jeudi 30 janvier 2020

[TEST] Fire Emblem Three Houses sur Nintendo Switch

Bien le bonjour jeunes stratèges en herbe (ou non d’ailleurs). Aujourd’hui, moi, Pikabsynthe, suis ici pour vous parler de Fire Emblem Three Houses, disponible sur nos chers petites Switch. Titre très attendu par de nombreux fans de la licence (dont moi), le dernier bébé du studio Intelligent System a su combler les fans. Est-ce vrai ? Eh bien, je vais vous décrire pourquoi.


Un héros, trois maisons, quatre destins !
Dans Fire Emblem Three Houses (qu’à partir de maintenant j’appellerai FE3H), vous incarnez le fils ou la fille de l’un des plus grands mercenaires de cette contrée. Du nom de Byleth (que vous pouvez bien évidemment changer avant de commencer votre aventure), votre personnage va vite se retrouver face à une bande de bandits combattant déjà contre trois adversaires :
  • Edelgard de la maison des Aigles de Jais
  • Dimitri de la maison des Lion de Saphir
  • Claude de la maison des Cerfs d’Or

Après un combat qui servira de tutoriel, vous vous retrouvez embrigadé a Garren Mach, un monastère accueillant une école militaire formant les plus grands officiers des 3 pays cités ci-dessus. Après vos prouesses lors du précédent combat, la doyenne du monastère vous demande de prendre le dernier poste de professeur de l’académie. Et vous l’aurez compris : il va falloir choisir une maison. Bien évidemment complots politiques, trahisons et grosses rivalités entre les maisons seront de la partie. À vous de faire les bons choix pour mener à bien votre maison jusqu'à la victoire ou à un tout autre dénouement. Cela dépendra de vos talents de professeur mais aussi de stratège au combat.

Un gameplay asymétrique mais enrichissant.
Alors pour commencer et rassurer les fans : oui vous avez la possibilité d’activer la "perma-death" dans ce FE3H. Chose que personnellement je ne fais pas, je préfère suivre l’histoire. Bien, ceci étant posé je vais devoir couper cette section en deux : la première partie dans le monastère et la seconde en combat. Car ces deux phases sont importantes mais tout à fait à l’opposé l’une de l’autre (c'est ici un avis personnel).


Jouons au professeur.
Durant les phases de monastère nous allons retrouver une mécanique introduite avec le précédent volet de la saga, Fire Emblem Echoes of Valencia. Dans FE Echoes, certains donjons pouvaient être explorés par nous-même en contrôlant directement notre personnage. Eh bien lorsque vous serez au monastère c’est tout à fait la même chose. Vous pourrez vous rendre au réfectoire, votre chambre, les salles de classes et bien d’autre salles pour interagir avec tous les personnages pour augmenter son affinité avec eux, pêcher, jardiner, acheter des objets ou que sais-je encore...

Garren Mach est un vrai hub utile pour la préparation des combats mais SURTOUT pour la préparation de vos élèves. En effet, toutes les semaines du calendrier seront dédiées à l’apprentissage aux différents arts de guerre en fonction de l’affinités de vos élèves. Les arts étant le maniement des différentes armes connues de la saga :
  • Épée
  • Lance
  • Hache
  • Arc
  • Mêlée
  • Science (magie)
  • Foi (soin)
  • Autorité (la possibilité d’obtenir des escouades plus puissantes, sorte de renfort pour le personnage choisi)
  • Cuirassier (pour évoluer en classe défensive)
  • Cavalerie (pour évoluer en classe montée sur terre)
  • Aérien (pour évoluer en classe montée dans les airs)

Afin de prétendre à une classe comme Soldat, Paladin, Assassin, Mage Noir ou d’autre classes bien connues de la saga, les élèves mais aussi Byleth doivent obtenir une certaine note allant de E (la plus basse) à S+ (la maîtrise parfaite). Une fois le minimum requis atteint pour une classe, il faudra passer un examen pour débloquer la classe. Nous avons une véritable liberté d’action que ce soit dans le monastère, son planning ou dans le choix des classes. Je finirai par le fait que vous avez beau choisir une maison, il est tout de même possible de recruter tous les professeurs et autres élèves des autres maisons à l’exception bien évidemment des commandants comme Dimitri, Claude ou Edelgard et de leur second.


À L’ASSAULT !
Maintenant parlons des combats de ce tactical RPG. Nous sommes en présences d’un Fire Emblem mais nous pouvons dire adieu définitivement aux forces/faiblesses entre les armes. Ceci dit, concernant les combats nous retrouvons là la grande force des Fire Emblem : des combats tactiques avec de multiples approches dépendant de votre armée. Le positionnement de nos unités est cruciale en fonction des armes utilisées. Par exemple je ne mettrais pas d’archer en première ligne s'il n’a pas la capacité de riposter convenablement à l’assault de l’adversaire. Pour attaquer je vais plutôt utiliser une unité de mêlée en premier lieu car elle peut bien affaiblir l’adversaire en tapant deux fois par attaque, puis l’achever avec un archer ou un magicien. Bref, les classes peuvent vraiment fonctionner en synergie. Et d’autant plus avec la capacité Tactique de chaque personnage. Pour utiliser cette capacité, notre unité doit avoir une escouade qui lui est rattachée. Cette escouade va permettre de lancer une attaque qui peut s’avérer dévastatrice si elle est bien utilisée. Aussi, en plus d’affaiblir l’ennemi, elle peut par exemple permettre de bouger de case l’unité adversaire. Mais attention, nous ne sommes pas les seuls à avoir une escouade : l’adversaire aussi ! De plus, comme depuis Fire Emblem Awakening, les unités peuvent s’entraider en fonction de leur placement. À garder en tête, notamment pour les affinités...

Dernière nouveauté apparue avec cet épisode : les unités gigantesques. Malheureusement pour nous, nous n’en aurons pas avec nous, il faut les éliminer. Prenant au minimum 4 cases sur le champ de bataille, l’objectif pour vaincre facilement ces monstres redoutables est de casser leur carapace sur toutes les cases afin de les étourdir et de leur faire bien plus de dégâts. Oh et si vous vous posiez la question : oui les armes peuvent se casser ou ne plus être utilisables (pour les armes spéciales mais je ne dirai rien de plus). Donc si vous faites face à l’un de ces monstres, vérifiez la durabilité de votre arme avant tout.


Une technique un peu en deçà...
Ah bah oui il fallait bien tout de même un point noir ! Je trouve les graphismes un peu en deçà de ce que propose à côté le titre. Un peu en retrait... Et c’est dommage ! Bon après c’est le premier titre d’Intelligent System sur la console mais tout de même. Ça reste anecdotique pour dire vrai mais ça se remarque.

En ce qui concerne la musique, elle est très entêtante et on a tendance à tout le temps entre la même. Mais à force je ne faisais plus attention au son, vu ma concentration sur les combats. Pour la durée de vie, vous avez 3 maisons, 4 routes possibles, comptez bien pour une route minimum 30 heures si vous allez vite (et en difficulté normale) et jusqu’à presque 80 heurs si vous faites absolument toutes les activités en quêtes annexes. Ensuite avec le New Game+ vous permettant de récupérer le niveau de vos personnages plus facilement etc... Bref comptez BEAUCOUP d’heures pour ce titre !

En somme, Intelligent System nous livre là l’un des meilleurs Fire Emblem de la saga. Les différents choix, la liberté d’action, le monastère, l’histoire... Bref beaucoup d’éléments de ce Fire Emblem Three Houses me font aimer le titre. Et je ne suis pas le seul. Découvrez le par vous-même, si vous êtes fan ou non du genre, c’est tout de même mon sens un incontournable de la Nintendo Switch.

Test de Pikabsynthe

Ce qu'on a aimé :
  • Les personnages
  • L’histoire
  • La liberté d’action possible pour tout
  • Les combats tactiques bien comme il faut
  • La durée de vie IMMENSE

Ce qu'on a moins aimé :
  • Les graphismes qui ne rendent pas justice
  • La musique qui se répètent un peu


Genre : RPG, Stratégie
Taille eShop : 11 608 MB
Développeur / Éditeur : Intelligent System / Nintendo

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie. Les images publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu et la note attribuée reflète notre propre avis personnel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire