jeudi 1 juillet 2021

[GeeKRitique] Avis : 100 Bucket List of the Dead Tome 1

Désolé pour le retard de publication, mais j'me faisais courser par une bande de rôdeurs ! Rien n'va plus mais me voilà de retour pour partager avec vous un bref avis sur ce 1er tome de 100 Bucket List of the Dead, récemment sorti aux éditions Kana. Pourquoi Bref ? Bah si j'vous dis ça va pas l'faire. Quoi qu'il en soit, nous avons entre les mains de quoi se détendre surtout si au taf c'est pas la joie pour vous en c'moment. Sur ce...


Résumé de l’éditeur
Cela fait trois ans qu’Akira Tendô, 24 ans, travaille comme un forcené pour une société esclavagiste. Il est en total burn out mais n’est même plus assez lucide pour s’en apercevoir… jusqu’au jour où son quotidien bascule : les zombies ont pris le contrôle de Tokyo ?! 

 Pour le jeune homme, c’est la délivrance : rien de mieux qu’une bonne épidémie zombie pour enfin profiter joyeusement de chaque jour qui passe ! Désormais, Akira va pouvoir croquer la vie à pleines dents ! Pour ce faire, il décide de dresser une liste des 100 choses qu’il voudrait absolument faire avant de devenir un zombie !

Bon j’sais pas vous mais moi, dernièrement j’avais besoin d’un peu d’évasion pour des raisons personnelles. Et c’est carrément le genre de manga qu'il me fallait ! Déjà lors de son annonce, le synopsis me branchait bien. 

C'est l'histoire d'un gars qui bosse depuis 3 ans dans une boîte qui traite ses employés comme des esclaves. Mais un beau jour tout bascule, c'est le chaos dans les rues, il y a des ZOMBIES ! Plus besoin de conscience professionnelle... Du coup, Akira décide de ne plus aller bosser, vu ce qu'il se trame dehors, ce n'est plus la peine, ce qui l'amène à vouloir se rendre chez l'une de ses collègues de boulot pour qui il craquait. Mais, le pauvre, il n'est pas au bout de ses surprises, cette dernière est devenue un zombie....

Il va alors vivre un quotidien tout autre, et décide même un beau jour de laisser ses fesses chez lui décidant de mater la TV en buvant de bière. La malchance le suit, il n'a plus de bière au frigo et décide donc d'aller faire des courses. Là-bas il rencontre une fille, bien roulée, qui plus est elle se débarrasse de zombies avec un grande classe. Le gars, sous le charme, ne prête attention à rien et voilà qu'elle lui pique son vélo. Dans un sens c'est pas plus mal car il va choper une moto, une Harley ! Tant qu'à faire autant se déplacer avec classe dorénavant ! 

Les jours se suivent, et il décide de faire une liste de 100 choses à faire avant de devenir un zombie... Un jour, alors qu'internet et les réseaux téléphoniques étaient HS, tout est de nouveau rétabli. Il tente alors de reprendre contact avec un vieil ami de l'équipe de rugby, dans laquelle il a passé 4 années. Il part alors à la rencontre de Kenchô... 


Hé ! Je vais quand même pas vous raconter tout ce qu'il se passe dans ce 1er tome, hein. Par contre c'que j'peux vous dire c'est que j'ai plutôt bien accroché ! Le héros est assez dingue, quand on voit les risques qu'il est prêt à prendre ne serait-ce que pour une bière... Cependant, on en sait pas beaucoup sur lui, ni comment ce phénomène apocalyptique a pu se produire. Mais laissons les choses venir. Pour lors, on rencontre 3 personnes principales, tous ayant leur propre caractère et manière d'aborder cette invasion de zombies. 

Je trouve que les dessins sont cools, le rythme de ce 1er tome est assez dynamique, on apprécie de suivre ce jeune garçon dans cette "nouvelle vie" et la lecture se fait relativement vite. Ce fut un moment de lecture agréable, j'ai vraiment hâte d'en découvrir davantage surtout au sujet de la gonzesse. Bah ouais, j'aime son côté badass ! Vous l'aurez compris, ce travail de Haro Aso au scénario et Kotaro Takata aux dessins c'est du tout bon. Et je pense bien que cela pourrait vous plaire, c'est une histoire avec zombies certes mais pas que, le background mis en avant ici étant assez original.

Un grand merci à Stéphanie et aux éditions Kana pour la découverte de ce 1er tome !

GeeKritique de Samy Joe

1 commentaire:

  1. Did you know that Sweaters producers rank design as the highest factor in reducing total manufacturing costs? The most necessary reason for integrating DFM into manufacturing a plastic injection molded product is that design decisions can decide 70% of its manufacturing costs. Due to the excessive pressures and temperature differentials involved in injection molding, tooling costs can typically be greater. Tools for injection molding are most often closed steel molds that include complex techniques to regulate temperature and materials move.

    RépondreSupprimer