous laisserai le soin de découvrir !

Véritablement cette façon de penser le gameplay est du déjà-vu, dans le fond. Mais dans la forme c’est tout autre chose ! Bon dieu que c’est rafraîchissant et agréable à jouer ! Les changements de forme se font très rapidement grâce à la gâchette de gauche, permettant d’ouvrir une roue de sélection pour choisir l’animal que l’on souhaite jouer ! Il faudra parfois lier plusieurs aptitudes des différents animaux afin de résoudre l’énigme nous empêchant de progresser.


Mais ce n’est pas tout, le jeu contient un petit plus non négligeable, une dose de RPG ! Alors qu’on soit tout de suite d’accord, nous ne sommes pas ici avec des niveaux à améliorer à la façon d’un JRPG ! Mais simplement à base d’amélioration d’armes et autres équipements, à savoir les bottes, le plastron, le bracelet et le bouclier. Le tout est améliorable grâce à des gemmes que l’on récupère en cherchant bien dans les différents tableaux du jeu. Car oui, petite chose que j’ai omis de vous dire, il y a pléthore de trésors cachés dans les différents mondes que vous allez traverser ! À vous de bien ouvrir l’œil et surtout de retenir les endroits qui sont inaccessibles mais qui le deviendront avec les nouvelles aptitudes des métamorphoses !

Avant d’aborder l’esthétique du jeu, j’en profite pour parler un peu technique et rendu sur Nintendo Switch. Le jeu est tout simplement superbe, il tourne en 60 fps constant, aucun ralentissement, que vous jouiez sur télé ou en mode portable, le jeu restera sur son framerate constant. Évidemment le jeu est plus beau sur le dock, mais ça, c’est vis-à-vis des écrans que tout se joue. Il faut savoir que le jeu est totalement jouable en mode portable et il en est vraiment agréable d’ailleurs !

Quand un jeu commence avec un animé 2D aussi soigné dès le début, vous pouvez partir du principe que je perds tout objectivité ! Mais je vais essayer de l’être pour tout ce qui touche l’esthétique du jeu ! Sincèrement ? C’est beau bon dieu !! Toute la réalisation des personnages et des décors sont tout simplement magnifique ! Les personnages sont très bien travaillés, qu’ils soient PNJ ou ennemis, tous ont un petit truc en plus qui fait que j’étais obligé de craquer sur ce travail qui a été effectué ! On va commencer avec le personnage principal qui, quelque soit la forme dans laquelle on le joue, est simplement classe ! Chaque détail est tellement cool, je pense notamment au cache œil du cochon, quand on va à droite ou à gauche, le cache œil n’est pas sur le bon œil à chaque fois ! Quand on le laisse en attente, on voit même le personnage s’amuser à le changer de place et on remarque de ce fait que ce n’est qu’esthétique car il n’a absolument rien aux deux yeux ! C’est pour ce genre de détail dans le graphisme et dans la création d’un personnage que j’adore analyser les choses ! Ce sont ces petits trucs en plus qui me font rêver et croire au monde que l’on me présente !


Les décors ne sont pas en reste, ils sont extrêmement soignés et assez diversifiés pour ne pas se lasser ! Ils sont découpés en plusieurs plans, ce qui permet d’avoir différents styles. Sur le premier plan et donc les décors sur lesquels nous pouvons interagir, ils ont été dessinés de façon plus sombre, afin d’avoir du relief bien plus appuyé, alors qu’à contrario, les arrière-plans sont, eux, plus légers dans les couleurs. Llimite cela m’a fait penser à de la peinture à l’aquarelle tellement les couleurs sont douces !

Il est clair que le charme de ce Monster Boy et le Royaume Maudit, fonctionne totalement sur moi ! Des couleurs partout ! Sans aucun manquement dans la diversité ! Car il arrive que nous soyons plongés dans l’obscurité et même en étant dans le noir, les effets de lumière sont tout simplement saisissants ! Le travail des textures et des lumières est vraiment à saluer ! Certes ça peut vous paraître du déjà-vu ou pas aussi saisissant que je vous le dis, mais en jeu c’est vraiment un pur plaisir !

La musique est quant à elle très agréable, elle change selon la zone dans laquelle on se trouve. Elle peut être très calme pour le moment dans l’obscurité ou très «rock», quand on se trouve dans une zone de pirates ! Elle accompagne très bien le jeu, ça n’en fait aucun doute, mais pour être tout à fait franc, ce n’est pas ce que l’on retiendra le plus.


Monster Boy et le Royaume Maudit a compris et assume totalement ce qu’il est ! Un jeu d’aventure à l’ancienne, et il fait ça de façon merveilleuse ! Il a appris des erreurs des jeux passés, pour n’en garder que le bon et nous livrer ici un jeu à la limite de la perfection pour ce qui est des jeux d’aventure/plateforme ! Il est clair que je replongerai dans celui-ci avec un immense plaisir. Son gameplay léché avec sa petite pointe de difficulté ainsi que des graphismes totalement dingues ! Nous sommes ici avec ce qui se fait de mieux dans le genre et je ne saurai que vous conseiller de vous jeter sur ce Monster Boy !

Aussi, vous pourrez retrouver ce titre sur les plateformes de téléchargement de votre choix, au prix de 39,99€.

Test de Mystic Falco

Ce qu’on a aimé :
  • Des graphismes totalement somptueux, rien à redire !
  • Un gameplay aux petits oignons qui a bien sût s’adapter dans le temps !
  • Une petite histoire toute sympathique...

Ce qu’on a moins aimé :
  • ... mais un peu clichée il faut le reconnaître.


Prix : 39.99€
Genre : Action, Aventure, Plateforme
Développeur / Éditeur : Game Atelier / FDG Entertainment

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie par l’éditeur. Les images publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu et la note attribuée reflète notre propre avis personnel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire